Bamboo : Les années Pagnol

6 janvier 2017 0 commentaire
  • Les éditions Bamboo poursuivent leur important travail d'adaptation de l’œuvre de Marcel Pagnol. Une bonne occasion de découvrir ou de relire ces classiques de la littérature provençale.
Bamboo : Les années Pagnol
Marcel Pagnol
Photo DR

Topaze, professeur foncièrement honnête, est mis à la porte de la pension dans laquelle il travaille, pour avoir refusé de truquer les notes des élèves de bonne famille. Sans ressource, il se laisse attirer par l’offre d’emploi que lui propose Castel-Bénac, un homme politique influent. Ce dernier, à la recherche d’un prête-nom, pense profiter de la naïveté du jeune homme pour mieux faire passer ses affaires crapuleuses en douce.

Aveuglé par le charme de la belle Suzy, la maîtresse du politicien véreux, il devient rapidement l’homme de paille de Castel-Bénac qui détourne des fonds publics. Topaze ne tardera pas à découvrir la véritable nature des affaires dont il doit s’occuper et du rôle qu’on lui fait jouer.

Au regard d’une certaine actualité politico-judiciaire, on prend la mesure de la pertinence du discours de Pagnol dans un de ces textes les plus célèbres, adapté deux fois au cinéma. En basculant du côté des pourris, des profiteurs, le personnage principal tranche avec l’aspect convenu, presque niais mis en avant dans cette nouvelle adaptation d’un roman de l’académicien.

Tous pourris, serait donc la morale de cette histoire ? En dépit de personnages aux personnalités parfois excessives, les auteurs parviennent à revisiter l’univers pagnolesque avec humour et talent. Éric Hubsch, remarqué notamment avec Le Chant d’Excalibur, donne vie aussi bien au naïf Topaze, qu’à Suzy la manipulatrice ou le magouilleur Castel-bénac, au moyen d’une ligne claire et soignée. Le scénario et le découpage d’Éric Stoffel et de Serge Scotto font revivre cette œuvre avec justesse et une fidélité sans faille.

Univers plus lumineux, plus bucolique avec Le Château de ma mère, autre œuvre emblématique de l’auteur provençal.

Obligé d’abandonner ses chers paysages provençaux , la fin de l’été est pour le petit Marcel un véritable drame. Le gamin s’est fait un copain, Lili, un jeune braconnier pour lequel la chasse dans la garrigue n’a pas de secret. La famille a décidé de retourner tous les samedis à La Bastide Neuve, sympathique villégiature située à plusieurs heures de marche à pied.

Après La Gloire de mon père, ce deuxième tome des Souvenirs d’enfance de Pagnol nous permet de retrouver le jeune Marcel et sa famille, dont le père est contraint d’accepter quelques accommodements avec ses principes d’ instituteur intègre.

La rencontre de Marcel avec la pittoresque Lili constitue un excellent prétexte pour le dessinateur de restituer de lumineux paysages de Provence aux couleurs automnales maîtrisées avec brio par Sandrine Cordurié. Faisant la part belle à la nature, aux étendues rocheuses et aux sources étincelantes, le dessin de Morgan Tanco habite littéralement le texte de Pagnol. Le récit se termine sur une touche particulièrement dramatique qui renvoie avec mélancolie à la fragilité de la vie.

A travers ces récits, les éditions Bamboo poursuivent leur travail de restauration de l’œuvre de Marcel Pagnol. L’entreprise menée par Serge Scotto et Éric Stoffel, sous le regard bienveillant de Nicolas Pagnol, petit-fils de l’écrivain, s’installe durablement dans le paysage éditorial. Plusieurs dessinateurs mettront leur talent au service de ces adaptations dont la publication est prévue jusqu’en 2020.

Après Merlusse(dessins d’A Dan) et La Gloire de mon père parus en 2015, ce projet éditorial ambitieux s’avère de plus en plus convaincant et s’apprête à occuper une place de choix dans le cercle des adaptations réussies.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?