Presque (nouvelle édition) - Par Manu Larcenet - Les Rêveurs

5 septembre 2017 0 commentaire

Les Rêveurs célèbrent cette année leur vingtième anniversaire. Une belle longévité pour la maison fondée par Manu Larcenet et Nicolas Lebedel sous l’appellation originelle "Les Rêveurs de runes". C’est aussi l’occasion de faire vivre un catalogue rassemblant raretés patrimoniales - Jacovitti, Herriman [1] - et expériences graphiques - L.L. de Mars ou Squarzoni notamment. Nous avions ainsi salué l’intégrale Fantagas, de Carlos Nine, parue en avril.

Presque (nouvelle édition) - Par Manu Larcenet - Les Rêveurs
Presque © Manu Larcenet / Les Rêveurs 2017

Les Rêveurs proposent donc une nouvelle édition de Presque, une des premières œuvres réellement personnelles de Manu Larcenet. Réalisé et édité en 1998, Presque revient sur un épisode demeuré longtemps traumatique pour le dessinateur : son service militaire. Avec une nouvelle maquette et surtout une couverture inédite très impressionnante, cette nouvelle édition permet de mieux cerner l’évolution, psychologique comme artistique, de Larcenet.

Presque © Manu Larcenet / Les Rêveurs 2017

Le récit est double dans cet ouvrage. Nous suivons d’une part le déroulement du service militaire vécu par Manu Larcenet, en particulier sa fin exceptionnellement violente, venant clore tout un parcours constitué d’humiliations et de souffrances. Mais l’auteur explique d’autre part la genèse du livre, difficile accouchement d’une œuvre que nous pourrions croire libératrice, mais qui marque davantage une étape qu’un salut. Le récit est dur et sans espoir, sans être cependant le résultat d’une posture antimilitariste. Simplement l’évocation d’une machine broyant les esprits et les corps. L’ensemble est sombre, mais non sans humour, encore qu’il s’agisse de la politesse du désespoir.

Presque © Manu Larcenet / Les Rêveurs 2017

Dans quelques pages ajoutées a posteriori en fin d’ouvrage, Larcenet admet que son travail comporte encore des scories de jeunesse et reflète une période où il cherchait "à noyer l’ennui et le désespoir d’une enfance mal comprise sous la profusion de travaux aussi inégaux que moyennement intéressants" [2]. Une certaine emphase dans l’écriture rappelle en effet qu’il tâtonne encore dans l’expression de ce qui lui tient le plus à cœur, et il est vrai que l’exercice est autrement plus périlleux que la réalisation des planches que Fluide Glacial lui commandait à l’époque.

Certes, il ne peut s’empêcher au passage d’écorner "la pauvreté d’esprit des invertébrés fournisseurs officiels des forum Internet dédiés à dire des conneries sur la bande dessinée" [3]. Mais il reconnaît par ailleurs l’influence que David B., Lewis Trondheim et Blutch [4] ont pu avoir sur son travail à cette époque. Ainsi, dans Presque, des scènes d’un noir charbonneux contrastent avec d’autres plutôt minimalistes, où il se représente sous la forme d’un avatar patatoïde.

Presque © Manu Larcenet / Les Rêveurs 2017

Si le livre a valeur de témoignage, plus de vingt ans après la levée du service militaire en France, il vaut aussi pour l’éclairage qu’il apporte sur l’évolution artistique de Manu Larcenet. Malgré des maladresses, nous pouvons déceler ce qui lui permettra, plus tard, de dessiner des œuvres comme Blast ou Le Rapport de Brodeck. Il comporte en germe aussi bien la rage et la profondeur de vue que la puissance graphique qui ont donné naissance à ses livres les plus récents.

Presque © Manu Larcenet / Les Rêveurs 2017

FH

20 x 30 cm (format à l’italienne) - 112 pages en noir & blanc - couverture cartonnée - collection On verra bien - parution le 24 août 2017 (huitième édition, première édition en 1998) - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Presque a été adapté par la compagnie ATLAST, de Montreuil, en un spectacle intitulé Le Circaète et mêlant théâtre, musique et vidéo.

A lire également sur ActuaBD :
- Brodeck et la violence du silence
- « L’Indicible » : Larcenet achève magistralement son adaptation du « Rapport de Brodeck »
- Salch et Larcenet, de sacrés "Branleurs" chez Les Rêveurs !

[1Une édition inédite des strips quotidiens de 1934 de George Herriman est d’ailleurs annoncée pour le 26 octobre 2017.

[2Page 93 de la présente édition.

[3Page 91 de la présente édition.

[4Pages 93 et 95 de la présente édition.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?