Angoulême 2018 : Les nouveaux visages de la bande dessinée arabe

22 janvier 2018 1 commentaire
  • Sur les cimaises du Musée d’Angoulême, pendant le Festival, découvrez les nouveaux traits de la bande dessinée des pays du Maghreb et du Levant. L’occasion rêvée de découvrir ces cultures sans passer par le prisme enlaidissant de l’actualité.
Angoulême 2018 : Les nouveaux visages de la bande dessinée arabe
Short - Collectif dirigé par Mohamed Shennawy, à paraître chez Actes Sud.

Depuis quelques années, la Cité de la bande dessinée s’est ouverte aux grandes tendances de la bande dessinée mondiale. Avec l’arrivée de son nouveau directeur général, Pierre Lungheretti, cette inclination s’est encore renforcée.

Cette année, nous avons l’occasion de découvrir la bande dessinée arabe dans son ensemble. Une approche utile d’abord pour décrasser l’esprit des stéréotypes qui encombrent notre cerveau en raison de l’actualité politique, mais aussi pour découvrir le ressenti et les préoccupations d’artistes jeunes, pour la plupart trentenaires, qui tentent, par la culture, de faire pousser l’espoir dans les esprits, là-bas mais aussi ici. Une perspective enrichissante et nécessaire à notre perception du monde.

Le roman graphique et l’autobiographie sont passés par là. La plupart des œuvres évoquent le quotidien, l’intime, l’urbain. Elles sont produites en marge et souvent sur les réseaux sociaux où leurs créateurs peuvent aujourd’hui se mettre au diapason de la production mondiale.

Dessins de la revue TokTok.

Constitués très souvent en collectifs, dans lesquels on compte un bon nombre de femmes : Samandal au Liban, TokTok en Égypte, Skefkef au Maroc, Lab619 en Tunisie…, ces bandes dessinées témoignent d’un quotidien que l’on ne lit pas dans nos journaux, que l’on ne voit pas sur nos (si petits…) écrans.

Il y en a de tous les styles : humoristiques, réalistes, arty, influencés par le manga, le street art, la tradition du dessin arabe… Leurs auteurs sont peintres, plasticiens ou travaillent pour la presse. Certaines de ces créations, comme Comixs 4 Syria sont anonymes en raison des dangers qu’encourent leurs créateurs.

L’exposition a sélectionné plus de quarante auteurs provenant d’Algérie, d’Égypte, d’Irak, de Jordanie, du Liban, de Libye, du Maroc, de Palestine, de Syrie et de Tunisie. Un catalogue multilingue (Alifbata éd.) accompagne cette initiative de La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, The Mu’taz & Rada Sawwaf Arabic Comics Initiative/ToshFesh.com, l’Université américaine de Beyrouth et l’Institut français de Paris en lien avec les Instituts français de la région (monde arabe).

Ville avoisinant la terre du Libanais Jorj A. Mhaya (éditions Denoël Graphic)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

NOUVELLE GÉNÉRATION : LA BANDE DESSINÉE ARABE AUJOURD’HUI
-  Musée de la bande dessinée d’Angoulême, du 25 janvier au 4 novembre 2018.
Plus d’infos sur le SITE DE LA CITÉ DE LA BANDE DESSINÉE


-  45° Festival International de la bande dessinée d’Angoulême –
Du 25 au 28 janvier 2018
LE SITE DE L’EVENEMENT


En médaillon : NOUVELLE GÉNÉRATION : LA BANDE DESSINÉE ARABE AUJOURD’HUI
-  Musée de la bande dessinée d’Angoulême, du 25 janvier au 4 novembre 2018.
Plus d’infos sur le SITE DE LA CITÉ DE LA BANDE DESSINÉE


-  45° Festival International de la bande dessinée d’Angoulême –
Du 25 au 28 janvier 2018
LE SITE DE L’EVENEMENT

NOUVELLE GÉNÉRATION : LA BANDE DESSINÉE ARABE AUJOURD’HUI
-  Musée de la bande dessinée d’Angoulême, du 25 janvier au 4 novembre 2018.
Plus d’infos sur le SITE DE LA CITÉ DE LA BANDE DESSINÉE


-  45° Festival International de la bande dessinée d’Angoulême –
Du 25 au 28 janvier 2018
LE SITE DE L’EVENEMENT

En médaillon : Mohamed Shennawy, fondateur de la revue égyptienne TokTok. Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD).

 
Participez à la discussion
1 Message :