Le Jury Œcuménique de la BD présente ses prix 2018

18 décembre 2017 17 commentaires
Le Jury Œcuménique de la BD présente ses prix 2018
Au pied de la falaise
ByMöko (c) Noctambule/Soleil

Le Prix 2018 du Jury Œcuménique de la BD a été attribué à la BD Au pied de la falaise (Éditions Soleil, collection Noctambule) de ByMöko. L’histoire de cet album, se déroulant dans un village africain fantasmé, narre le rite d’initiation que suivra Akou, l’un des fils du chef du village. Au cours de son parcours, le jeune garçon se révélera astucieux et courageux. Après la mort de son père, Akou sera désigné nouveau chef du village, alors qu’il n’est pas l’aîné de sa fratrie. Le jeune chef devra se montrer à la hauteur des défis qui se présenteront à lui, ainsi que des attentes de son peuple.

Le Jury Œcuménique a souligné les qualités de cette BD en ces termes : « Ce “roman” d’éducation, raconté avec humour est agréable à lire. Il évite la leçon de morale, tout en mettant en valeur l’altruisme, la patience, le courage, la sagesse… Le graphisme, avec de nombreux gros plans, alternant couleurs claires et couleurs sombres dans des teintes grises et sépias, parfois enrichies par des ocres, est en harmonie avec ce récit de vie au cœur d’une Afrique intemporelle. Il est accessible aux lecteurs adolescents et plaira également aux adultes. »

Signalons aussi au passage que Au pied de la falaise est un projet multimédia développé sur le net dans un site immersif, à travers un clip vidéo et en musique via un EP de sept titres.

Nicolas Grand, alias ByMöko, anciennement connu sous le pseudo NkodeM, est un pur produit de l’animation formé aux Gobelins, la célèbre école spécialisée dans l’image. Très impliqué dans ses projets, l’artiste souhaite que l’on s’intéresse à ses œuvres plus qu’à l’auteur, raison pour laquelle il change de pseudo à chaque nouvelle création. Il a fait ses premiers pas dans la BD avec le diptyque Manioka, publié en 2009 et 2012 dans la collection KSTR des éditions Casterman.

Le roman graphique “Les Petites victoires” également primé

Les Petites victoires
Yvon Roy (c) Editions Rue de Sèvres

Le Jury Œcuménique a également attribué la mention spéciale au one-shot Les Petites victoires d’Yvon Roy, un album publié chez Rue de Sèvres.

Dans ce roman graphique autobiographique, l’auteur nous raconte, avec une grande justesse, les vies de Chloé et Marc confrontés à l’autisme de leur petit garçon, Olivier. Bien que cette maladie aura raison de leur couple, les parents resteront tout de même unis pour aider au mieux leur fils à grandir et s’épanouir, comme n’importe quel enfant de son âge. Ce dévouement permettra à Olivier de sortir petit à petit de sa bulle, d’où le titre Les Petites victoires. Les qualités de cette BD n’avaient d’ailleurs pas échappé à notre collègue Patrice Gentilhomme, qui avait chroniqué l’album dans nos colonnes.

Yvon Roy est un auteur de BD et illustrateur canadien, qui s’est notamment fait connaître du public grâce à des contes pour enfants et à l’adaptation BD de Agaguk chez Glénat.

Le Jury Œcuménique de la bande dessinée est une association française de la "loi 1901", composée entre autre de l’historien et critique de la BD Patrick Gaumer, créée le 6 décembre 1989. Depuis 1990, ce jury remet chaque année ses prix lors du festival d’Angoulême.

CMD

Voir en ligne : Découvrez le site du Jury œcuménique de la bande dessinée

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
17 Messages :
  • Le Jury Œcuménique de la BD présente ses prix 2018
    18 décembre 2017 14:32, par Laurent Colonnier

    Œcuménique , rien que le mot pue déjà le moisi dans une église...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Patrick GAUMER le 19 décembre 2017 à  19:57 :

      Remplacez œcuménique par "valeurs humaines". Là, ça va mieux ?
      Cordialement,
      PG

      Répondre à ce message

      • Répondu par Henri Khanan le 19 décembre 2017 à  22:00 :

        Bien dit, on en a marre de ces commentaires méprisant ou insultant qui n’apportent rien....

        Répondre à ce message

      • Répondu par Laurent Colonnier le 20 décembre 2017 à  06:32 :

        Pas mieux du tout, œcuménique c’est de l’association de malfaiteurs, des vendeurs de superstitions, aucune valeur humaine dans ce mot. Ca sent la chaisière et la dame patronnesse.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Aurélien Pigeat le 20 décembre 2017 à  10:36 :

          La langue, c’est du sens, des usages, et des projections. On ne peut pas faire grand chose pour les vôtres.

          Mais on peut prendre un dictionnaire, ça aide, des fois, pour comprendre, et pour communiquer, aussi. Prenons le CNRTL
          "OECUMÉNIQUE, adj.
          A. − Qui concerne l’ensemble de la terre habitée ; général, universel."

          Il y a le religieux, aussi, mais pas que. La stricte réduction d’un mot à l’un de ses sens, pas son premier qui plus est, et ce malgré la correction d’une personne directement concernée dans l’usage précis de ce terme (Patrick Gaumer en l’occurrence, dans le jury), finalement, ça en dit plus sur vous que sur le prix que vous souhaitez critiquer. Ça manifeste avant tout votre besoin viscéral de venir critiquer, à tout bout de champ, plus souvent à tort et à travers qu’à tort et à raison, malheureusement. Et d’ailleurs d’une certaine manière, on peut comprendre que le terme œcuménique vous heurte : il se marie peu avec "aigreur", "amertume", "fiel" ou "misanthropie" qui, pour ceux qui suivent vos contributions à nos forums, semblent avoir davantage vos faveurs.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 20 décembre 2017 à  11:55 :

            moi je dis qu’un mot dans lequel il y a cul et nique ne peut pas être net
            ce n’est pas au point de concupiscent, mais pas loi

            Répondre à ce message

          • Répondu par Laurent Colonnier le 20 décembre 2017 à  11:58 :

            Vous pouvez remuer du vent autant que vous voulez, le mot œcuménique existe depuis assez longtemps pour qu’on sache ce qu’il cache de dérives et sectarisme. L’époque fait que l’obscurantisme est de retour, et l’on voit nombre de béni-oui-oui sortir de leur trou pour imposer leurs délires. Vos propos désobligeants à mon égard en disent bien plus sur vous que sur moi.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Aurélien Pigeat le 20 décembre 2017 à  12:23 :

              J’aime beaucoup la réponse sur le mode "c’est celui qui le dit qui l’est !". C’est très drôle ! Comme quoi vous pouvez faire preuve d’humour aussi !

              Répondre à ce message

          • Répondu par deplomb le 21 décembre 2017 à  13:15 :

            Donc d’après votre définition, le Jury Œcuménique est le "Jury général, universel, qui concerne l’ensemble de la terre habitée."
            Eh bien...

            Répondre à ce message

            • Répondu par Dominique Petitfaux le 21 décembre 2017 à  16:22 :

              On en oublie le plus important, c’est-à-dire les deux albums primés... Et pour un jury qui sent le moisi, c’est plutôt pas mal, non ?
              Dominique Petitfaux, moisissure agnostique.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Aurélien Pigeat le 22 décembre 2017 à  00:15 :

                Oui, vous avez entierement raison : ce sont deux beaux albums. Et c’est cela qui compte avant tout.

                Répondre à ce message

            • Répondu par Aurélien Pigeat le 21 décembre 2017 à  19:00 :

              Pas vraiment, et vous le savez parfaitement. Définition et synonymes, ce n’est pas la même chose. Et pour communiquer avec autrui, et donner du sens au mots, au langage, on peut faire preuve d’intelligence ou de mauvaise foi. C’est un choix. Et je vous laisse au vôtre.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Laurent Colonnier le 21 décembre 2017 à  22:14 :

                Il y a pas mal de mauvaise foi dans le fait de ne pas s’assumer, on ne s’autoproclame pas Œcuménique par hasard.

                Répondre à ce message

                • Répondu par Aurélien Pigeat le 21 décembre 2017 à  23:00 :

                  Si vous voulez. Ça me semble déjà plus audible personnellement.

                  Répondre à ce message

              • Répondu par deplomb le 21 décembre 2017 à  22:29 :

                Je vous laisse à votre brillante maîtrise du langage, votre réponse, marquée du magnifiquement signifiant "pas vraiment" est d’une grande virtuosité et d’une précision étourdissante.
                Venir proposer une définition autre, et contradictoire, de celle donnée par Patrick Gaumer, tout en prenant son parti montre une grande intelligence de votre part et une habileté à la communication sans égale.
                Vous êtes visiblement à un niveau de conscience et d’intelligence bien au-delà du commun des mortels, et devez continuer avec conviction à éclairer les béotiens de votre science, à commencer par leur expliquer le langage. Que serions-nous sans vos doctes explications.

                Répondre à ce message

                • Répondu par Aurélien Pigeat le 21 décembre 2017 à  23:04 :

                  Je vous aime aussi beaucoup. Et vous fais la bise, tiens !

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par deplomb le 21 décembre 2017 à  23:20 :

                    C’est cela, quittez-nous sur une pirouette vulgaire. Et surtout continuez de donner des leçons.

                    Répondre à ce message