Angoulême 2018 : Emmanuel Guibert, Marion Montaigne et Titeuf, des expositions aux personnalités singulières

20 janvier 2018 1 commentaire
  • Suite du teasing des expositions à Angoulême. En voici trois qui offrent un bon panorama de la diversité et de la solidité de la création francophone contemporaine de bande dessinée.
Angoulême 2018 : Emmanuel Guibert, Marion Montaigne et Titeuf, des expositions aux personnalités singulières
Marion Montaigne réinvente la science amusante
© Dargaud

S’il fallait une femme –une seule ?...- dans les expositions d’Angoulême, le nom de Marion Montaigne s’impose naturellement. D’abord parce qu’avec le feuilleton quotidien « Tu mourras moins bête… mais tu mourras quand même ! », depuis 2016 sur Arte, tiré de la BD éponyme (Ed. Delcourt), l’autrice a atteint un seuil de notoriété véritablement « grand public ».

Ensuite, avec sa présence sur son blog, dans ses livres et ses vidéos, elle prend les choses sérieusement avec humour en véritable humoriste, désacralisant la science et revitalisant l’envie de savoir grâce à des métaphores vivifiantes et un dessin drôle et spontané.

Son dernier ouvrage, Dans la combi de Thomas Pesquet (Dargaud), réalisé en complicité avec le célèbre astronaute français, participe une fois encore à rendre amusante la science dans un album délicieux où l’humour est lui aussi en apesanteur.

Dans la toute nouvelle médiathèque Alpha, l’équipe de Ferraille Production, qui s’y connaît en expositions-farces nous a conçu un parcours où le Professeur Moustache égrène ses démonstrations ludo-scientifiques !

Dans la combi de Thomas Pesquet par Marion Montaigne (Dargaud)
© Dargaud

Le jeune Titeuf, 25 ans, attend ses parents sur le parvis de l’Hôtel de Ville

Après Boule & Bill, Les Tuniques bleues, Les Peanuts ou Mickey, c’est Titeuf qui a droit a son exposition extérieure sur le parvis qui fait face à l’hôtel de ville, une exposition ouverte jour et nuit.

Il faut dire que le gamin a 25 ans cette année (je sais, il ne les fait pas) et avec lui le monde qu’il observe depuis ce jour de janvier 1993 où un jeune Suisse de 25 ans, Zep, le présentait au public pour la première fois sur le stand Glénat. Depuis, l’un et l’autre ont fait du chemin : Zep a obtenu le Grand Prix et Titeuf est devenu une star de cinéma. Zep raconte tout cela dans l’expo et dans une masterclass.

© Glénat et Zep

Emmanuel Guibert, en lice pour le Grand Prix

Lauréat en janvier 2017 du Prix René Goscinny, qui récompense l’œuvre d’un scénariste de bande dessinée, Emmanuel Guibert est aussi le seul auteur français pour être pressenti au Grand Prix d’Angoulême cette année. Cet auteur solaire qui s’adresse, à travers ses différents livres, à tous les âges, est aussi un expérimentateur inspiré dont cette exposition rend compte. Un bel artiste qui du coup, s’il était élu, se retrouverait avec deux expositions se faisant suite ? Ce serait une première !

© L’Assocaition et Emmanuel Guibert

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

45° Festival International de la bande dessinée d’Angoulême –
Du 25 au 28 janvier 2018
LE SITE DE L’EVENEMENT
-  MARION MONTAIGNE RAMENE SA SCIENCE - L’Alpha – Médiathèque de GrandAngoulême du 25 au 28 janvier 2018
-  LE MONDE SELON TITEUF - Parvis de l’Hôtel de ville, du 25 au 28 janvier 2018.
-  EMMANUEL GUIBERT - LE DESSIN COMME ECRITURE - Vaisseau Moebius • Mezzanine Calvo, du 25 au 28 janvier 2018

 
Participez à la discussion
1 Message :