Actua BD
Le site de référence pour la bande dessinée francophone





LES BREVES

Angoulême 2013 - Cultura remplace la Fnac comme sponsor du FIBD

3 décembre 2012

Partager sur Facebook Citer l'article sur votre blog Version imprimable de cet article Version imprimable

On l’apprend par La Charente Libre, la chaîne de librairies généralistes Cultura sera le prochain partenaire du Festival d’Angoulême.

Lors de la Conférence de presse de la semaine dernière, Franck Bondoux, le délégué général du FIBD (notre photo), nous avait annoncé "une bonne nouvelle". On sait maintenant laquelle. On ne sait toujours pas en revanche si le "Prix du Public", habituellement organisé par le partenaire en librairie, sera activé cette année vu l’exigüité des délais rendant difficile la sollicitation des votes de la clientèle.

Avec ses 52 points de vente de librairie, Cultura est une enseigne certes moins puissante que ses concurrents Fnac, Espace culturel E. Leclerc ou Virgin Megastore, mais néanmoins très solidement implantée en province. Ses propriétaires appartiennent à la famille Mulliez (Auchan, Leroy Merlin, Saint Maclou, Norauto, Decathlon...), l’un des groupes familiaux les plus puissants de la grande distribution en France.

C’est donc une très bonne nouvelle pour le Festival qui, espérons-le, trouvera-là une perspective dynamisante.

DP

Photo : L’Agence BD - DR

23 Messages : Participez à la discussion

  • C’est pas la même envergure.

    repondre message

  • 1) Cultura ne prend que des offices de grands diffuseurs donc de grands éditeurs et surtout les "blockbusters". Le voir soutenir le temple de la BD BOBO et alternative, c’est à mourir de rire.

    2) Il serait temps de bannir de votre vocabulaire ce terme jacobin et surtout parisianiste et dédaigneux de "PROVINCE". Vous avez le droit d’utiliser le mot FRANCE qui n’est pas un gros mot quant à lui. Surtout que l’on voit, ci après, que CULTURA n’est pas bien implanté que cela. Il n’est pas dans les grandes villes mais quasiment uniquement dans des centres commerciaux périphériques, aux abords d’autoroutes, et également implanté en île de France que dans les autres régions. http://www.cultura.com/DefaultMagasin.aspx

    repondre message

    • Répondu par Gill le 4 décembre 2012 à  14:25 :

      Je confirme combien le mot "province" peut être désagréable pour 90% de la population française. Surtout lorsque la phrase contient un élément dépréciateur.

      "Avec ses 52 points de vente, Cultura est une enseigne certes moins puissante que ses concurrents, mais néanmoins très solidement implantée en province."

      Le "néanmoins" oppose un nombre de magasins avec une implantation non-parisienne. Il faudrait donc comprendre que la puissance serait parisienne, et que le nombre de points de vente hors-Paris compenserait quelque peu ce manque de puissance ?

      repondre message

      • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 4 décembre 2012 à  15:11 :

        En ce qui me concerne, je ne souscris pas à vos délires anti-jacobins. Né dans une province belge, je suis très fier d’être un provincial, même si j’habite aujourd’hui la capitale de la France.

        repondre message

        • Répondu par Gill le 5 décembre 2012 à  00:32 :

          On en est tous très fiers. La question n’est pas là. Pourquoi parler de "province" ? Cultura n’a aucun point de vente en Ile-de-France ? (le parisianisme n’est pas inné, il semble contagieux, même pour les belges ;o)

          repondre message

          • Répondu par Alex le 5 décembre 2012 à  00:49 :

            Faux débat. Paresseux !

            repondre message

          • Répondu le 5 décembre 2012 à  09:25 :

            Pas de Cultura à Paris intra-muros. 6 en banlieue et la majorité en province. C’est comme ça. Et la Capitale mondiale de la BD est en province. Elle serait en banlieue de la France si elle était à Bruxelles ? HAHA ! Mais Bruxelles serait 1000 fois mieux quand même.

            repondre message

        • Répondu le 7 décembre 2012 à  22:04 :

          Mes parents se sont faits taper sur les doigts quand ils parlaient leur langue à l’école. La centralisation et le nivellement culturel ont fait des ravages en France. Il ne s’agit pas d’être fier d’être en région hors IDF. La pirouette en marche pas. D’ailleurs, on ne peut légitimement être fier que de ce que l’on fait, pas d’où on naît par le hasard et la force des choses car il n’y a aucun mérite. Donc les "délires anti jacobins", vous ne pouvez les juger car vous n’êtes pas Français. Si la Belgique avait fait ce que la France a fait, il n’y aurait plus de flamands, de wallons, de bruxellois ... mais une espèce de belgitude insipide ... qui aurait peut être d’ailleurs sauvé ce petit pays au bord de l’explosion (un mal pour un bien). Donc, SVP, ne jugez pas sans savoir et respectez notre Histoire, nos identités et nos souffrances de chaque jour.

          repondre message

          • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 8 décembre 2012 à  00:01 :

            Bien essayé, mais votre provocation ne marche pas.

            Je n’ai que faire de vos considérations xénophobes et de vos contradictions : vous m’interdisez de parler de la France, alors que j’y habite et que j’y paie mes impôts comme vous, mais vous vous permettez de votre côté d’étaler toute votre ignorance de la Belgique (au passage, je vous prie de noter que je suis francophone et très fier d’être flamand).

            Comme dit Jules César dans Astérix : "Va voir chez les Belges si j’y suis !" (je sais : mes citations sont en baisse, à moi aussi).

            repondre message

            • Répondu le 9 décembre 2012 à  12:52 :

              Un flamand à Paris est tout aussi provincial qu’un berrichon à Paris. Nombreux sont les parisiens qui viennent de la province ou de toutes les régions du monde.
              Didier Pasamonik est fier d’être flamand. Je comprends qu’il puisse l’être tout en étant parisien parce qu’à l’étranger, on est toujours l’ambassadeur de ses origines et c’est un enrichissement pour ceux qui vous accueillent.
              Alors le délire sur le "parisianisme", il est bien sympathique mais très approximatif et stéréotypé, centraliste même (mal bien français). Le parisianisme est, aussi paradoxal qui soit, une forme de cosmopolitisme, un melting-pot culturel, pas un régionalisme rétrograde.

              repondre message

          • Répondu le 9 décembre 2012 à  12:41 :

            En même temps, si vous vous penchez sur l’Histoire de la Belgique, la France a joué un rôle dans sa construction, non ?
            Les délires de la Révolution Française et du Premier Empire, l’Europe entière peut en juger parce que l’Europe entière en a hérité en bien ou en mal.

            repondre message

  • Ses propriétaires appartiennent à la famille Mulliez


    Je me demande que nous réservera ce partenaire : on peut constater déjà dans les magasins Auchan que certaines revues ne sont pas à la vente. Pourront-ils promouvoir aussi les ouvrages qui pourraient heurter leurs convictions ? Parce qu’un sponsor, il demande qq chose en retour : n’est-il pas à craindre alors une politique prosélyte quand déjà le choix des revues mises à la vente dans ces grandes surfaces passe par un filtre d’ordre confessionnel ?

    repondre message

  • Il existe des gens pour acheter des livres chez Cultura, qui ne pratique même pas la remise de 5% sur les livres ?

    repondre message

    • Répondu par Mo’ le 6 décembre 2012 à  10:19 :

      C’est donc la remise de 5% qui vous fait choisir votre librairie ? Plutôt que d’avoir un service/conseille chez un spécialisé Bd qui ne pratique pas, vous préférez une grande enseigne ou souvent les vendeurs sont quasi inexistants... Enfin ca risque bientôt de changer car la loi Lang et en particulier les 5% sont sur la sellette. Le ministère de la culture est en train de se pencher dessus pour la faire sauter afin de mettre toutes les librairies sur un même pied d’égalité. Il en va de même pour les frais de port gratuit via internet.

      repondre message

    • Répondu le 6 décembre 2012 à  11:31 :

      Peut-etre, mais ils vous offrent le parking gratuit, eux !

      repondre message

      • Répondu par Mo’ le 6 décembre 2012 à  14:35 :

        Aaaah mais s’ils offrent le parking eux...

        repondre message

      • Répondu le 6 décembre 2012 à  14:37 :

        Le parking pour le métro ?

        repondre message

        • Répondu le 9 décembre 2012 à  13:53 :

          Ce serait classe un sticker sur un album avec marqué dessus "Parking offert pour l’achat de cet album".

          repondre message

  • Angoulême 2013 - Cultura remplace la Fnac comme sponsor du FIBD

    7 décembre 2012 09:28, par Gerald Auclin

    Je me permet de reprendre un message des éditions Rackham sur facebook qui narre un rebondissement pour le moins fascinant de ce partenariat :

    "Cultura, drôle de partenaire du Fibd Angouleme.
    Cultura "remplace" donc la FNAC en tant que partenaire du Festival d’Angoulême. Sur son site, la chaîne souligne que "Ce rapprochement est en phase avec la politique éditoriale du Festival dʼAngoulême dont la programmation est tournée vers la promotion de tous les genres de la bande dessinée e
    t tend à sʼadresser à la fois aux publics amateurs et avertis." et ajoute, "le partenariat entre le Festival et Cultura prend des formes concrètes ayant pour objectif dʼapporter une valeur ajoutée à tous les amoureux de la bande dessinée : promotion des livres de la Sélection Officielle et du Palmarès, promotion dʼauteurs et dʼexpositions...".
    Le 5 décembre, Sébastien Renard, Chef de produit Bande Dessinée chez Cultura, envoie un mail aux éditeurs des livres de la Sélection Officielle où il demande l’envoi de 10 exemplaires en service de presse de chaque album nominé, car "notre enseigne élira une sélection de titres, parmi les titres des différentes sélections du 40ème Festival d’Angoulême. Le jury sera composé de nos 8 experts magasins, ainsi que de Camille, acheteuse BD, et moi, Chef de produit BD." pour conclure "Une fois le choix fait, nous passerons une commande afin d’avoir les titres présents dans tous nos magasins et de relayer de façon optimale nos choix."
    La Sélection Officielle du Festival ne semble donc pas trop convenir à Cultura et lui préfère une sélection de la sélection faites selon ses "choix" et par son "jury".
    Décidément un drôle de partenaire..."

    repondre message

    • Répondu le 7 décembre 2012 à  14:19 :

      Génial, on se croirait au pays du roi Ubu :)
      Vivement la suite !

      repondre message

    • Répondu par Mo’ le 7 décembre 2012 à  15:04 :

      C’est à peine étonnant vu qu’au moins la moitié des titres n’ont jamais du passer par leurs magasins...Ils n’ont pas de libraires qui commandent alors du coup comment ils pourraient faire rentrer des titres dont ils n’ont même pas connaissance. Des acheteurs en centrale... 1 ou 2 personnes pour décider de quels titres iront en magasin en sachant que chaque librairie a des spécialités et genres prédominants... Ils doivent être forts ces acheteurs pour savoir ce qu’il se vend sans mettre les pieds en magasin, sans connaître la clientèle... Je sais bien qu’il y a l’informatique pour voir tout ça mais ca fait doucement rire quand même. Pour l’instant, j’ai la chance de pouvoir encore commander avec mes représentants alors que je fais parti d’une autre "grosse" enseigne mais pour combien de temps...Alors plutôt que de courir vers des magasins qui font des 5% ou qui offrent des heures de parking gratuites, ils seraient bien de préférer des magasins où de vrais libraires passionés excercent. Là où les rayons ne sont pas livrés à eux même.

      repondre message

    • Répondu par Gerald Auclin le 10 décembre 2012 à  14:59 :

      Des précisions des éditions Rackham (concernant des précisions de Cultura...) :

      "Mise à jour : il paraît que Cultura s’est mêlé les pinceaux dans sa précédente communication et rectifie le tir. La sélection de la sélection est réservée aux albums qui vont concourir au Prix des lecteurs/Cultura. En revanche, on assure que tous les livres nominés seront mis en avant. Sans exception. Ça change un peu les choses [...]"

      repondre message

      • Répondu le 4 janvier 2013 à  11:02 :

        Si on veut... Le "public", lui, n’aura le droit d’attribuer son prix qu’à l’un des 8 (huit !) albums sélectionnés par Cultura au sein des 32 albums de la sélection officielle du festival.
        Quelle démission, de la part du festival, face à un partenaire si intrusif !

        repondre message





Commande Albums - Qui sommes-nous ? - Rédaction - Conditions d'utilisation - Régie - Site réalisé avec SPIP