Astérix chez les pictes (2/3) - À la poursuite d’ "Asterix bei den Pikten"

12 octobre 2013 5 commentaires
  • Aujourd'hui à la Foire du Livre de Francfort, Jean-Yves Ferri et Didier Conrad vont rencontrer les lecteurs allemands d'Astérix. Émeute garantie, alors que les Allemands, comme dans 24 autres pays, attendent la sortie de l'album le 24 octobre... Enquête.

Parmi les événements majeur de la Foire du Livre de Francfort cette année, il y avait bien entendu la sortie de la version allemande d’Astérix chez les Pictes.

"Les éditeurs étrangers sont hyper-positifs, nous dit Mathilde Jablonski, responsable des droits étrangers de Hachette Illustré. Ils sont très contents que l’aventure continue. La publication se fait en simultané le 24 octobre, en 24 langues et 5 langues en digital. D’autres langues vont sortir dans les mois qui viennent." Les éditeurs ont signé le contrat avant de recevoir les fichiers, sans voir le résultat final, c’est dire si la confiance dans Astérix est patente.

Le fait que l’album se passe chez les Pictes a favorisé bien évidemment sa diffusion en Écosse. "Outre l’anglais, nous dit Mathilde Jablonski, cet album est traduit en gallois, en gaélique, et en scot ancien !"

Astérix chez les pictes (2/3) - À la poursuite d' "Asterix bei den Pikten"
Sur le stand Hachette, l’arc de triomphe d’Astérix
A Frankfurt, la presse allemande assiste à la conférence de presse

Asterix über alles !

L’Allemagne est traditionnellement le plus gros marché pour Astérix, après la France : il s’y est vendu en cumul 120 millions d’albums du Gaulois contre 130 millions en France ! C’est pourquoi chaque fois qu’il y a un nouvel Astérix, Albert Uderzo venait y faire un petit tour de promo.

Mais ce n’est pas le cas cette année, c’est Jean-Yves Ferri et Didier Conrad qui occupent l’estrade dans une tournée qui va les mener en Italie, en Espagne, à Anvers en Belgique, au Portugal... Le tirage allemand se situe "entre 1,6 et 1,8 millions d’exemplaires", selon les responsables d’Hachette, pour l’essentiel en édition brochée, contre 1 850 000 albums cartonnés en France. Ensuite, le plus gros tirage revient à l’Espagne, avec 200 000 exemplaires cartonnés. Cette grande disparité souligne l’affection particulière des Allemands pour notre petit Gaulois.

Sur le stand Egmont, le nouvel Astérix, sous cloche !
Dress code obligatoire : tout le monde en kilt !

Les auteurs arrivent sous un douche écossaise de bon aloi. Les Allemands ne laissent jamais rien au hasard... Les éditeurs d’Egmont-Ehapa se sont tous mis sur le dress-code du jour : motif écossais pour tout le monde. Toute la presse allemande est là, le doigt sur la couture du pantalon. Comme pour le reste de la presse internationale, personne n’a vu l’album. Les auteurs parlent donc, dans une langue de bois un peu farce, d’un album que l’assistance n’a pas vu. Personne ne s’en offusque.

Embargo

L’album-fantôme est d’ailleurs au centre des conversations. Sur le stand Egmont, on peut voir un album d’Astérix, mais sous cloche, solidement scellée. En raison de la spécificité de la distribution en Allemagne (chaque länder a sa distribution propre), les librairies allemands reçoivent l’album 10 jours avant la date de sortie. Ils ont une interdiction formelle de le mettre en vente avant la date de la sortie. Chaque libraire a dû signer avant réception un engagement en vertu duquel il s’interdit de diffuser l’album avant la date fatidique sous peine d’une amende de 5100 euros par exemplaire vendu ! (Nous vous mettons le PDF de cet engagement en annexe). Nous verrons si, à l’heure d’Internet et du scantrad sauvage, cet embargo sera respecté.

L’engagement que doivent signer les libraires

La conférence de presse terminée, les journalistes reçoivent un petit sac avec des cadeaux : un gâteau écossais immangeable, une bouteille de potion magique (un soda au café) et... incroyable ! merveilleux ! L’ALBUM d’Asterix bei den Pikten. Enfin, on va pouvoir le feuilleter, le lire, le critiquer !

Douche écossaise pour les auteurs d’Astérix et les Pictes !

Hélas, c’est un faux. À l’intérieur, des pages vierges d’écolier. Régis Marsac, le patron des édition Albert René est tout sourire : "Eh oui, avec Astérix, il faut parfois lire entre les lignes..."

Dans le kit pour les journalistes, chouette !, l’album ! Hélas, c’est un faux. Il va falloir attendre le 24 octobre 2013.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Vive l’écologie ! On imprime des fausses bds sur du vrai papier pour faire des mauvais gags !
    Trop fort les gars de la com ! Les a-t-on payé avec des billets de Monopoly ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 14 octobre 2013 à  00:16 :

      Il faut aussi condamner tous les cahiers, les agendas ???

      Répondre à ce message

      • Répondu le 14 octobre 2013 à  22:10 :

        Du papier vierge pour écrire dessus ?! Scandale !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois le 16 octobre 2013 à  10:26 :

          Cela peut toujours servir comme livre de dédicaces (mais bon, il y a des lignes....). Ou alors on peut s’en servir comme annuaire téléphonique de ses amies et proches.

          Répondre à ce message

    • Répondu par Mac Cata (alias FPW) le 3 novembre 2013 à  08:27 :

      Si encore l’album en valait la peine, on aurait pu (éventuellement) passer l’éponge et en faire de la patte à papier pour recycler , mais tout de même ce "teasing" (cette "aguiche" c’est plus heureux)autour de cet album est nauséabond car quelle forfanterie... Qui a pu croire sérieusement au sein de ceux qui prennent les décisions dans tout le processus, que nous tenions là autre chose que l’ombre d’une très pâle copie, bien incapable de plaire aux vrais nostalgiques ?
      Ferri aurait dû nous faire un "Astérix à la plage", il y aurait peut-être pu y briller un peu, quelques cases au moins...
      Il nous reste l’eau de malt ou la cervoise pour oublier. Malheureusement le réveil sera difficile, surtout sans potion magique. COURAGE.

      Répondre à ce message