Bruno Fermier (Groupement Canal BD) : « Nous visons une part de marché de 20% à dix ans. »

11 février 2017 0 commentaire
  • Bruno Fermier est le porte-parole de Canal BD, un groupement de 113 librairies, fer de lance de la librairie indépendante spécialisée de bande dessinée dans l’espace francophone. Présidé par Marc Szyjowicz alias « BDNet », ce groupement offre, outre un magazine gratuit, une multitude de produits exclusifs dédiés à leur clientèle. Rencontre.
Bruno Fermier (Groupement Canal BD) : « Nous visons une part de marché de 20% à dix ans. »
Le Groupement CanalBD a vingt ans.

Quand a été créé votre groupement et quels sont ses objectifs ?

Après l’expérience enrichissante d’une association (l’ALBD), le Groupement des Libraires de Bande Dessinée (GLBD) est créé en 2007 et permet aujourd’hui à des libraires indépendants spécialistes en Bande Dessinées de mutualiser des actions communes de commerce et communication, tout en veillant à ce que chaque adhérent reste maître de ses propres décisions. L’objectif annoncé, est de rendre pérenne le métier de libraires indépendants spécialisés en BD, en prodiguant aux chefs d’entreprise, membres du GLBD, divers moyens et outils pour ce faire.

Le label CANAL BD constitue un dénominateur commun et ne se substitue pas aux enseignes propres à chaque magasin, mais il confirme une démarche permanente pour la qualité et le savoir-faire. Le GLBD, se positionne de facto comme le premier réseau de libraires indépendants spécialisés dans l’univers de la Bande Dessinée, du Manga, du Comics et de la BD Jeunesse, avec 113 librairies en France et pays Francophones (Belgique, Suisse et Québec).

Canal BD Mag. Gratuit dans les librairies du réseau.

Le développement du réseau s’inscrit dans une stratégie visant à fédérer les libraires indépendants (spécialistes BD + généralistes développant un fort rayon BD), en leur proposant une panoplie d’outils (conditions d’achat, communication, commerce, gestion…) à même d’aider et pérenniser les entreprises des coopérateurs membres.Notre métier ? Libraire en Bande Dessinée, Manga et Comics Notre différence ? la proximité géographique en centre ville et la proximité humaine de par les relations entre les libraires et leurs clients/lecteurs. Notre force ? un véritable choix d’éditeurs, d’auteurs et de titres Notre plus-value ? L’écoute et le conseil personnalisé.

Le développement du GLBD et de CANAL BD, sa crédibilité et sa respectabilité, sont reconnus au travers de partenariats étroits avec les principaux intervenants du secteur En 2014, le réseau de libraires indépendants CANAL BD a reçu le Trophée de la Performance du Commerce Associé dans la catégorie "Performance Economique". Cette consécration en 2014 vient conclure plusieurs années particulièrement compétitives, pendant lesquelles le Groupement des Libraires Indépendants de Bande Dessinée a régulièrement enregistré des progressions significatives de son chiffre d’affaires, supérieures à celles du marché. Ce Trophée de la Performance récompense également un modèle économique qui continue de faire ses preuves, en montrant qu’il est possible de rendre pérenne le métier de libraire indépendant.

Le lancement du Portail Internet Canal BD (www.canalbd.net), le développement d’outils d’aide à la gestion, la mise en place de formations spécifiques aux libraires Canal BD et l’ensemble des actions marketing et commerciales développées, sont autant de démarches qui contribuent à ces résultats significatifs. Proches de l’INFL (Institut National de Formation de la Librairie) et du MOTIF (observatoire du livre et de l’écrit en Ile-de-France), les librairies du réseau sont toutes adhérentes au SLF (Syndicat de la Librairie Française), ainsi que de la Fédération des Enseignes du Commerce Coopératif et Associé, engagements ressentis comme une évidence dans l’esprit qui nous anime.

Vous êtes combien de membres aujourd’hui ?

113 librairies. Il y a dix ans, le Groupement était constitué de 50 librairies. Depuis, plus de 70% des librairies qui ont rejoint la coopérative sont des créations, ce qui confirme, par le fait, une certaine réussite de notre objectif premier, à savoir rendre pérenne le métier de libraires indépendants spécialisées en BD.

La Librairie Comptoir de la BD à Boulogne-Billancourt

Elle est internationale ?

D’une certaine manière, car le groupement comporte des coopérateurs dans les DROM (Guyane, Martinique et La Réunion), en Belgique, en Suisse et au Québec... et nous avons des contacts et projets à venir.

Comment l’association est-elle structurée ? Quelles sont les obligations de ses membres ?

Il ne s’agit donc pas d’une association, mais bien d’une Coopérative sous forme de SA à capital variable. Nous ne sommes pas une franchise, ce qui induit qu’il n’y a pas de contrats avec des obligations contraignantes de type franchiseurs/franchisés. Le fonctionnement du groupement résulte de la mise en commun, de la mutualisation et du partage des savoir-faire, de moyens humains ou financiers. L’ensemble des actions mises en place procède donc du travail collectif d’associés, ensemble et avec les salariés de la tête de réseau, et d’une décision collective. En partageant un projet commun, les coopérateurs, en tant qu’associés, partagent également les excédents générés par le Groupement. Il s’agit donc d’un système vertueux dans lequel l’ensemble de la richesse créée revient et profite aux librairies. Les décisions stratégiques sont adoptées, de façon démocratique, par l’Assemblée Générale des libraires associés. Le Conseil d’administration est composé de 18 associés, élus démocratiquement par l’Assemblée Générale. Le principe 1 homme = 1 voix est la pierre angulaire de toutes les décisions. Les seules obligations au sein du GLBD sont le partage, la solidarité, la responsabilité et l’implication.

Le président de Canal BD, Marc Szyjowicz alias « BDNet », et Bruno Fermier, porte-parole du mouvement.
Photo : DR

Quels sont les avantages objectifs qui doivent convaincre de venir chez vous ?

D’aucuns citeraient les conditions négociées auprès des diffuseurs par le Groupement, qui permettent aujourd’hui à tous les coopérateurs, quelque soit leur taille et chiffre, d’accéder au maximum de celles-ci. Mais cette approche serait par trop réductrice et passerait sous silence tout le reste, à savoir les actions marketing et commerciales, les outils de gestion (comme un observatoire des ventes spécifique par exemple), les formations et, bien entendu, les échanges et l’entraide entre coopérateurs.

La Librairie Impressions à Enghien
La revue Canal BD Manga, gratuite dans les librairies du réseau

Vous éditez des produits réservés à vos clients.

Nous proposons en effet très régulièrement des produits spécifiques à tirage limité :
- La collection Les Toilés : des tirages spéciaux et limité (de l’ordre de 1200 exemplaires environ), dont l’objectif est d’accompagner un Tome 1, dans lequel nous croyons et qui sont proposés à un prix public à peine supérieur de 3 ou 4 euros au tirage normal
- Des tirages N&B réservés (Tyler Cross, 3 fantômes de Tesla...),
- Des intégrales réservées (Esteban, fin 2016),
- Des jaquettes exclusives,
- Des couvertures alternatives,
- Des statuettes…

Mais également des outils d’aide aux choix, comme :

- Des guides de lecture,
- Un catalogue Les Indispensables proposant plus de 200 titres et qui permet de travailler le fond toute l’année
- Et évidemment le Canal BD Magazine, ainsi le Canal BD Manga Mag, nos deux Consumer Magazines, distribués en librairie et lors des festivals et autres salons BD auxquels sont associés de très nombreux libraires du Groupement.

La Librairie Legend BD à Châtelet - Orléans
Le Guide des indispensables

Comment vos affaires ont-elle progressé ces dernières années ?

Les libraires du Groupement se comportent en général bien mieux que le marché. À périmètre comparable (nombre de points de vente comparables d’une année sur l’autre), nous enregistrons des progressions 4 à 5 fois supérieures... et c’est donc sans compter les nouvelles librairies qui nous rejoignent chaque année (essentiellement des créations donc) : 13 en 2016.

Quelle place réservez-vous aux labels alternatifs ?

Grâce au développement de nos librairies et à leur bonne santé, les rayons « labels indépendants » ont pu être étoffés. Ces labels ont d’ailleurs une grande importance à nos yeux, et il n’est pas rare que les gros éditeurs y puisent leurs futurs grands auteurs. Ce sont bien les libraires spécialisés BD et particulièrement ceux du GLBD qui ont découverts et vendus en nombre le titre " Zaï Zaï Zaï Zaï "de Fabcaro chez 6 Pieds sous Terre et qui lui ont remis le Prix des Libraires de Bande Dessinée 2016.

Quelle réponse donnez-vous aux affiliations Fnac et Amazon, car vos libraires ne tiennent plus toutes vos références en stock. Pouvez-vous lutter contre un service de livraison aussi performant ?

Nous ne nous situons pas par rapport à des structures cotées en bourse, ou qui ne payent pas leurs impôts en France et dont les emplois sont subventionnés. Nous avons simplement des librairies de centre-ville de proximité, et notre credo est le conseil auprès de nos clients, très attachés à leurs libraires. Nous faisons notre bonhomme de chemin, tranquillement mais sûrement. Nous continuons malgré tout à développer nos sites de vente à distance, et la commande sur Internet mise à dispo magasin marche fort. Et nous avons d’autres idées pour continuer à marquer notre différence. Quant au stock, dans l’ensemble des librairies du Groupement, l’internaute peut toujours trouver son bonheur.

Le Prix des Libraires estt remis chaque année en décembre.

Le Prix Canal BD, et les prix en général ont-ils vraiment un impact ?

Il ne s’agit pas vraiment du « Prix Canal BD », mais bien du Prix des Libraires de Bande Dessinée. Cette distinction a son importance, car ce Prix peut ainsi être relayé largement par l’ensemble des acteurs du marché. L’impact est conséquent : le cas du Prix accordé par exemple à Paul Cauuet et Wilfrid Lupano pour "Les Vieux Fourneaux" a été sans nul doute un booster supplémentaire pour cette série particulièrement bien installée maintenant.Techniquement, tous les deux mois, chaque libraire du GLBD et du réseau Album, vote pour deux albums. Le résultat de ce vote permet de dégager deux nominés. Au bout d’un an, un vote final entre les douze nominés détermine enfin le lauréat.

Quelle est votre politique en ce qui concerne les dédicaces ?

Les libraires ont d’excellentes relations avec de nombreux auteurs, ce qui les autorise à en inviter un certain nombre à venir officier dans leurs librairies respectives. Le Groupement, est également à l’origine de tournées de dédicaces négociées et organisées avec les éditeurs.

Savez-vous que vos libraires, comme tous les libraires d’ailleurs, peuvent annoncer leurs événements gratuitement sur l’agenda d’ActuaBD ?

En effet, tout comme ils le font d’ailleurs déjà sur le portail Canal BD.

Quels sont vos objectifs dans les années qui viennent ?

Nous visons une part de marché qui nous semble atteignable de 20% à dix ans Pour ce faire, nous continuerons de multiplier et développer de nouvelles actions marketing et commerciales, en partenariat avec les éditeurs/diffuseurs. Il est bon de rappeler que le principe des librairies pérennes reste un enjeu primordial pour un marché sain et l’ensemble de ses acteurs. Nous intensifierons également les outils d’aides à la gestion, ainsi que les formations des coopérateurs à leur utilisation. Nous travaillons déjà sur des scénarios de reprise de librairies, alors que certains de nos coopérateurs pourraient être conduits à envisager à prendre leur retraite dans les prochaines années. Enfin, et même s’il ne s’agit pas d’une priorité pour le Groupement, nous anticipons l’arrivée de nouvelles librairies, qui se fera "naturellement", comme c’est le cas aujourd’hui, en raison de la dynamique créée.

Propos recueillis par Didier Pasamonik

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?