Angoulême 2012 : Le "In", le "Off", le "Over", le "Out" et le "Through"

19 janvier 2012 7 commentaires
  • La fièvre monte. Nous sommes à une semaine du début du Festival 2012. Certains commencent à organiser leur agenda mais on commence par quoi? Par les expos, les stands, les conférences, les concerts...? Difficile de s'y retrouver, d'autant qu'à côté du programme "officiel", il y a une multitude de choses passionnantes à voir et à vivre... Florilège.

Car oui, il y a différents programmes, que l’on peut catégoriser de différentes manières :

Angoulême 2012 : Le "In", le "Off", le "Over", le "Out" et le "Through" Le programme "in" ou programme officiel. Vous le recevrez en achetant votre billet, ou en le prenant sur les différents points d’information du Festival, de même que sur le site officiel. Cela va des expositions "Art Spiegelman", l’expo rétrospective du président au bâtiment Castro, aux "Jeunes talents" et au "Quartier jeunesse" financé par la Caisse d’Epargne, à "L’Europe se dessine" financé par la Communauté Européenne, en passant par l’exposition espagnole Tebeos à l’Espace Franquin, l’expo Dirosamagazine au Musée des Beaux Arts, la rétrospective Fred à l’Hôtel Saint-Simon, La Bande Dessinée suédoise autour de August Strindberg dans le bâtiment Castro, l’expo des travaux de Philippe Coudray autour de son Ours Barnabé au Musée du papier, une spéciale Taïwan dans la cour de l’Hôtel de Ville.

Parmi les autres choses à voir, il y a : L’espace SNCF polar sur la place Saint-Martial, l’espace Malabar situé dans le quartier jeunesse, l’espace Mangasie sur le Champ de Mars et les bulles éditeurs et leurs signatures, bien évidemment.

Au nombre des manifestations publiques, il y a les Rencontres internationales avec, notamment cette année : Art Spiegelman, Joe Sacco, Francis Masse, Charles Burns, Igort, Delisle ou Craig Thompson...

Il ya bien sûr les concerts de dessins dont le FIBD a déposé la marque comme si le principe lui appartenait (attention si vous utilisez ce vocable pour un de vos spectacles, vous risquez la lettre d’avocat...) . C’est Jean-Jacques Vanier (Melody Nelson qu’il compose à quatre mains avec Gainsbourg, ou les arrangements de Michel Polnareff) en duo avec la dessinatrice Aude Picault qui font le spectacle.

Pour composer votre agenda, vous pourrez utilement vous reporter à leur programme heure par heure

Le logo a été dessiné par Lewis Trondheim
"Bande Dessinée sans frontière", un événement "off" au Conseil Général

- Le programme "Off". Normalement, un Festival "Off", comme c’est le cas en Avignon, est un festival non-officiel et indépendant. Pas à Angoulême, le FIBD, jaloux de ses prébendes et de ses privilèges, a décidé de se l’approprier.

Sur un blog où le lecteur se fait curieusement tutoyer, on trouve la liste de la plupart des manifestations "Off" sur les quatre jours.

Allez-y voir car il y a une flopée d’événements qui embrassent aussi bien la BD en Arménie et en Turquie dans le cadre de "Bande Dessinée sans Frontière", un événement du Conseil Général de Charente dont ActuaBD est le partenaire (nous vous en reparlerons), l’exposition Pat’ Apouf du dessinateur Gervy, que sur la BD africaine ou "La Palestine dans la bande dessinée".

Le Musée privé de Soiegelman fait l’objet d’un catalogue savant. Le commiqqariat de l’exposition est assuré pat Thierry Groensteen

- Le programme "Over" de la Cité de la BD. Des manifestations "en prime" dont le FIBD vous cache tout. Car la guerre entre le FIBD et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image est toujours de mise puisque vous ne pouvez pas compter sur le site du Festival (qui pourtant utilise largement son infrastructure...) pour communiquer sur les nombreuses manifestations qui ont lieu dans l’enceinte de la Cité et, notamment la très attendue exposition « Art Spiegelman : le musée privé » qui se tiendra à Angoulême du 26 janvier au 6 mai 2012, pour laquelle l’auteur de Maus a choisi dans les fonds d’originaux et d’imprimés de la Cité de la bande dessinée, mais aussi dans de prestigieuses collections américaines, les documents rares de ce qui va constituer son propre « musée privé de l’histoire et de l’accomplissement de la bande dessinée ».

« J’ai été invité par le musée de la bande dessinée à remplacer une exposition permanente qui, d’ordinaire, est fortement centrée sur le patrimoine francophone, par ma cartographie personnelle et perverse de ce qu’est la bande dessinée, raconte Spiegelman. Il y a, bien entendu, des recoupements. Des œuvres issues de la tradition franco-belge ont été très importantes pour moi. Mais on verra aussi des œuvres qui ne sont pas connues en France, et d’autres qui sont universellement connues mais qui m’ont formé en tant qu’artiste et qui ont été déterminantes dans la perception de la bande dessinée, en tout cas aux États-Unis. Cette exposition constitue donc un regard alternatif sur le patrimoine, elle en est la version « Bizarro »

On n’oublie pas non plus la fameuse exposition "Une Autre histoire" dont nous vous avons déjà parlé.

On mentionnera aussi le Symposium International des musées et bibliothèques de conservation de la bande dessinée, de l’illustration et de la caricature qui a lieu le 26 et le 27 janvier qui réunit les conservateurs de quelques-uns des plus grands musées et centres de la BD dans le monde (États-Unis, Japon, Belgique, Suisse, Corée...) avec comme objectif de créer un réseau international des musées et bibliothèques de la bande dessinée et des arts graphiques.

Mais il y a aussi plein d’autres événements à la Cité pour lesquels vous vous reporterez utilement à la page des Rendez-vous de la Cité.

- Enfin, le Festival "Out" ou "Trough" pour tous ceux qui ne viennent pas ou qui sont passés “au travers”, dont on ne parle pas, que ce soit des événements improvisés à la dernière minute, des éditeurs qui n’ont pu venir car on ne leur a pas donné de stand (alors qu’ils étaient prêts à payer) ou à qui l’on a offert des propositions inacceptables. Ceux-là, on les rencontre au petit bonheur la chance, au détour d’un bistrot ou d’un flyer distribué localement. Ce ne sont pas les moins intéressants...

Little"Jimmy" par James Swinnerton, une page dénichée par Art Spiegelman
Distribué par l’International Feature Service en 1926
Encre de Chine et crayon bleu sur papier, 243 x 29 mm.
Collection musée de la bande dessinée, Inv. 95.32.1

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Festival de la bande dessinée d’Angoulême, du 26 au 29 janvier 2012

 
Participez à la discussion
7 Messages :