Deux titres monstres au féminin trustent Les Eisner Awards 2018

21 juillet 2018 0 commentaire

Les Eisner Awards ont été décernés le vendredi 20 mai dans la soirée. Ces équivalents américains des Fauves d’Angoulême, sont remis à l’occasion du Comic Convention de San Diego comptent pas moins de 32 catégories.

Il s’agissait de la trentième cérémonie du genre initiée à son origine par Will Eisner en personne.

Cette année, deux titres iconoclastes se sont imposés en devenant récipiendaires de nombreux prix.

My Favorite Thing is Monsters est un roman graphique monstre à lui tout seul de plus de 800 pages. Il s’agit de la première bande dessinée de son autrice, Emil Ferris, âgée de 55 ans. Cette illustratrice s’est engagée dans la bande dessinée après une maladie qui devait la laisser paralysée. Ce récit sur le meurtre d’une rescapée de la Shoah à Chicago dans les années 1960 est publié en Amérique du Nord par Fantagraphics.

Adapté en français par les éditions Monsieur Toussaint Louverture, il sera disponible sous le titre Moi, ce que j’aime, c’est les monstres à partir du 23 août. Ce roman graphique s’impose avec quatre récompenses : Best Graphic album, Best Coloring, Best Writer/Artist, Best Publication design.

Deux titres monstres au féminin trustent Les Eisner Awards 2018
Emil Ferris : "Vous avez réussi à faire pleurer une vieille dame..."
Photo L. Mélikian

Plus classique dans sa forme, Monstress est une série de comics déjà primée l’année dernière. Publiée par Image, elle a obtenu cinq distinctions : Best Continuing serie, Best publication for Teens, Best Painter Multimedia, Best Cover Artist, Best Writer. Ce récit d’Heroïc Fantasy est écrit par la scénariste américaine Marjorie Liu et entièrement dessiné par l’artiste japonaise Sana Takeda, une association pas si courante. Deux recueils de Monstress ont déjà été publiés en France par Delcourt.

Marjorie Liu et Sana Takeda au téléphone
Photo L. Mélikian

En revanche, la tradition est respectée pour les auteurs issus de la tradition franco-belge qui sont très souvent remarqués par le comité de sélection des Eisner Awards mais n’ont pas eu les faveurs de l’ensemble de la profession qui vote pour l’attribution des prix. Ni Christophe Chabouté, ni Jean-Pierre Gibrat, Frédéric Brremaud, Cyril Pedrosa, Federico Bertolucci, Fabien Grolleau, Jérémie Royer, Christian Perrissin, Matthieu Blanchin, Horne, Eric Corbeyran, Jean Annestay et Christophe Quillien n’ont trouvé la consécration en Californie.

Une réalité que certains trouveront monstrueuse également. Un jour peut-être…

NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL À SAN DIEGO : Laurent Mélikian

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?