Angoulême 2017 J-6 : Will Eisner en majesté

21 janvier 2017 0 commentaire
  • Dans la lignée de sa politique patrimoniale, la Cité de la bande dessinée d’Angoulême consacre à partir de la semaine prochaine, en association avec le Festival International de la BD, son exposition majeure de la saison à Will Eisner, pionnier de la bande dessinée américaine, inventeur du Roman Graphique, génie du dessin et de la narration. L’exposition sera inaugurée mercredi avec le grand scénariste Chris Claremont.

Il était né le 6 mars 1917, nous célébrons donc son centenaire cette année. À cette occasion, la Cité internationale de la bande dessinée et le Festival International de la Bande Dessinée inaugurent lors de la 44e édition du Festival (du 26 au 29 janvier 2017), cette exposition exceptionnelle est présentée au musée de la bande dessinée du 26 janvier au 15 octobre 2017.

C’est un auteur majeur (la plus haute distinction aux États-Unis pour un auteur de BD est un « Eisner Award » remis au moment de la Comicon de San Diego en juillet ) : fils d’immigrés juifs autrichiens et roumains, il créa littéralement en 1936, avec Jerry Iger, l’Eisner & Iger Studio, le premier studio de comics américains, un studio où Jack Kirby, Bob Kane, Frank Frazetta, Wallace Wood, Joe Kubert, Jules Feiffer et tant d’autres firent leurs premières armes.

Angoulême 2017 J-6 : Will Eisner en majesté
1947 - "Escape", une "Splash Page" en page de titre caractéristique du "Spirit".
© Will Eisner Studios Inc
1949 - Une autre titraille pour "Lonesome Cool", où s’exprime une science du noir et blanc dans la lignée de Milton Caniff.
© Will Eisner Studios Inc

Eisner crée en 1940 le personnage du Spirit, un « anti-super-héros » dont le genre venait d’être créé avec Superman (1938) et Batman (1939) quelques temps auparavant. Mais l’industrie prend un tour qui ne cadre pas avec cet auteur indépendant plus intéressé à produire des histoires pour les adultes que d’éternels combats en costumes pour les adolescents. Il crée une société de communication par le dessin, l’American Visuels Corporation, où il a comme client principal l’armée américaine.

Retraité dans les années 1970, ayant revendu son entreprise, une nouvelle vie s’offre à lui : il se consacre un peu à l’enseignement (on lui doit deux ouvrages sur la pratique de la bande dessinée) et découvre à l’occasion de la convention de New York de 1971, les mutations de la bande dessinée de son temps. Il y croise Crumb, Griffith, Art Spiegelman... Grâce à Jules Feiffer, devenu entretemps un éditorialiste réputé, le public redécouvre le Spirit. Sa réputation traverse l’Atlantique et Eisner reçoit le deuxième Grand Prix d’Angoulême en 1975 (après Franquin).

1950 : Une belle double de "The Island" qui montre tout le talent narratif d’Eisner.
© Will Eisner Studios Inc

À l’occasion de son escapade angoumoisine (il y reviendra régulièrement), il découvre le N°1 de Métal Hurlant et La Ballade de la Mer salée de Pratt. Un choc qui lui fait comprendre que le logiciel de la bande dessinée mondiale a changé. On parle de "9e art"...

En 1978, il se fait le promoteur d’une forme nouvelle de bande dessinée : le Roman Graphique dont il accole le vocable à une création plus littéraire, avec un nombre de pages abondants, au format du roman. En clair un « vrai livre » qui n’est ni un comics ni un album, que l’on peut mettre sur une table à côté des romans et des essais. Art Spiegelman et bien d’autres s’engouffreront dans la brèche. Eisner se consacrera à sa cette nouvelle activité jusqu’à sa mort en 2005.

"A Contract with God" (1978), le premier ouvrage à arborer en couverture le vocable de "Graphic Novel"
© Will Eisner Studios Inc
"The Dreamer" (1985), un roman graphique où Eisner raconte la vie de son studio de dessin.
© Will Eisner Studios Inc

Sur 400 m², dans une scénographie monumentale signée par une référence : l’atelier Lucie Lom, ce sont plus de 120 planches originales, imprimés, croquis, esquisses, photos, lettres manuscrites… qui nous seront montrées dans un parcours chronologique peuplé de personnages qui échappent le plus souvent aux stéréotypes classiques de la bande dessinée américaine, dans des paysages urbains détaillés avec acuité, empathie et nostalgie. Le regard d‘un maître.

Un dessin empathique (ici tiré de "City People Notebook", 1989)
© Will Eisner Studios Inc

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Exposition Will Eisner, génie de la bande dessinée américaine
Du 26 janvier - 15 octobre 2017
Musée de la bande dessinée d’Angoulême

Deux films documentaires seront également diffusés au sein de l’exposition : "Will Eisner : Profession Cartoonist" (1999) de la réalisatrice brésilienne Marisa Furtado d’Olivero et "Will Eisner : Portrait of a Sequential Artist" (2010) du réalisateur américain Andrew Cooke.

  Un commentaire ?