La Boîte à Bulles annonce un "rapprochement opérationnel" avec Les Humanoïdes Associés

29 mai 2017 1 commentaire

La Boîte à Bulles, maison d’édition indépendante fondée en 2003 par Vincent Henry, vient d’expliquer qu’elle allait opérer dans les prochains jours, dès le 1er juin pour être exact, un rapprochement avec Les Humanoïdes Associés. Si la volonté affichée est celle de donner "une impulsion nouvelle" à l’éditeur spécialisé dans le roman graphique, ce rapprochement semble être pour l’instant essentiellement technique.

En effet, La Boîte à Bulles dit vouloir conserver "son indépendance et sa ligne éditoriale". Il est vrai que les catalogues des deux maisons sont assez éloignés. Alors que Les Humanoïdes Associés donnent, du fait de leur histoire, la priorité à la science-fiction, La Boîte à Bulles cherche davantage à éditer des récits ancrés dans le réel ou inspirés d’expériences personnelles.

La Boîte à Bulles annonce un "rapprochement opérationnel" avec Les Humanoïdes Associés

La Boîte à Bulles confie par conséquent une bonne partie de ses tâches administratives, commerciales et relationnelles aux "Humanos". Les relations presse et libraires, la promotion et la commercialisation des droits numériques et étrangers et même les travaux informatiques reviennent à la maison jadis fondée - c’était en 1974 ! - par Mœbius, Jean-Pierre Dionnet, Philippe Druillet et Bernard Farkas et aujourd’hui dirigée par Fabrice Giger.

Les deux éditeurs avaient déjà les mêmes diffuseurs et distributeurs (Delsol et Hachette). Ils mutualisent donc leurs outils et leurs expériences. Avant de partager une ambition commune ? Rien n’est moins sûr. Car sans parler d’un mariage de la carpe et du lapin, il faut bien admettre que les deux maisons ont en apparence peu en commun.

Certes, comme l’explique Vincent Henry : "Les Humanos ont une présence internationale exceptionnelle, une forte compétence dans le numérique, et une équipe parisienne soudée et dynamique." Mais ils ont leur siège à Los Angeles depuis 2013 et sont devenus une branche du groupe Humanoids. Cela peut sans doute être utile pour mieux commercialiser les droits étrangers, mais ne facilite pas forcément la gestion quotidienne et interroge sur la cohérence d’un tel groupe - même si à l’heure actuelle aucune évolution financière n’est annoncée.

Vincent Henry, qui souhaite peut-être se consacrer davantage à ses activités d’auteur, a bien conscience que les catalogues de La Boîte à Bulles et des "Humanos" sont "très différents et complémentaires". Différents, c’est le moins que l’on puisse dire. Entre Bobby change de linge et Méta-Baron, il y a un monde ! Complémentaire, cela reste à éclaircir.

Quant à Fabrice Giger, qui de nouveau dirige les "Humanos", il évoque la "stabilité", la "croissance", l’originalité et la "qualité" de La Boîte à Bulles, sans expliquer plus avant ses motivations dans ce rapprochement. Chacun souhaite quoi qu’il en soit "pérenniser" son activité et "renforcer la création originale".

Nul doute qu’il faudra suivre cette nouvelle association afin de mieux la jauger : cache-t-elle des difficultés financières chez les uns ou chez les autres ou bien un projet éditorial original et inédit ?

FH

A lire sur ActuaBD :

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :