Avec "Charlie Chan Hock Chye", Urban poursuit son édition des comics version prestige

10 mars 2017 0 commentaire
  • "Charlie Chan Hock Chye, une vie dessinée" donc, mais aussi les tomes 2 de "Hägar Dunor" et de "Cul de Sac": Urban comics continue à creuser une ligne éditoriale riche et exigeante, entre versant patrimonial des comic strips et expérimentation graphique et narrative brassant l'histoire du médium. Des volumes à ne pas manquer.
Avec "Charlie Chan Hock Chye", Urban poursuit son édition des comics version prestige
Charlie qui revient sur différents moments de sa vie
© Sonny Liew

Connaissez-vous Charlie Chan Hock Chye ? Non ? Il s’agit pourtant du plus grand artiste de Bande dessinée de Singapour. Son œuvre jalonne toute la seconde moitié du XXe siècle et accompagne les évolutions politiques de la cité-État, entre indépendance vis-à-vis de l’Empire Britannique et rapports compliqués avec la Malaisie. Et ses lecteurs et admirateurs pensent même que son influence, au niveau mondial, égale celle des Hergé, Tezuka ou Will Eisner. Rien de moins ! À un détail près, cependant : Charlie Chan Hock Chye est un être de fiction.

Voilà donc un ouvrage parmi les plus étonnants qu’il nous ait été donné de lire ces derniers temps. Une biographie fictive d’une figure imaginaire, permettant de retracer l’histoire d’un médium - la bande dessinée - en Asie du Sud-Est, intriquée à une autre histoire, celle d’un tout jeune pays.

La jeunesse de Charlie
© Sonny Liew

On doit cette incroyable idée, et sa superbe réalisation, à Sonny Liew, né en Malaisie, vivant actuellement à Singapour, et travaillant essentiellement pour l’industrie du comics aux États-Unis. De lui, on connait, publié chez nous, The Shadow Hero, improbable histoire d’un super-héros chinois en plein rêve américain, réalisée en collaboration avec Gene Luen Yang . Et déjà se donnait à voir un goût pour le mélange de styles, tons et registres, ainsi qu’une volonté de troubler la frontière entre fiction et réalité.

Né en 1938 à Singapour, Charlie Chan Hock Chye fait ses débuts en tant que dessinateur de bande dessinée dès ses 16 ans. En 2010, À 72 ans, il revient sur sa carrière et nous en raconte les grandes étapes. Le récit alterne ou plutôt enchevêtre plusieurs niveaux, chacun ayant sa propre identité visuelle et narrative. Il y a ainsi la sorte de reportage qui suit l’artiste dans sa démarche mémorielle, des commentaire ponctuels de ce qui semble être un avatar de Sonny Liew, mais qui considère néanmoins sa supercherie comme réelle, le récit plus classique de la vie de notre héros et enfin et surtout des extraits, commentés, des productions du dessinateurs.

L’artiste fit aussi de l’illustration... avec des stars comme sujets !
© Sonny Liew

Et c’est là que le projet apparaît complètement vertigineux car le volume s’apparente dans ces moments-là à un véritable catalogue biographique. Le travail de Sonny Liew pour construire des histoires dans des styles graphiques propres aux différentes décennies traversées s’avère tout bonnement stupéfiant.

Mélange entre science-fiction et politique dans la fougue de la jeunesse !
© Sonny Liew

D’autant que les sujets abordés, et les genres empruntés, trouvent justifications dans le contexte historique de Singapour, abondamment creusé lui aussi. Le tout s’avère passionnant, et non dénué d’une forme d’humour et de second degré inhérents à une telle entreprise de mystification affichée.

On a là sans doute une œuvre magistrale, comme il en existe peu. Une expérience inédite dans cette invention d’un artiste que tout un peuple pourrait se rêver. Une leçon tant narrative que graphique et une jouissance tellement propre au 9e Art.

On pourrait émettre quelques réserves, à la marge, toutefois. La lecture du volume, passés l’émerveillement et la stupéfaction, se révèle exigeante. De nombreuses notes, à la fin de l’ouvrage, donnent des renseignements précieux concernant le contexte historique et politique de Singapour, dont nous sommes a priori peu familiers. Il apporte aussi des éclaircissements nécessaires à telle ou telle allusion. La lecture demande donc de s’arrêter plusieurs fois, de prendre son temps pour bien saisir les enjeux de certaines situations puisque cette biographie fictive, si elle possède bien un caractère romanesque proche du roman d’apprentissage, procède par à-coups et saynètes.

Couverture "pulp" pour la série de super-héros créée par Charlie : "Roachman", l’homme cafard. Sorte d’avatar de Batman, mais dont les pouvoirs possèdent une origine proche de celle de Spider-Man
© Sonny Liew

Du côté éditorial, Urban Comics nous offre un très bel objet, cartonné et de grande qualité au niveau des planches et des couleurs. C’est qu’on est là en présence d’un titre de sa collection "Urban Graphic", celle des récits les plus atypiques et précieux. On regrettera toutefois l’absence d’un signet, élément que l’éditeur propose pourtant dans ses ouvrages patrimoniaux, comme Hägar Dünor et Cul de Sac.

Les volumes 2 de ces deux séries, publiées dans la collection "Urban Strips", viennent d’ailleurs de paraître. Deux classiques, l’un ancien, l’autre moderne qu’on a plaisir à retrouver dans ce format à l’italienne et ces beaux formats cartonnés qui leur rendent hommage. Entre l’humour tendre et décalé de Dik Browne et la poésie toute philosophique de Richard Thompson, auxquels s’ajoute la virtuosité de Sonny Liew, Urban Comics nous gâte !

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Charlie Chan Hock Chye, une vie dessiné. Par Sonny Liew. Traduction de l’anglais François Effosse-Roche. Urban Comics, collection Urban Graphic. Sortie le 13 janvier 2017. 328 pages. 22,50 euros.

Commander Charlie Chan Hock Chye, une vie dessiné chez Amazon ou à la FNAC.
Commander Hägar Dünor T2 chez Amazon ou à la FNAC.
Commander Cul de Sac T2 chez Amazon ou à la FNAC.

  Un commentaire ?