Angoulême 2010 : Le Festival et la Mairie au diapason

18 novembre 2009 0 commentaire

On se souvient du coup d’éclat de Franck Bondoux délégué général du Festival International de la bande dessinée d’Angoulême annonçant avec emphase que « le Festival 2010 pourrait ne pas avoir lieu. » Personne n’avait vraiment pris cette menace au sérieux. S’il était passé aux actes, le délégué général du FIBD se serait tiré une balle dans le pied, son rôle étant précisément de faire en sorte que le Festival ait lieu, il aurait failli dans sa mission…

À quelques jours de la conférence de presse de lancement de la 37ème édition, la Mairie et le Festival cosignent un communiqué qui se veut rassurant : les problèmes de la mairie sont pris en compte et des financements de substitution sont en voie d’être trouvés.

Cette affaire n’a jamais été que l’une des nombreuses circonvolutions dont le Festival est coutumier.

DP


LE COMMUNIQUE DE LA MAIRIE D’ANGOULÊME ET DU FIBD

Communiqué de presse

mercredi 18 novembre 2009

Une réunion de travail s’est tenue ce mercredi 18 novembre à la Mairie d’Angoulême, réunissant Gérard Desaphy, maire adjoint à la culture, et Franck Bondoux, délégué général de 9e ART+, en présence de Gérard Balinziala, président de l’Association du FIBD, et de différents responsables concernés par la résolution des problématiques logistiques.

Cette réunion a permis de progresser sur la clarification de solutions financières et techniques apportées à la finalisation de la 37e édition du FIBD.

Comme annoncé précédemment, la Mairie a confirmé qu’elle continuerait d’apporter ses prestations techniques en lien avec la sécurité, la prévention, l’hygiène et la propreté, et qu’elle ne participerait plus à l’aménagement intérieur des chapiteaux pour des raisons à la fois financières et organisationnelles (emploi de personnel intérimaire, location de matériel, augmentation du temps de travail de ses agents).

Afin que cette charge puisse être, le cas échéant, transférée à la société 9e ART+, organisatrice de la manifestation, les parties ont dressé le bilan à date de leurs démarches respectives, conduites en coordination avec M. Jacques Millon, Préfet de la Charente, auprès de différentes institutions susceptibles d’apporter de nouveaux financements à l’événement : le Ministère de la Culture, le Haut Commissariat à la jeunesse et aux solidarités actives, la CCI et la communauté d’agglomération du Grand Angoulême.
Il est apparu que ces dernières ont, à priori, accueilli favorablement l’idée d’apporter un concours au Festival. Des positions formelles de leur part devraient intervenir dans les prochains jours.

La volonté affichée des organisateurs et partenaires du FIBD d’apporter des solutions aux difficultés actuelles devrait donc permettre d’envisager une édition 2010 aussi réussie que les années précédentes. Sur ces nouvelles bases, l’avenir du FIBD pourrait se préparer dans un climat plus serein, dont la réunion le 4 décembre prochain des financeurs publics des festivals angoumoisins sera l’une des étapes.

Gérard Desaphy, adjoint à la culture d’Angoulême
Franck Bondoux, délégué général de 9e ART+
Gérard Balinziala, président du FIBD

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?