Japan Expo 2018 - Choses vues #5 : Exposition Buichi Terasawa

8 juillet 2018 0 commentaire

À l’occasion du 40e anniversaire de Cobra et pour compenser l’absence de Buichi Terasawa, invité d’honneur de l’édition qui a dû annuler sa venue, les amateurs et les curieux pouvaient découvrir une belle exposition dédiée au mangaka : « Aux Frontières de l’Imagination ».

Réalisée en partenariat avec Isan Manga, l’exposition invitait à découvrir sur plus de 150 m² des planches de manga, des illustrations et des dioramas accompagnés d’explications sur l’œuvre et les techniques de Buichi Terasawa. De plus un catalogue de l’exposition fut édité pour l’occasion, le premier de l’histoire de Japan Expo.

Pionnier dans l’utilisation de l’ordinateur, c’est cette facette de l’auteur qui ouvre l’exposition en présentant en détails ses techniques de dessin numérique. Vient ensuite les travaux de « jeunesse », lorsque le mangaka tentait des concours de shôjo manga, publication pour adolescente, ou encore Sigma 45, prototype de Cobra.

Arrive rapidement et de façon détaillée son œuvre maîtresse, Cobra (1978-1984), qui, rappelons-le, fut publiée dans le Weekly Shônen Jump, puis ses mangas suivants, dont The Black Knight BAT (1985), Midnight eye Goku (1987) et Takeru (1992) dont ce dernier titre marque son passage au « tout numérique ».

Enfin la dernière partie de l’exposition proposait une vidéo-interview de Buichi Terasawa ainsi que ses œuvres récentes et plus controversées, usant d’acteurs et de mannequins qu’il photographie et intègre des décors qu’il réalise sur ordinateur, conférant à l’ensemble un aspect « roman photo cyberpunk » !

Sans oublier la possibilité de feuilleter les œuvres elles-mêmes dont plusieurs étaient à disposition à la fin d’une exposition extrêmement complète.

GB

Japan Expo 2018 - Choses vues #5 : Exposition Buichi Terasawa

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?