A l’Ombre des Tours mortes - Par Art Spiegelman - Editions Casterman

9 septembre 2004 1 commentaire
  • Mythique créateur de {Maus}, seul auteur de bande dessinée à recevoir le célèbre Prix Pulitzer, Art Spiegelman revient ces jours-ci en librairie avec un album très différent de son œuvre maîtresse. Inscrit dans l'actualité (et notamment les attentats du 11 septembre 2001), il est radicalement différent du précédent.

Par la forme d’abord. Alors que Maus comptait près de 300 pages en noir et blanc très précises et très denses, celui-ci en aligne une petite dizaine de grand format en couleur, publiées dans quelques grands journaux internationaux, entrecoupées de textes explicatifs et de documents reprenant des BD du début du siècle. Peut-être pour donner de la main à l’ouvrage, ce volume est imprimé sur du papier-carton, à la manière des livres de première lecture pour les 0-3 ans.

Empreint d’émotion, le propos est celui d’un homme que l’écroulement des tours jumelles de Manhattan a durablement ébranlé, un peu comme si cette douleur nouvelle ré-ouvrait les anciennes blessures si laborieusement refermées par un dialogue douloureux entre Spiegelman et son père racontant son expérience de la Shoah.

L’album est militant et participe à la croisade anti-Bush de saison d’une manière drastique et efficace. Ce faisant, on regrette qu’il se laisse envahir par la force de l’émotion davantage que par la clarté de la réflexion. Son caractère régressif en particulier nous semble desservir cette mission que Maus accomplissait merveilleusement : faire prendre conscience.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • > A l’Ombre des Tours mortes - Par Art Spiegelman - Editions Casterman
    10 septembre 2004 11:51, par Xavier Mouton-Dubosc

    Un ouvrage superbe, surtout pour les excellentes pages qui reprennent le style des pionniers américains de la bande-dessinée (une vraie claque), s’il n’était le suprenant support d’impression : du carton !
    du coup, l’album est très épais malgré le faible nombre de pages, il est peu pratique à feuilleter et à ranger, et son prix est incroyablement prohibitif !

    Nombreux sont les amateurs déçus de cette édition qui ne l’achèteront pas, surtout pour le dernier argument. J’en fais partie. Dommage, il aurait pu être en tête pour le Prix de la Critique cette année.

    Répondre à ce message