Alexandrin ou l’art de faire des vers à pied - Par Pascal Rabaté et Alain Kokor - Futuropolis

9 octobre 2017 0 commentaire
  • Comment vivre selon ses idéaux dans un monde qui en est dénué? C'est une question à laquelle ce récit initiatique tente d'apporter en partie une réponse.

Alexandrin de Vanneville arpente les champs et les villes en proposant ses poèmes à qui souhaite les lire afin de survivre. Bien qu’il rencontre parfois des gens réceptifs à ses textes et à sa personne, il lui arrive également de buter sur l’incompréhension et le soupçon de certains.

Son quotidien est quelque peu bousculé le jour où il croise un jeune fugueur, Kévin, fouillant dans les poubelles à la recherche de quoi se sustenter. Le poète décide de le prendre sous son aile et de lui enseigner son art. Débute alors un petit périple riche en rencontres et qui apportera son lot d’apprentissage aussi bien à Kevin qu’à Alexandrin.

Il y a quelque chose de Jacques Tati dans cette bande-dessinée. Peut-être à cause du protagoniste, poète itinérant qui parcourt les routes affublé de sa redingote à carreau qui enveloppe sa longue silhouette malingre. Peut-être à cause du dessin au style désuet mais non moins vivant et expressif et ou le trait poudreux et aux couleurs pastel nous donne envie de toucher les pages et offre à l’ensemble une atmosphère quasi onirique. Peut-être aussi à cause de cette confrontation entre deux mondes dont l’un écrase de plus en plus l’autre.

Alexandrin, le bien nommé, nous apprend à respirer, à regarder et à écouter dans une société où on doit aller toujours plus vite, où nos yeux sont rivés sur des écrans de toute sorte et où nos oreilles sont polluées par les bruits incessants de la vie citadine. A cela s’ajoute la question de la transmission. La méfiance de Kevin vis à vis d’Alexandrin se transforme en enchantement devant la faculté de cet homme à jouer avec les mots. Suivant son exemple, Kevin s’avèrera très doué aussi en la matière. Leurs échanges ouvrent les yeux du garçon sur la poésie du monde qui l’entoure. La fin nous apporte une lueur d’espoir quant à l’héritage laissé par le vieil homme à son jeune compagnon.

Alexandrin ou l'art de faire des vers à pied - Par Pascal Rabaté et Alain Kokor - Futuropolis
Alexandrin ou l’art de faire desvers à pied / Pascal Rabaté & Alain Kokor © Futuropolis 2017

La mise en page est très travaillée. On frôle parfois avec le story-board, surtout dans les séquences muettes. Quelques planches ou bandes retranscrivent des procédés cinématographiques tels que travelling ou zoom offrant une certaine fluidité dans le mouvement. Le texte est également soigné et on constate l’effort fourni dans l’élaboration des rimes, tant pour exprimer la beauté du ciel que pour se réjouir d’un futur repas.

Une histoire touchante qui ne laisse pas indifférent et dont la poésie peut s’avérer contagieuse.

(par Tahani Biernat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Alexandrin ou l’art de faire des vers à pied. Par Pascal Rabaté et Alain Kokor. Edition Futuropolis. Sortie le 24 août 2017. 96 ppages. 22 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?