À Angoulême 2016 et en librairie, le nouveau cycle de Lastman décoiffe !

21 janvier 2016 1 commentaire
  • Le deuxième tome de ce second cycle comble les attentes des lecteurs : coup de théâtre et confrontations se succèdent sur un rythme endiablé. La meilleure introduction possible à l'exposition prévue dans une semaine au 43e Festival d'Angoulême 2016, attendue de pied ferme par les fans !

Après des retrouvailles mouvementées, Richard et Adrian continuent à se ré-apprivoiser. Mais ces dix années ont laissé des traces, et ce sont maintenant deux hommes qui se retrouvent. Leur relation a changé... Vont-ils l’accepter ?

La ville de Paxtown elle aussi s’est radicalement métamorphosée en quelques années. Cet ex-repaire d’hors-la-loi et de magouilleurs semble devenue une sympathique station balnéaire, destination préférée des touristes et des familles. Ce formidable bouleversement est à mettre au profit du maire, l’ex-pop star et petite amie de Richard Aldana : Tomie Katana, qui a fait de la lutte contre le crime et les mafias son principal combat. Mais si la violence n’est plus apparente, elle s’est seulement tapie au creux de la ville, attendant le moment opportun pour ressurgir et tout dévaster sur son passage !

À Angoulême 2016 et en librairie, le nouveau cycle de Lastman décoiffe !
Une construction scénaristique et graphique très référentielle.
(c) Casterman

Une fois achevée cette introduction de second cycle légitimement un peu lente, ce huitième tome renoue avec un punch inégalable. Les auteurs multiplient les scènes d’action, mais surtout les révélations que se font les personnages de même que les retournements de situation, afin d’aspirer littéralement le lecteur dans leur univers.

Le grand jeu de cette série de douze tomes apparaît plus clairement dans ce huitième récit : les auteurs font des parallèles entre des institutions placées dans des univers différents, à des moments différents. Ainsi, la justice autocratique de la Vallée des Rois est dispensée tantôt avec sagesse, tantôt sans discernement ; de même,celle rendue au sein de la "civilisation" prend un nouvel angle après les oratoires-catch du tome 3. Ce huitième volume la présente plus posée, mais finalement déséquilibrée lorsque l’argent s’en mêle.

Le pouvoir d’Elorna se révèle...
(c) Casterman

Le lecteur prendra beaucoup de plaisir à découvrir comment Paxtown a évolué en dix ans avec Tomie Katana au poste de Maire. Le pouvoir de la jeune Elorna apporte également une nouvelle dimension dans la relation entre les personnages, tout autant que le revirement subit du jeune Grégorio qui ne supporte pas ces événements-chocs déstabilisants, comme nous l’avaient expliqué précédemment les auteurs.

(c) Casterman
La série est en vitesse de croisière.
(c) Casterman

Par rapport au premier cycle qui présentait l’évolution de presque tous les personnages (sauf Richard), ce second cycle est celui de la maturité. Les auteurs avancent maintenant beaucoup plus vite dans l’intrigue, multipliant les ellipses, et distillant des éléments-clés dans des séquences d’apparence anodine.

Ce changement de tempo tranche d’ailleurs avec des moments intimes qui, paradoxalement, comportent quelques longueurs. Mais on devine que de nouveaux bouleversements sont à venir, principalement concernant la personnalité du jeune héros Adrian.

Ce cycle de la maturité passe également par le ton général un plus adulte. Si l’humour est toujours présent, les séquences se font plus violentes. Le sexe fait d’ailleurs son apparition, avec trois scènes assez chaudes, sans pour autant être gratuites. Les particularités sexuelles s’accompagnent de visions subjectives (caméra de sécurité, pouvoir d’Elorna qui se confrontent, permettant de mieux creuser les différents aspects de chaque personnalité.

(c) Casterman

Succédant à un volume introductif, ce tome 8 se révèle captivant de bout en bout. Il bouleverse le fragile équilibre des forces en présence, ce qui ravit le lecteur qui a suivi la série depuis le début, et constitue un argument supplémentaire pour convaincre ceux qui ne l’auraient pas encore découverte.

Bien qu’il soit presque impossible de décrocher de ce huitième volume, il y manque cependant un élément pourtant bien présent dans le premier cycle : cette fragilité qui donnait du caractère au jeune Adrian, à Marianne ou à Richard.

Sans doute pas la meilleure couverture du collectif. Les bonus sont une fois de plus au rendez-vous dans cette version collector.

Elle est rappelée en filigrane, même accompagnée de remises en question. Mais le caractère déterminé d’Elorna ne lui permet pas de conquérir le cœur des lecteurs avec la même efficacité que pour Marianne.

Heureusement, il reste encore quatre tomes pour découvrir ce que Balak, Sanlaville & Vivès nous réservent comme nouvelles surprises, histoire que Lastman constitue une réelle référence de la BD à la française avec son mode de narration qui ose mélanger et bousculer les genres et les références.

Après un rythme de parution qui s’était ralenti en raison des divers projets dérivés que l’équipe réserve à sa série (jeu vidéo, dessin animé, etc.), auteurs et éditeurs espèrent publier trois tomes en 2016 ! Avec comme conséquence que chaque nouvelle publication de Lastman nous rapproche du douzième et ultime volume !

Sans préjuger d’une suite possible, les fans pourront prolonger leur plaisir avec le jeu d’arcade Last Fight, et surtout la série de dessins animés qui en sont tirés et dont le pilote sera présenté à l’exposition qui lui est dédiée au 43e FIBD d’Angoulême, au Quartier Jeunesse. Rendez-vous dans le Chais Magelis !

L’affiche officieuse de l’exposition Lastman au 43e Festival d’Angoulême
Documents

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Lastman T8 - Par Balak, Sanlaville & Vivès - Casterman

Lire notre récente interview des auteurs : « Nous vivons un moment unique en France : un alignement des planètes qui permet d’exploser toutes les envies créatrices » ainsi que notre dossier qui leur était consacré : Albums, jeu, traduction US et dessin animé : Lastman revient en force !

À propos de Lastman, lire également :
- notre article introductif de la série
- les chroniques des tomes 2 et 4
- un article récapitulatif des 4 premiers tomes : Lastman : déjà plus de 800 pages d’aventure !
- les chroniques des tomes 5 et 6
- Les auteurs de Lastman crèvent tous les écrans
- Last Man s’anime !
- Albums, jeu, traduction US et dessin animé : Lastman revient en force !

De Lastman, commander
- le tome 1 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 1 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le coffret regroupant les tomes 1 et 2 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 5 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 5 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le magazine Sexy Sirène chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 6 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 6 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 7 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 7 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 8 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 8 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC

Bastien Vivès sur ActuaBD, ce sont des albums de bande dessinée :
- L’Amour
- La Guerre
- La Grande Odalisque (avec Ruppert et Mulot)
- La Famille
- Les Melons de la colère
- Pour l’empire
( avec Merwan Chabane & Sandra Desmazières)
- Amitié étroite
- Dans mes yeux
- La boucherie
- Polina
- Le goût du chlore
- Elles
dans un article consacré à la création du label KSTR

Et des interviews :
- « Je préfère les histoires que je raconte à la vraie vie » (mars 2012)
- "Grâce à la caméra subjective, j’ai pu me concentrer exclusivement sur la fille que je voulais dessiner" (mars 2009)
- « Je voulais expliquer comment on tombe amoureux » (août 2008)

Lire également l’interview de Didier Borg, éditeur de Lastman : "Il faut d’abord être juste dans l’histoire que l’on porte et dans la manière dont on la transporte en numérique ou sur papier."

Visiter la page Facebook de Lastman

 
Participez à la discussion
1 Message :