Actua BD
Le site de référence pour la bande dessinée francophone





LES BREVES

Le remarquable Éric Lambé expose à la galerie Martel

19 janvier 2013

Partager sur Facebook Citer l'article sur votre blog Version imprimable de cet article Version imprimable

La Galerie de Rina Zavagli-Mattotti n’expose pas n’importe qui sur ses cimaises : on y a vu défiler Crumb, Spiegelman, Swarte, Tomi Ungerer... Quelques-uns des meilleurs graphistes du monde !

Aussi, quand elle décide d’accrocher les travaux du Belge Éric Lambé dont l’album Le Fils du roi vient de paraître chez Frmk (un éditeur alternatif qui ne fonctionne qu’avec des bénévoles), il est important de poser un temps d’arrêt.

Le Fils du Roi d'Éric Lambé chez FrmkCet album, réalisé entièrement au stylobille bleu et noir, au format 33 x 33 cm, imprimé en quatre couleurs Pantone avec un soin inouï, est une ballade introspective illustrant parfaitement cette "bande dessinée de poésie" dont Olivier Deprez caractérisa le production de l’avant-garde belge des années 1990-2000 et que l’on pu voir, à Angoulême comme à Aix, dans l’exposition Génération Spontanée. "Tu es le fils du roi !" glissa un jour son père à l’oreille du jeune Éric Lambé. Tout l’ouvrage tourne autour de cette phrase énigmatique. Il a mis cinq ans à se faire.

Le résultat est parfaitement enthousiasmant. Sommes-nous encore dans de la BD ? Certes oui : il y a narration, il y a dessin, il y a livre... Nous sommes dans une radicalité artistique cohérente, parfaitement soutenue par un discours théorique qui se tient, contrairement à certains cénacles parisiens qui nous font régulièrement sourire de dépit.

Évidemment, nous sommes loin des Schtroumpfs ou de Largo Winch, mais rien n’arrête notre esprit curieux. Nous avons rencontré Éric Lambé autour de son travail et nous y reviendrons prochainement.

DP

JPEG - 21.3 ko
Photos : D. pasamonik (L’Agence BD)

Éric Lambé à la Galerie Martel

Jusqu’au 23 février 2013.

Galerie Martel, 17 rue Martel, 75010 Paris.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

VOIR EN LIGNE : LE SITE DE LA GALERIE MARTEL

5 Messages : Participez à la discussion

  • Le remarquable Éric Lambé expose à la galerie Martel

    19 janvier 2013 17:16, par Pirlouit

    "au stylobille bleu et noir, au format 33 x 33 cm, imprimé en quatre couleurs Pantone" avez vous écrit. Mais comment transformer le noir et le bleu (deux couleurs) en quatre couleurs Pantone ? Désolé, je ne suis pas un technicien du dessin !! Tout renseignement sera le bienvenu !

    repondre message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 19 janvier 2013 à  18:24 :

      comment transformer le noir et le bleu (deux couleurs) en quatre couleurs Pantone ?

      Je suppose qu’on scanne d’abord, qu’on intervient sur les fichiers ensuite, et qu’on choisit les Pantone à ce moment. On y ajoute des essais en début de tirage. L’éditeur Thierry Van Hasselt m’a expliqué que le photograveur qui s’est occupé de l’ouvrage était lui-même féru d’expérimentations. C’est leur travail collectif qui donne ce livre, un objet que le meilleur iPad du monde ne pourra jamais dépasser.

      repondre message

    • Répondu par Eric B. le 19 janvier 2013 à  19:04 :

      Quatre couleurs = cyan, magenta, jaune et noir, soit les quatre couleurs de base permettant de créer toutes les autres en impression.

      Imprimer quelque chose ayant été réalisé en deux couleurs (ou en une) en quatre couleurs permet d’obtenir des nuances infiniment plus riches. Faites le test : entre numériser en noir et blanc (1 couleur) ou en pleines couleurs un dessin réalisé au simple crayon, il y a un monde de différences. Et pourtant, à la base du dessin, il n’y a qu’une couleur.

      repondre message

      • Répondu le 21 janvier 2013 à  00:27 :

        Vous confondez quadrichromie et quadricolor.
        Là on choisit des couleurs pantone, ça peut-être n’importe quelles couleurs, deux bleus et deux bruns, ou deux nuances de vert, un noir et un orangé. C’est le principe de la sérigraphie, chaque passage peut être de n’importe quelle teinte.

        repondre message

  • Les livres d’Eric Lambé ne me touchent pas toujours mais quand ils le font c’est durablement. "La pluie" a été une découverte qui m’a marquée, autant par son histoire (de Philippe De Pierpont) que par son dessin et sa mise en scène. Ah, si ce livre avait été aussi bien maquetté et fabriqué par Casterman que celui présenté ici...

    repondre message





Commande Albums - Qui sommes-nous ? - Rédaction - Conditions d'utilisation - Régie - Site réalisé avec SPIP