Blake et Mortimer à la poursuite de Shakespeare

22 décembre 2016 2 commentaires
  • Dargaud célèbre les 70 ans de Blake et Mortimer avec quatre nouveautés : le nouveau Sente-Juillard décliné en deux versions, une magnifique monographie "L'Héritage Jacobs", sans oublier une imposante intégrale des douze premiers volumes.

Décidément, 2016 fut l’année des 70e anniversaires ! Bien des héros sont nés juste après la Seconde Guerre mondiale. Et cette année se termine avec une dernière mise à l’honneur, car en plus de ceux de Lucky Luke et du Journal Tintin, on célèbre le duo britannique qui est apparu dans les pages de de l’habdomadaire des 7 à 77 ans : Blake et Mortimer.

Les amateurs de la série seront particulièrement sollicités en cette fin d’année, car l’éditeur leur propose pas moins de quatre versions de la nouveauté signée par André Juillard & Yves Sente, Le Testament de William S., auxquelles s’ajoute une superbe monographie L’Héritage Jacobs, ainsi qu’une intégrale des douze premiers tomes de la série. Analysons tout cela en détail.

Sente & Juillard frappent les trois coups

Pour cette vingt-quatrième aventure, les héros les plus britanniques de la BD mènent l’enquête sur le plus british des dramaturges, William Shakespeare. Qui est-il vraiment ? Entre l’Angleterre et l’Italie, Philip Mortimer et Elizabeth, la fille de Sarah Summertown, doivent résoudre des énigmes plus ardues les unes que les autres.

Et ils ne sont pas seuls, car Olrik et Sharkey sont sur leurs traces et convoitent eux aussi le trésor littéraire le plus convoité de l’Empire Britannique. Entre-temps, Francis Blake enquête sur la bande organisée de Hyde Park. Y aurait-il un lien entre ces dangereux délinquants et un certain héritage ? Un mystère de plus dont la résolution ne peut venir, semble-t-il, que de l’Italie, et des canaux de Venise…

Blake et Mortimer à la poursuite de Shakespeare

Comme ils nous l’ont expliqué dans un entretien, Yves Sente & André Juillard continuent de travailler le mythe jacobsien en le revisitant par petites touches. Le Testament de William S. reste actuellement l’album où ce tournant est le plus marquant.

Situé à la fois dans le cadre exotique de Venise et de l’Italie, et dans le Londres si cher aux amateurs de Blake & Mortimer, le récit touche au code-source même de la série. On le comprend d’entrée par l’ambiance shakespearienne de cette histoire : le ton est différent, posé, porté sur les dialogues et les relations entre les personnages. Certes, l’action ne manque pas, mais la tension est moins présente, plus diffuse. Autre changement notable : le système de flash-backs concernant la vie du dramaturge anglais : les énigmes rythment le récit avec une certaine élégance, mais cela conviendra-t-il aux amateurs traditionnels de Blake et Mortimer ? La question se pose.

Tous seront par contre convaincus en revanche, une nouvelle fois, par le talent d’André Juillard, notamment dans les scènes nocturnes londoniennes, ou au gré des intérieurs de cette marquante collection vénitienne d’art moderne au coeur de l’album. Et que dire des séquences au XVIIe siècle qui profitent de l’expérience du dessinateur acquise dans Les Sept Vies de l’Épervier et de Venise qu’il retrouve trente ans après Arno !

Ce Da Vinci Code à la sauce anglaise ne rivalise que peu avec sa référence. Il faut attendre les pages finales pour que le lecteur ait droit à une surprise, du moins ceux qui n’ont pu la deviner au fil des pages.

JPEG - 36.4 ko
L’édition des Espaces Leclerc présente une couverture spécialement réalisée pour ce tirage...

Des versions collectors

Comme cela avait été le cas pour les deux précédents Blake et Mortimer signés par Yves Sente et André Juillard (Le Serment des cinq lords et Le Bâton de Plutarque, l’éditeur a réalisé une version de cette aventure sous le format de strips, tels qu’ils étaient prépubliés dans Le Figaro et Le Soir. Avec ses trente centimètres de large, cette édition spéciale propose une autre lecture, plus feuilletonnesque et immersive, dans l’univers du duo britannique. Seule différence par rapport aux strips publiés dans les quotidiens, cette version limitée à 6500 exemplaires paraît en couleurs. On y perd la force et la classe du noir et blanc d’André Juillard.

JPEG - 147.3 ko
Un des strips prépubliés dans les quotidiens "Le Soir" et "Le Figaro".

En plus de la version « classique » et de la version « feuilletonnesque », les fans de pourront suivre les pas de leur héros et pratiquer quasiment une chasse au trésor, en dénichant les deux versions collector réservées aux magasins Fnac et Leclerc. Elles bénéficient d’une couverture spécialement réalisée par André Juillard, et l’édition Leclerc propose même un cahier complémentaire de huit pages, avec des croquis réalisés en préparation pour cet album. Bonne chasse !

JPEG - 62.5 ko
...comme celle de la FNAC.

L’Héritage Jacobs

JPEG - 32.8 ko

Cette 70e anniversaire est d’ailleurs marqué par un autre fait remarquable pour cette série comparable à nulle autre : ce vingt-quatrième tome de leurs aventures suivant la typologie des Editions Blake et Mortimer [1] marque l’équilibre entre les douze volumes qui portent le sceau de Jacobs, et les douze autres réalisés par les « héritiers » : Van Hamme, Ted Benoît, Sente, Juillard, René Sterne, de Spiegeleer, Antoine Aubin, Jean Dufaux et Étienne Schréder. Un point d’inflexion que l’éditeur a choisi de distinguer grâce à une superbe monographie réalisée par Jean-Luc Cambier & Eric Verhoest : L’Héritage Jacobs.

C’est d’ailleurs à cet ouvrage que s’adresse notre coup de cœur : plus de deux cents pages pour moins de 25 €, les éditions Blake et Mortimer proposent là la parfaite idée de cadeau pour les fans de la série. Après une introduction à Jacobs et à sa série, on retrouve comme de juste dans la première partie des documents et interviews que Verhoest et Cambier avaient déjà intégrés au sein de leur précédente analyse parue en 1996, Histoire d’un retour. Tous les amateurs de Blake et Mortimer qui ne posséderaient pas cet ouvrage épuisé depuis longtemps pourront se reporter à cette nouvelle édition sans hésiter. Quant aux autres, comme les deux tiers de cet Héritage Jacobs sont inédits, ils n’auront qu’à jeter un œil sur le contenu de cette monographie pour se convaincre de son utilité.

En effet, L’Héritage Jacobs revient en détails sur les bases de cette relance, en présentant des courriers échangés entre les divers protagonistes, en soulignant les diverses pistes qui ont été explorées et parfois abandonnées, en donnant la parole à Yves Schlirf, l’éditeur de Dargaud responsable (entre autres) de Blake et Mortimer, etc.

Outre ces documents, notes et lettres, le lecteur pourra profiter d’une grande série de croquis ou d’illustrations rares qui émaillent le livre. En dehors des quelques dessins publiés dans Juillard : 317 dessins, la plupart de ces croquis et recherches sont inédits, même dans les Coulisses de Blake & Mortimer, l’album pourtant riche en inédits qui retraçait en 2008 le travail réalisé sur la trilogie des Sarcophages d’Açoka [2]. On y évoque également les prochains albums qui paraîtront au sein de la série.

Intégrale et exposition

Pour ceux qui découvriraient Blake et Mortimer au travers de ces nouveautés, ou pour les nostalgiques qui ne jurent que par les albums du maître, sachez que les Editions Blake et Mortimer viennent également de publier une impressionnante intégrale des douze premiers tomes de la série, qui débutent bien évidemment avec Le Secret de l’Espadon et qui s’achèvent au second tome des Trois Formules du Professeur Sato dessiné par Bob de Moor sur base du découpage graphique (et du scénario) de Jacobs.

La crainte que l’on pouvait éprouver devant la réduction du format des planches n’est finalement pas avérée, car les dimensions de cette intégrale ne sont que très légèrement inférieures à la taille des albums publiés précédemment par le Lombard. Il faut juste s’armer de patience pour certains rares récitatifs à la police de caractère réduite, comme ceux qui marquent la fin du premier tome (historique) du Secret de l’Espadon, et que l’on retrouve maintenant au milieu du second tome.

Sinon, l’éditeur a maintenu la présentation des albums actuels, sans oublier les grands hors-textes qui font le bonheur des lecteurs. Çà et là, on peut également retrouver quelques surprises, comme les différentes versions de la couverture de La Marque Jaune et d’autres documents qui ne furent finalement jamais exploités.

L’intégrale profite également d’une belle préface signée par Daniel Couvreur. Le journaliste belge retrace les grandes lignes et surtout l’attrait des aventures de Blake et Mortimer. Une galerie des huit personnages principaux de la série permettent ensuite de bien fixer, en une dizaine de pages, les caractères, mais également les thématiques de ce grand classique. Deux kilos de pur plaisir… et des heures de lectures garanties !

Enfin, rappelons que la Galerie Champaka expose jusqu’au 7 janvier des crayonnés et 31 des 62 planches du Testament de William S., le nouvel album qui vient de paraître.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Lire également notre interview de Sente & Juillard qui bouleversent le cadre de Blake et Mortimer

JPEG - 31.7 ko
L’édition standard

Commander Le Testament de William S, de Sente & Juillard (Dargaud) :
- en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- avec la couverture réalisée spécialement pour le tirage de la FNAC
- en version strip chez Amazon ou à la FNAC

Commander L’Héritage Jacobs chez Amazon ou à la FNAC

Commander l’intégrale de Blake et Mortimer par Jacobs chez Amazon ou à la FNAC

Exposition-vente de dessins et planches originalles de cet album à la Galerie Champaka à Bruxelles, du 8 décembre 2016 au 7 janvier 2017.

Galerie Champaka
• Mardi à samedi : 11h00 à 18h30
• Dimanche : 10h30 à 13h30 et sur rendez-vous
27, rue Ernest Allard
B-1000 Bruxelles
Tel : + 32 2 514 91 02
Fax : + 32 2 346 16 09
E-Mail : sablon@galeriechampaka.com

Concernant Blake et Mortimer, lire également certains des autres articles d’ActuaBD.com :
- Décès de Ted Benoit, pionnier de la Ligne claire
- E.P. Jacobs : Retour vers le passé
- Dans l’ombre du nouveau Blake & Mortimer
- L’avant et l’après Espadon
- André Juillard : « En tant qu’amateur de Blake et Mortimer, j’ai trouvé que le scénario du "Bâton de Plutarque" assez jouissif ! »
- S.O.S. Météores (version du Journal Tintin) - Par E.P. Jacobs - Ed Blake et Mortimer
- "L’Onde Septimus" prolonge "La Marque jaune"
- Yves Sente : « Il faut doser le mélange entre le respect de l’œuvre de Jacobs et les attentes du public de 2012. »
- Le Serment des Cinq Lords
- Rodolphe & Louis Alloing : « Les anecdotes choisies de la vie d’Edgar P. Jacobs signifient toujours quelque chose de l’homme. »
- Sur les traces de « SOS Météores » et de Blake et Mortimer à Buc
- Antoine Aubin pour La Malédiction des trente deniers : « Je me suis effacé pour faire “venir” le style de Jacobs »

- L’Affaire des trente deniers
- La malédiction de Blake et Mortimer
- « La Malédiction des trente deniers », l’album maudit de Blake & Mortimer, s’achève enfin
- Blake & Mortimer : un mythe sanctuarisé
- Jacobs et les deux Jacques
- Le manuscrit E.P.Jacobs – Dexia
- Le Soir fête le centenaire de Jacobs le 30 mars 2004
- Le cinéma d’Edgar P. Jacobs au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris
- Feu d’artifice bruxellois pour le centenaire d’E-P. Jacobs
- Le cinéma de Jacobs au Centre Wallonie-Bruxelles
- Bang ! ouvre l’année Jacobs
- « Science & Vie » rend hommage à E. P. Jacobs
- « La Damnation d’Edgar P. Jacobs » : l’indispensable biographie
- Les Sarcophages du 6ème Continent : Un « huis clos international » passionnant
- 2004 : année Jacobs

[1On pourrait chipoter sur ce décompte en arguant que Jacobs avait initialement découpé en deux Le Secret de l’Espadon et que Bob de Moor fait également partie des « Héritiers » à sa façon, mais tout cela reste périphérique.

[2Les deux tomes des Sarcophages du 6e continent et Le Sanctuaire du Gondwana.

 
Participez à la discussion
2 Messages :