Aspic Voisine - Par Simon Hureau (alias Monsieur H) - La boîte à bulles

15 août 2009 0 commentaire
  • De plus en plus radical, Simon Hureau livre un recueil qui explore la violence humaine sous forme de fables contemporaines. Son pseudo s'explique probablement par la crudité des scènes d'Aspic Voisine. Cet album troublant oblige le lecteur à prendre du recul et à réfléchir.

Aspic Voisine a d’abord été refusé par plusieurs éditeurs avant de trouver asile à la boîte à bulles. Ces "fables" macabres, qui n’hésitent pas à illustrer la barbarie et à recourir à la pornographie, naissent d’ une rencontre entre deux jeunes femmes antinomiques : une infirmière débutante et une marginale tendance goth, sans tabous et avide de sensations fortes.

Justine, l’apprentie blouse blanche, va au fur et à mesure accepter les extravagances de Mélusine, qui de son côté, semble assez fascinée par l’innocence de sa camarade. Révérence/référence au Marquis de Sade ?

Hureau, alias Monsieur H aurait pu se contenter de présenter le duo avec des scènes suggérées ou beaucoup d’ellipses. Mais il a souhaité tout montrer, lui-même plongeant dans les phénomènes de violence comme il a pu les décrire dans Tout doit disparaître et Colombe et la horde.

C’est surtout l’épisode l’agneau des mille délices qui va au bout du propos de l’auteur : à la fois porno et cannibalistique...

Si nombre de chroniqueurs ont été chercher des références dans le cinéma pour évoquer Aspic Voisine, notamment C’est arrivé près de chez vous (1992) et Orange mécanique (1971), j’y vois plus pour ma part une démarche à la Durandur, auteur du désormais historique Durandur encule tout le monde.

Au bout du compte, la démarche de Simon Hureau s’avère plus réfléchie. D’abord car ses héroïnes, quoique plausibles (très bonne connaissance de la culture gothique) n’ont rien de réalistes, ensuite car son trait, au crayon rond, doux, voire charmant, créé un décalage constant avec la narration.

Reste que dans la forme, l’album doit rester destiné à un public adulte et averti. La quatrième de couverture, ludique et provocatrice, bien dans le ton, joue à cet égard parfaitement son rôle.
Aspic Voisine - Par Simon Hureau (alias Monsieur H) - La boîte à bulles

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?