Ce que la LICRA reproche à Siné

19 août 2008 25 commentaires
  • Depuis une semaine, les protagonistes de l’Affaire Siné retiennent leur souffle. La raison de ce silence ? Une citation directe à comparaître, le 8 septembre prochain à Lyon, intentée par la LICRA à l’encontre du dessinateur Siné. En cause, deux articles de « Siné sème sa zone » publiés dans Charlie Hebdo les 11 juin et 2 juillet derniers.

C’était l’affaire médiatique de l’été : Le patron de Charlie Hebdo Philippe Val provoquant l’éviction de Siné à la suite d’un article paru le 2 juillet, un énorme charivari médiatique s’en était suivi, en particulier sur le Net, entraînant autant des réactions enflammées dans les forums, appuyé par une pétition de plus de 12.000 signatures en faveur du dessinateur.

Devant cette fureur, les voix de stentor de l’intelligentsia littéraire et politique s’étaient faites entendre : Bernard-Henry Levy, Alexandre Adler, Laurent Joffrin d’abord, une tribune ensuite dans Le Monde, signée de 20 noms prestigieux parmi lesquels Robert Badinter, Bertrand Delanoë, Elie Wiesel, Fred Vargas ou encore Joann Sfar.

Ce que la LICRA reproche à Siné
La chronique de Siné du 9 juillet 2008
DR

Deux camps opposés

Les arguments opposaient la liberté de la presse d’une part : un artiste se trouvait « censuré » en raison de vues divergentes avec celles de son directeur de publication, Siné figurant en martyr du « chantage » à l’antisémitisme : « […] l’imputation d’antisémitisme, ce « mot qui tue » du débat intellectuel français, ne saurait être utilisée comme argument de convenance ou d’autorité pour discréditer un adversaire trop remuant  » pouvait-on lire dans Le Monde diplomatique [1]. L’accusation d’antisémitisme comme un acte de censure, donc, Plantu ne manquant pas de dessiner, dans L’Express (24 juillet 2008), sous le mot « censure », un Philippe Val en uniforme que l’on peut interprêter comme nazi, bottant les fesses d’un Siné abusant de cigarettes, d’alcool et de gros mots, attributs modernes de l’incorrection politique revendiquée.

En face, un groupe de vingt signataires résumait la position opposée dans une tribune du Monde intitulée Pour Philippe Val, « Charlie Hebdo » et quelques principes (31 juillet 2008) : « Certains ont pétitionné et pris position en faveur d’un homme qui n’en est pas à son coup d’essai en matière de dérapage. Une partie de la presse, en particulier sur Internet, a préféré imaginer que ce sont de sombres complots qui ont conduit à l’éviction de Siné. Entre autres outrances, nous avons été attristés de voir Plantu dans L’Express se distinguer en croquant Philippe Val en nazi. Pourquoi ne pas admettre l’évidence - à savoir qu’une fois de trop, Siné venait de franchir la barrière qui sépare l’humour de l’insulte et la caricature de la haine ? » Et de conclure : « Lorsque la raison aura repris ses droits, quand on acceptera de lire et entendre, vraiment lire et entendre, ce qu’a écrit et dit Siné depuis trente ans, alors chacun pourra constater que le seul tort de Philippe Val aura été de ne plus supporter ce qui, en réalité, n’était plus supportable depuis longtemps. »

La raison, certes. Le droit surtout. D’aucuns s’étonnaient, voire s’inquiétaient de ce que des accusations aussi graves ne soient pas portées et défendues devant la justice en lieu et place du tribunal de l’opinion lequel, c’est bien connu, ne compte que des juges.

La LICRA (Ligue Internationale Contre la Racisme et l’Antisémitisme) vient d’inverser la donne. En citant Siné en justice, nous sauront si, oui ou non, il a franchi «  la barrière qui sépare l’humour de l’insulte et la caricature de la haine ».

Siné en avril 2006, en pleine affaire des caricatures danoises
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Que reproche la LICRA à Siné ?

Nous avons pu nous procurer le texte de l’assignation. Ce que l’on reproche à Siné, c’est essentiellement deux articles publiés dans la rubrique « Siné sème sa zone  » dans les numéros de Charlie Hebdo des 11 juin et 2 juillet derniers. Pourquoi la LICRA ne porte plainte que maintenant se demande-t-on ? « La prescription en matière de presse est de trois mois. Elle est d’un an en matière de racisme » nous dit-on sobrement.

De quels textes s’agit-il précisément ? De celui sur Jean Sarkozy, responsable selon Siné de son éviction ? Pas seulement.

Charlie N°834 du 11 juin 2008
DR

Les passages litigieux de l’article du 11 juin sont les suivants :

«  Je n’ai jamais brillé par ma tolérance mais ça ne s’arrange pas et, au risque de passer pour politiquement incorrect, j’avoue que, de plus en plus, les musulmans m’insupportent et que, plus je croise les femmes voilées qui prolifèrent dans mon quartier, plus j’ai envie de leur botter violemment le cul.
J’ai toujours détesté les grenouilles de bénitier catholiques vêtues de noir, je ne vois donc pas pourquoi je supporterais mieux ces patates à la silhouette affligeantes et véritables épouvantails contre la séduction !

Leurs maris barbus embabouchés et en sarouel coranique sous leur tunique n’ont rien à leur envier point de vue disgracieux. Ils rivalisent de ridicule avec les juifs loubavitchs ! Je renverserai aussi de bon cœur le plat de lentilles à la saucisse sur la tronche des mômes qui refusent de manger du cochon à la cantoche  ».

Ce texte, selon l’assignation, tombe sous le coup de l’article 24 alinéa 8 de la loi sur la presse, les propos litigieux incitant autrui, selon elle, « à un acte de rejet  » « à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée » suffisant pour caractériser l’infraction.

« Maurice Sinet utilise des termes extrêmement violents et haineux à l’encontre des musulmans. dit l’assignation à comparaître. « En effet, « les musulmans [l’] insupportent », les femmes voilées « prolifèrent », il les traite de « patates », d’ « épouvantails » et a envie de « leur botter violemment le cul  ». Elle conclut : «  Maurice Sinet incite à la haine, non pas contre l’Islam, mais contre la population musulmane de France. » Un distinguo qui a juridiquement toute son importance puisqu’on sait depuis L’Affaire des caricatures de Mahomet que la critique d’une religion est licite en France.

Charlie N°838 du 9 juillet 2008
DR

L’autre texte mis en cause est celui du 2 juillet 2008 :

« Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter ! Le Parquet (encore lui !) a même demandé la relaxe. Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie ce petit. (…)

La semaine dernière, « L’Express » titrait son édito « Islam cette religion doit abjurer les archaïsmes les plus flagrants de son dogme ». Croyez-vous que ce Christophe Barbier, qui se permet d’admonester les musulmans, les enjoignant brutalement d’abandonner leurs traditions, aurait le même culot pour s’adresser aussi violemment aux juifs ? Moi, honnêtement, entre une musulmane en tchador et une juive rasée, mon choix est vite fait !  »

Dans une analyse assez articulée, l’assignation de la LICRA considère que « […]ainsi et en quelques lignes, en associant les juifs au pouvoir (le fils du Président de la République), à l’argent (Jean Sarkozy se convertirait pour épouser une riche héritière), aux privilèges (dont ne bénéficient pas les « arabes »), aux protections des médias (on ne peut les critiquer contrairement aux musulmans), Maurice Sinet reprend à son compte tous les poncifs de l’antisémitisme nés sous la Troisième République. »

Et de conclure par rapport à tous ces griefs : « Maurice Sinet n’est plus dans l’humour mais dans la stigmatisation, la haine et la rancœur. Il n’est plus dans la provocation mais dans la transgression. À lire ses propos, le lecteur ne peut que ressentir le « dégoût » […] à l’égard de ceux qui font l’objet de sa diatribe et qui bénéficieraient de passe-droits indus. De tels propos constituent à l’évidence une incitation à la haine à l’égard des juifs et visent à opposer une communauté (les "arabes") contre une autre (les juifs). Il instille ainsi le poison du communautarisme, dans un journal qui s’est fait le chantre de l’antiracisme. »

Ces larges citations et du texte de Siné et de l’assignation de la LICRA, permettront à nos lecteurs d’appréhender exactement les reproches qui sont faits à Siné. « Pour la LICRA (et elle n’est la seule fort heureusement) les propos de Siné sont racistes. Point. », nous dit l’avocat de l’association antiraciste, Me Jakubowicz. S’ils avaient été tenus par Le Pen ou Dieudonné , on ne se poserait pas tant de questions. La LICRA poursuit les propos et les actes racistes quels qu’en soient les auteurs et les victimes. Il n’y a pas « d’immunité » Siné. La dernière chronique a été la « goutte d’eau qui a fait déborder le vase ». Nous y voyons surtout le risque d’opposer les communautés juive et musulmane. »

Premier verdict : le 8 septembre 2008.

De son côté, Bernard Joubert, spécialiste de la censure [2], trouve curieux que le procès se passe à Lyon : « Ce qui attire tout de suite mon attention, c’est que la LICRA engage ses
poursuites à Lyon. Vous vous souviendrez que le procès des caricatures avait
eu lieu, et c’était logique, à Paris, à la 17e chambre, celle dont les juges
ont une grande habitude de ce genre d’affaire de presse, et ce qui simplifie
aussi la présence des parties et des témoins. À Lyon, il y a eu ce fameux
procès entre des viticulteurs et le journal "Lyon mag’" où le beaujolais
nouveau avait été traité de "vin de merde". Le caractère régional du conflit
était évident. Que la LICRA décentralise le procès me semble donc relever de
la tactique. Ça ne me semble pas augurer un procès très sain.
 »

Le dessin de Carali attaqué par la LICRA
DR

Cet auteur nous rappelle le précédent cas où un dessinateur avait eu à subir ce type d’inculpation : «  La LICRA avait poursuivi "Charlie hebdo", le premier, le vrai, le libertaire, en 1977, pour une couverture de Carali titrant à l’occasion d’une rencontre entre le Raïs d’Egypte et le Premier ministre israélien : "Un bicot lèche le cul d’un youpin". Poursuites en référé, à Paris bien sûr, que la LICRA avait perdu. La semaine suivante, la réaction de Cavanna n’avait pas été de crier joyeusement "on a gagné !" comme c’était habituellement le cas pour les procès politiques. Son ton était maussade. Quand on n’est pas raciste, se laver du soupçon de racisme soulage, mais ne donne pas un sentiment de victoire contre des ennemis, sauf quand on a le sentiment que le plaignant avait un autre but que de lutter contre le racisme. »

Ces reproches faits par la LICRA à Siné sont-ils fondés ? Ce sera au tribunal d’en décider le 8 septembre.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire aussi : Siné s’exclut de Charlie Hebdo

Lire aussi : Sine massacre… Philippe Val

Lire aussi : Affaire Siné : SOS Racisme se range aux côtés de Philippe Val et de Charlie Hebdo

Lire aussi : Affaire Siné : Delfeil de Ton remet en cause la propriété du titre « Charlie Hebdo »

[1Cf. Antisémitisme ; l’échec d’un chantage par Pierre Rimbert, Le Monde diplomatique du 24 juillet 2008.

[2Auteur du « Dictionnaire des livres et journaux interdits » aux éditions du Cercle de la Librairie. Voir notre interview de cet auteur sur ActuaBD.

 
Participez à la discussion
25 Messages :
  • Ce que la LICRA reproche à Siné
    19 août 2008 02:14

    "...signée de 20 noms prestigieux parmi lesquels ... Joann Sfar." AHAHAH ! Ca c’est drôle au moins ! Bravo, l’humour n’est pas mort dans ce pays !

    Répondre à ce message

    • Répondu le 19 août 2008 à  09:43 :

      ...Ce qu’il a de prestigieux Sfar c’est d’être la coqueluche de la presse Bobo.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 19 août 2008 à  17:58 :

        La presse Bobo qui attaque Philippe Val, comme Télérama ?

        Répondre à ce message

  • Ce que la LICRA reproche à Siné
    19 août 2008 15:37, par LP

    Ce qui me sidère, c’est que toute cette affaire part de la "haine ordinaire institutionnalisée" dont est victime le Président de la République !

    Après tout, Siné n’a fait que crier avec les loups en critiquant bêtement, une fois de plus et pour ne pas changer, (la famille de) Sarkosy. Cet effet "J.R." (l’homme que l’on adore hair) est devenu un tel lieu commun de la vie médiatique française que personne ne s’en serait offusqué (alors que, franchement, n’importe quel autre homme public à sa place aurait gagné des milliers de procès en diffamation)...

    ...personne ne s’en serait offusqué, donc, SI Siné n’avait appuyé le propos avec un anti-cléricalisme foncier tellement profond qu’il lui fait utiliser des arguments de rejet à la limite (et peut-être même au-delà) du racisme.

    Enfin quoi ! Parfois, on en a un peu marre de devoir marcher sur des oeufs en permanence ! Dans ces conditions, "respecter", c’est se taire et admettre tacitement la nécessité d’une quelconque religion et c’est donc aider à la préservation de cet infantilisme social traditionnel (je me mets à la place de Siné, là) !

    Alors, un peu comme l’ont fait les anciens qui n’ont pu abattre Scarface qu’à travers ses finances, on impute à Siné un débordement peut-être réel mais sans rapport avec la haine atavique dont il se faisait l’écho à ce moment là. Et c’est sur ce seul débordement qu’il va être jugé, et non sur le propos de départ : les mots orduriers et non le thème évoqué. "’tain ! Il a traité ma mère !" "Christ ! Il a parlé de ciboire !"

    Répondre à ce message

  • Ce que la LICRA reproche à Siné
    19 août 2008 17:33

    Pour rebondir sur le cas de joann sfar, je fais parti de ces lecteurs qui aiment la poésie de sfar,sans être pour autant un mec qui se croie super merveilleux ou vachement délicat ou encore delicieusement sensible....
    Je suis allé sur son blog pour lui demander des explications, avec tact et politesse. En effet j’étais tres surpris de le voir signer un texte qui ne se basait pas sur le texte de siné en question,mais sur une citation tronquée... je suis tombé sur les commentaires de son site, beaucoup de remarques tres interressantes,parfois virulantes,jamais insultantes il me semble. Beaucoup de questions en effet,lui qui qui defendait de tout son coeur les caricatures sans que cela puisse le gener qu’en france un musulman puisse être assimilé à un terroriste...(moi aussi je défendais ces caricatures)Bref. Pleins de questions et des demandes d’explications sans insultes...
    Qu’a t’il fait ? il a simplement suprimé la rubrique commentaires...Allez hop ! On supprime.
    Moi je me demande pourquoi, pourquoi ne pas repondre,pourquoi censurer...mauvaise image ? Pas bon avant la sortie de Gainsbourg ?
    Ou bien on joue t-il les philosophes en paroles et en dessins, mais est incapable d’agir comme tel...
    Je me pose la question ...et je le repete,je n’ai pas lu d’insultes dans son site.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fred Boot le 19 août 2008 à  18:27 :

      Sfar répondra certainement à toutes vos questions lorsqu’il sortira un Greffier 2 sur l’affaire Siné, n’en doutons pas... Hahaha. Snif.

      Répondre à ce message

  • Ce que la LICRA reproche à Siné
    19 août 2008 17:41

    Alors il aura fallu cette "derive antisemite " de siné pour que la Licra s’insurge aussi contre la remarque de siné sur les musulmans ?
    Soyons raisonnables, personne n’est dupe d’une telle stratégie...et elle en dit long au final sur la reélle volonté de la licra de combattre l’antisémitisme et le racisme en genéral...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 20 août 2008 à  17:35 :

      Je pense que vous êtes l’auteur des 4 posts publiés cet après-midi et qui répètent la même chose. Les messages sont modérés a priori et le modérateur ne les valide pas toujours tout de suite. Soyez patient, c’est en général fait dans la journée.

      J’espère que ma réponse ne sera pas censurée.

      Le modérateur supprime en général les posts qui sont des diffamations, des injures, et en général tout ce qui peut nous mener devant les tribunaux.

      On supprime aussi, pour l’intérêt de nos lecteurs, les arguments à répétition qui n’apportent rien au débat, les opinions non étayées, mêmes si on en laisse souvent passer pour que nos lecteurs se rendent compte du niveau général des réactions reçues. Ainsi les posts orientés contre Sfar qui sortent du cadre de l’affaire Siné.

      Votre analyse est très fine, sauf que cette affaire à l’origine tourne autour de la chronique sur le fils Sarkozy.

      Nous ne sommes pas tombés dans le panneau que vous tendez. Notre premier article sur le sujet date du 16 juillet 2008, quand Charlie rend officiel l’éviction de Siné. La rédaction de Charlie dans sa justification met en avant la question de Jean Sarkozy (centrale, car il y a diffamation, même si, selon L’Express, la rumeur est colportée par le président de la LICRA). L’information de la conversion de Jean Sarkozy est fausse, d’où le risque de procès.

      Le seul passage qui intéressait Asko était la chute sur les juives religieuses, alors merci de ne surtout pas nous faire croire que la Licra Asko BHL an co ont pensé aux musulmans dès le départ de cette affaire d’antisémitisme requalifiée en appel à la haine raciale faute d’avoir pu rester sur le seul registre de l’antisémitisme.

      Nul ne conteste que Askolovitch et les autres ont été sensibles aux attaques contre les juifs (et pas seulement contre les Israéliens favorables à l’occupation). Mais comme je l’écrivais dans un précédent article : "Pourquoi les Musulmans offensés –et qui ont parfaitement le droit de l’être- n’ont-il pas gueulé ? Peut-être parce que, comme Philippe Val, ils ne lisaient plus Siné depuis longtemps et qu’il leur a manqué un Askolovitch pour les réveiller…"

      Autre chose Val nie avoir renvoyé Siné, donc je ne vois pas à quel moment il est absout d’avoir autorisé ces deux chroniques... En feignant ne pas lire les chroniques de Siné, dès le départ de cette affaire, il se défausse [...]

      Nous avons démontré que sur notre site il y a deux ans, Val annonçait qu’il n’était quasi jamais d’accord avec Siné et que la ligne rouge était un procès "dont il aurait honte". Siné a franchi cette ligne. Si l’éviction de Siné est illégale,pourquoi ne parle-t-on nulle part d’une assignation de Charlie Hebdo par Siné auprès des Prud’hommes ? La loi offre des recours contre les licenciements abusifs.

      et justement nous pouvons nous interroger sur le fait que la Licra l’épargne !

      La LICRA, comme je l’explique dans mon article, a pu considérer que l’éviction de Siné tenait lieu d’aveu et peut décider, comme plaignant, de ne pas poursuivre. Ce qu’elle avait fait en 1985 en abandonnant les poursuites contre Siné (qui s’est retrouvé condamné par l’action d’une autre officine).

      Mais le parquet peut décider de poursuivre, s’il le veut.

      L’article de Claude Askolovitch révèle des détails intéressant....
      Et il prouve que tout tourne autour de Jean Sarkozy.

      Vous vous contredisez. Askolovitch, dès le début de l’affaire, parle de la fin de l’article sur les Musulmanes voilées et les juives rasées... (lire l’extrait complet dans mon article).

      Siné a été renvoyé pour ne pas avoir voulu s’excuser devant Jean Sarkozy.

      Non, pour ne pas avoir levé l’ambiguité de cet article.

      Le procureur Claude Askolovitch est à l’origne de l’affaire sur RTL ;

      Le journaliste Claude Askolovitch, pour nos lecteurs qui l’ignorent, n’est pas procureur. Et non, l’homme à l’origine de l’affaire, c’est Siné.

      Il lance une affaire antisémite et non pas raciste.

      L’antisémitisme est aussi un racisme.

      La chronique sur les musulmans n’est qu’un prétexte fallacieux dont l’avocat s’est servi par la suite, pour assoir une thèse argmentée et "articulée", pour le faire condamner.

      Il me semble logique que la LICRA défende les uns et les autres. Votre affirmation ne tient pas.

      Siné a été jeté en pature dès le départ par BHL, Joffrin sur la partie antisémitisme, et aucun article ne fait référence aux musulmans

      Ce que vous dites n’est pas exact :

      Première phrase de l’article de BHL :

      Voilà un humoriste - Siné - qui donne à son journal une chronique où il dit, en substance, que la conversion au judaïsme est, dans la France de Sarkozy, un moyen de réussite sociale et qu’il préfère "une musulmane en tchador" à "une juive rasée" (sic).

      Dans l’article de Joffrin (centré sur l’antisémitisme, il est vrai), il fait un distinguo bien précis :

      On dira que Charlie s’est mobilisé contre l’islamisme et que le journal ne peut, en conséquence, censurer des attaques symétriques contre les juifs. C’est introduire la confusion dans les esprits : attaquer une religion n’est pas attaquer une communauté. Réprouver l’intégrisme musulman et dénoncer le pouvoir supposé des juifs ce n’est pas la même chose. On est anti-intégriste dans le premier cas, raciste dans le second.

      La fin de votre intervention emprunte des extraits d’articles sans les citer, comme si c’était un reportage de votre cru. Mais ils n’invalident en rien les informations que nous avons publiées.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 22 août 2008 à  01:25 :

        Bonsoir,

        J’ai envoyé ma réponse à vos arguments, elle n’est pas passée

        je voulais relever des points importants

        Répondre à ce message

        • Répondu par Le modérateur d’ActuaBD le 22 août 2008 à  19:32 :

          Il faudrait éviter dans votre réponse de la truffer de liens comme vous l’avez fait. Le système de forum que nous utilisons ne le permet pas (pour éviter les scripts pernicieux).

          Pour les citations, pour les obtenir de façon claire, écrivez d’abord quote entre <>, puis ouvrir les guillemets. La citation finie, vous fermez les guillemets et vous écrivez /quote entre <>. Ce sera beaucoup plus clair.

          Évitez aussi de faire, comme ce post qui copie et colle intégralement un article de Maurice Rajsfus tiré de Rue 89. Nous n’avons pas le droit de publier ainsi les articles de nos confrères.

          De même, nous ne publierons pas de propos diffamatoires.

          Nous supprimons aussi les arguments qui tournent en boucle et qui ne font pas avancer la discussion.

          Enfin, il est utile dans une discussion de parler calmement sans insulter quiconque.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 24 août 2008 à  09:22 :

            Vous avez écris ceci pour un passage
            il faudrait savoir, comment voulez-vous que je puisse citer sans mettre de lien ?

            La fin de votre intervention emprunte des extraits d’articles sans les citer, comme si c’était un reportage de votre cru. .

            Répondre à ce message

            • Répondu par Le modérateur d’ActuaBD le 24 août 2008 à  11:16 :

              En faisant une citation courte, en ouvrant les guillemets et en citant votre source.

              Sur ce lien, vous trouverez les règles en usage :

              Droit de courte citation sur Wikipedia.

              Nous ne publions pas les posts qui comportent des liens vers des sites litigieux (en général pornographiques ou racistes, par exemple).

              Nous rappelons que ce que nous ne publions aussi que les posts qui ont un lien direct avec l’objet de l’article et plus généralement de ce site.

              Enfin, nous écartons tous ceux qui nous semblent une répétition inutile d’opinions déjà exprimées et qui sont susceptibles d’indisposer nos lecteurs en rendant les échanges illisibles (propos délirants sans consistance, par exemple).

              Nous voulons que notre site soit confortable et intéressant pour nos lecteurs.

              Répondre à ce message

      • Répondu le 24 août 2008 à  10:40 :

        1) L’information était relayée sur weeb depuis quelques mois, et le Président de la Licra l’a aussi relayée. Philippe Val ne peut pas feindre avoir craint un procès poour diffamation, car en l’espèce Jean Sarkozy aurait dû attaquer tous les médias et le Patron de la Licra bien avant que cette affaire éclate !

        2) Vous préférez croire la version Philippe VAL/ASKOLOVITCH mais je préfére celle de Siné , il a bien précisé que Philippe Val décortiquait sa chronique à la virgule près.

        Par ailleurs, Askolovitch, démontre que Val a lu la chronique sur Denis Robert.En voulant faire croire que Val n’a pas lu la suite....

        "Siné viré pour antisémitisme..."Bal tragique à « Charlie » (lire l’article intégral de Claude Askolovitch
        sur le nouvel Observateur)

        "Tout a commencé le jour du bouclage, lundi 30 juin. Comme d’habitude, Siné envoie sa chronique par fax. Quand le texte arrive, on le montre à Val. Il y jette un oeil. Il ne voit qu’une phrase : « Concernant l’édito- lynchage de Philippe Val sur Denis Robert, je me contenterai, prudemment, du blanc qui va suivre : autocensuré. » Val soupire. Siné le cherche ! La semaine précédente, Val a décidé de dire tout le mal qu’il pense du journaliste d’investigation Denis Robert, héros et victime de l’affaire Clearstream, icône de sa rédaction, mais dont lui, Val, pense qu’il est bidon... Siné veut défendre Robert ? Bon. « Il veut me taper, qu’il me tape », se dit Val. Il ne lit pas la suite. L’attaque contre Jean Sarkozy, la riche héritière juive... Ni la chute sur les juives religieuses « aux crânes rasés »... Le texte de Siné part dans le journal. La bombe est amorcée."Etrangement, elle va mettre six jours à exploser. Manifestement, personne ne lit Siné. Il va falloir une lectrice incongrue pour que tout sorte. Madame Marie Culioli, maman de Jean Sarkozy... Elle est alertée ; et peinée. Jean Sarkozy, évidemment, n’a jamais annoncé une quelconque conversion au judaïsme. Sa fiancée est désespérée de devenir un sujet de rumeurs. La famille est excédée. Que faire ? Porter plainte ? La colère de Jean Sarkozy est rapportée à des journalistes. L’affaire éclate sur RTL. Nous sommes mardi 8 juillet"

        - Ecoutez aussi Askolovitch sur RTL, aucune allusion à la chronique sur les musulmanes, non seulement Askolovicth se garde de parler de son rôle dans son article comme si il avait quelque à chose à cacher mais il parle d’une affaire antisémite dans Charle Hebdo et non pas d’une affaire raciste.

        - Oui l’antisémitisme est bien sûr du racisme sauf que vous oubliez de préciser qu’il s’agit d’un racisme UNIQUEMENT A L EGARD DES JUIFS, et que ceux qui contestent cette appropriation sont taxés d’antisémite !

        2b)Les tribunaux sont fermés l’été, sauf pour les référés, les prudh’hommes seront enchantés du prétexte de Philippe Val qui a autorisé la publication des deux chroniques, et qui allégue ne pas les avoir lu, en l’occurence il avoue ne pas faire son travail.

        On ne vire pas les gens après avoir accepté une publication, en alléguant l’ignorance et sous le prétexte de menace de plainte d’antisémitisme et de diffamation sur des interprétations inexistantes, loi n’est pas rédigée selon les interprétations à la sauce Askolovitch, BHL ou Adler.

        Et pour preuve, il a fallu à l’avocat de la Licra se servir de deux chroniques pour les amalguer attaquer sur incitation à la haine raciale, faute d’antisémitisme !

        Ou vous faites preuve de naïveté en croyant que la Licra a voulu défendre les musulmans, quant leur cas est effleuré dans le fond, et qu’ils ne servent qu’à étayer une thèse pour démontrer l’antisémitisme présumée de Siné !

        3) Je ne me contredis pas, le passage sur la chronique intégrale des musulmans est taxé par Askolovitch de registre de bondieuseries et non pas de racisme :

        Titre de l’article SINE VIRE POUR ANTISEMITISME puisque vous me demandez de ne pas de lien..... :

        "Siné viré pour antisémitisme..."
        Bal tragique à « Charlie »(voir l’article intégral sur le nouvel Obs)

        "J’avoue que, de plus en plus, les musulmans m’insupportent et que, plus je croise les femmes voilées qui prolifèrent dans mon quartier, plus j’ai envie de leur botter violemment le *** ! »

        Siné était encore dans son registre admis, l’ennemi personnel des bondieusards... ""Là, son texte joue avec les registres magiques de l’antisémitisme, l’image du juif favorisé, riche et puissant..."

        Askolovitch ne cherche que des "éléments antisémites" les propos de Siné sur le traitement de l’Express qui est une réalité (,si les propos de Nicolas Sarkozy ou de Finkrault avaient proférés envers les pratiquants du judaisme, il y aurait eu scandale ! Et, il n’y a rien d’antisémite a dire des vérités.

        La reprise sur les femmes musulmanes en tchador ne nous disent pas quelle est la préférence de Siné, et pourquoi la Licra n’a t’elle pas inclus les catholiques taxés de grenouilles par Siné ? Il s’atttaque pourtant aux catholiques et non pas à la religion !

        4) Siné était prêt à lever l’ambiguité, sauf que Val avait préparé un texte en parrallèle avec la rédaction et qu’il refusait de s’excuser devant Jean Sarkozy

        5) Oui Askolovich est à l’origine de cette bombe sur RTL, puisqu’il est le seul protagoniste en a avoir parlé, détail dont il se garde de parler dans son article, bal tragique à charlie Hebdo.

        Il lance une affaire antisémite et non pas raciste. Et, je vous rappelle que la Licra se sert de deux chroniques pour tenter de faire condamner Siné faute de substance dans ces propos soit-disant antisémite.

        Par ailleurs, je vous ramène au 1er communiqué de la Licra ,

        La Licra ne parle que d’antisémistisme et non pas de la chronique musulmane, et il ne faudrait pas que la Licra prenne les gens pour des idiots en feignant l’avoir découvert quand Asko a listé les passages soit-disant antisémites, tout en qualifiant cette chronique musulmane de registre de bondieuseries

        Voulez-vous nous faire croire que La Licra lutte pour tous les racismes, alors que l’ensemble de ces procès se porte sur l’antisémitisme et qu’un enfant peut entrevoir ses positions pro israelienne ?

        Où était la Licra quand Finkrault parlait de noirs et arabes de banlieues en parlant des musulmans qui sont des citoyens français ? Où est la Licra quand Nicolas Sarkozy stigmatise les musulmans à travers des clichés racistes dignes des années d’après guerre d’Algérie

        Mon raisonnement tient, puisque dans cette assignation" articulée", le fond reste tous les points antisémites selon l’avocat de la Licra, et que la seconde chronique où il est fait allusion aux patates musulmanes et pas à leurs époux, ni aux grenouilles catholiques ne sert qu’à assoir un fond : l’antisémitisme de tels ou tels propos par des analyses tirées par les cheveux.

        6) Vous semblez ignorez que BHL sait aussi habilement se servir de tous pour étayer ses thèses de pseudo-philosophe, dans son article il tente de faire croire que Siné ne parle pas de conversion religieuse au judaisme mais de juif, Bhl agit comme l’avocat de la Licra, il sert de la chronique musulmane pour étayer sa thèse dont le fond n’est pas le racisme mais l’antisémitisme.

        BHL a une imagination débordante dès qu’il s’agit de défendre les Etats-Uni, Israel, ou certains intérêts, il sait même s’inventer des voyages en Georgie comme le révéle rue 89

        Et, je vous rappelle que cette même chronique sur les patates musulmanes, a été qualifié de registre accepté celui de la bondieuserie par Askolovitch, le co-auteur de Besson et de Dati l’un des nouveau de Sarkozy et qu’il fait partie de ceux qui ont obtenu des promotions professionels après avoir fait partie des zélés sarkozystes !

        Et, pour finir, je ne suis pas l’unique personne ne croyant pas que la Licra se sert de deux chroniques pour lutter contre le pseudo-"racisme" de Siné.

        Non le but est de marquer Siné au fer rouge de l’antisémitisme parce qu’il est pro palestinien, et qu’il déteste comme bons nombre de français les sionistes opprimant et colonisant un peuple.

        6) Comment un catholique, fils d’une corse devient-il subitement juif, dans une assignation montée par l’avocat de la Licra bien connu pour certaines de ces positions !

        Répondre à ce message

  • Ce que la LICRA reproche à Siné
    19 août 2008 23:10

    Dans cette analyse brillante, un point important a été oublié :

    Siné a été viré pour ne pas s’être s’excuser d’avoir écrit sur Jean Sarkozy, et non pas pour sa chronique sur les musulmans...

    Par ailleurs, les chroniques ont deux dates différentes, Philippe Val les a accepté et la Licra ne l’assigne pas

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 20 août 2008 à  00:10 :

      Dans cette analyse brillante, un point important a été oublié : Siné a été viré pour ne pas s’être s’excuser d’avoir écrit sur Jean Sarkozy, et non pas pour sa chronique sur les musulmans...

      Vous ne retenez que la version de Siné. Celle de Philippe Val estimait que les propos de Siné risquaient d’être interprétés « comme faisant le lien entre la conversion au judaïsme et la réussite sociale ». Les propos sur les Musulmans sont également présents à la fin du même article et sont également attaqués par la LICRA. Val considérait que ces porpos étaient « ni acceptable[s], ni défendable[s] devant un tribunal. ». Selon ses dires, il demanda à Siné de «  dissiper clairement cette ambiguïté, ou de ne plus écrire dans « Charlie ». Selon lui, Siné s’y refusa, ce qui provoqua son éviction.

      Il est juste que les propos des uns et des autres soient exposés.

      La LICRA peut très bien ne pas assigner Charlie Hebdo considérant que cette éviction tient lieu de repentance.

      Je rappelle qu’auparavant, la LICRA avait retiré sa plainte contre Siné dans l’affaire de son dérapage de 1985, à la suite de ses excuses publiques.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 20 août 2008 à  13:10 :

        je parle de la génése de cette affaire !

        Le Procureur Askolovitch, parlait d’une mère "meurtrie" par les propos de Siné,ce n’était pas la mère d’une musulmane mais celle de Jean Sarkozy devenu subitement juif dans l’assignation de la Licra alors qu’il est catholique....

        Siné a refusé de s’excuser sur le passage concernant Jean Sarkozy, la chronique des musulmans s’est greffée par la suite, à l’instar du CASIER JUDICIAIRE de Siné

        Répondre à ce message

      • Répondu le 20 août 2008 à  13:17 :

        Monsieur,

        Val et Asko parle de "risque de procès", ces risques ne viennent pas des instances musulmanes mais de Sarkozy mère.
        Je vous ramène à cet article, contenant beaucoup d’éléments.

        Siné devait s’excuser pour avoir "froissé", le prince Jean et sa fiancée.

        http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2280/articles/a379855.html

        contant « la complaisance d’une certaine gauche envers le terrorisme, depuis la guerre d’Algérie jusqu’à l’islamisme »... Son sujet. On l’a alerté sur Siné. Il est malade. Des années à transformer « Charlie » en un outil de combat, de pédagogie au sein de la gauche... Et se voir trahi ainsi ? L’horreur absolue, ce qu’il abhorre par-dessus tout, dans « son » « Charlie » ? « J’ai perdu ! » Il veut en finir. Il va écrire contre Siné dans le journal. Et que Jean Sarkozy porte plainte, tant mieux ! « J’irai au tribunal et je plaiderai coupable... » Il voudrait virer Siné ? Même pas. Pas encore. C’est injouable, pense-t-il. On ne vire pas, à « Charlie », et certainement

        j’ai beaucoup votre article, très clair

        Répondre à ce message

      • Répondu le 20 août 2008 à  13:39 :

        Monsieur,

        J’espère que ma réponse ne sera pas censurée.

        Votre analyse est très fine, sauf que cette affaire à l’origine tourne autour de la chronique sur le fils Sarkozy.

        Le seul passage qui intéressait Asko était la chute sur les juives religieuses, alors merci de ne surtout pas nous faire croire que la Licra Asko BHL an co ont pensé aux musulmans dès le départ de cette affaire d’antisémitisme requalifiée en appel à la haine raciale faute d’avoir pu rester sur le seul registre de l’antisémitisme.

        Autre chose Val nie avoir renvoyé Siné, donc je ne vois pas à quel moment il est absout d’avoir autorisé ces deux chroniques...
        En feignant ne pas lire les chroniques de Siné, dès le départ de cette affaire, il se défausse et justement nous pouvons nous interroger sur le fait que la Licra l’épargne !

        L’article de Claude Askolovitch révèle des détails intéressant....

        Et il prouve que tout tourne autour de Jean Sarkozy.

        Siné a été renvoyé pour ne pas avoir voulu s’excuser devant Jean Sarkozy.

        Le procureur Claude Askolovitch est à l’origne de l’affaire sur RTL ;

        Il lance une affaire antisémite et non pas raciste.

        La chronique sur les musulmans n’est qu’un prétexte fallacieux dont l’avocat s’est servi par la suite, pour assoir une thèse argmentée et "articulée", pour le faire condamner.

        Siné a été jeté en pature dès le départ par BHL, Joffrin sur la partie antisémitisme, et aucun article ne fait référence aux musulmans

        Par la suite, en voyant qu’il n’y avait pas de substante d’autant que le président de la Licra a prononcé la même phrase, en se réjouissant du retour dans "la communauté" de Jean Sarkozy, ils se sont servi de l’autre chronique

        Ces passages prouvent et démontrent que l’affaire tourne autour de Jean Sarkozy

        http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2280/articles/a379855.html

        De Paris, Val reçoit de bonnes nouvelles. La rédaction réagit bien. Charb a appelé Siné. « Tu te rends compte que tu as déconné ? » L’autre résiste. « Ils sont cons. Ce que je dis, c’est que ce type est prêt à tout pour réussir ! » Puis il se calme. Il a fait une connerie. Ouais ? « Ouais. »

        Oui, la rédac va bouger contre un texte « ni acceptable, ni défendable ». Charb appelle Siné, une nouvelle fois. Il lui passe Val. « Tu dois t’excuser. » Siné veut bien. « Tu dois présenter tes excuses à Jean Sarkozy. » Là, non. S’excuser auprès d’un Sarkozy, jamais ! Mais Siné présentera ses excuses à ceux que ses propos ont choqués. Un texte est concocté, dosé au mauvais poil près, où le vieux se désole d’un « raccourci honteux et condamnable ». Et la rédaction fera un communiqué. Et Val emballera l’affaire dans son édito. Il prendra sur lui d’écrire, directement, au fils du président. « Charlie » s’excusant, Siné disant « désolé », ce sera une première ! Mais il faut bien cela pour retrouver son honneur. Val respire. « Charlie » est donc sauvé, de la tache comme de la déchirure...

        Répondre à ce message

      • Répondu par Gilbert le 23 août 2008 à  20:21 :

        Vous êtes un peu partial, M. Pasamonik. Vous oubliez de préciser que Siné s’est expliqué en long, en large et en travers en disant notamment que si le fils Sarko avait épousé la fille d’un émir, il aurait écrit la même chose. Vous oubliez aussi de rappeler le coup de pute de Val qui, alors que Siné était prêt à signer un texte précisant ses propos (élaboré par l’avocat de Charlie), a voulu faire signer par la rédaction un texte condamnant Siné et destiné à être publié. N’importe qui ayant un minimum de dignité (et je ne doute pas que vous en avez un minimum) aurait réagi comme Siné (peut-être pas avec les mêmes mots) qui a alors lancé : "plutôt me couper les couilles que faire des excuses".
        Ce en quoi il a eu raison puisque pour s’excuser il faut avoir commis une faute.
        Quelle serait cette faute puisque Siné n’a fait que reproduire ce qu’a dit av ant lui dans Libé le président de la Licra ?
        Ça aussi vous avez oublié de le rappeler.

        Voir ici : http://www.acrimed.org/article2939.html

        Voir en ligne : Laurent Joffrin et la race juive...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Jean-no le 28 août 2008 à  07:51 :

          @Gilbert : Je ne trouve pas la série d’articles de Didier Pasamonik incomplète ou partiale ! J’ai remarqué à mes dépends, pour cette même affaire, qu’on est rapidement catalogué dès lors que l’on cherche à comprendre plus qu’à juger. Il faudrait être absolument pour machin et contre bidule, refuser de se pencher sur le point de vue de celui qu’on ne soutient pas, etc. Je trouve que c’est ce genre d’attitude qui rappelle que l’homme est vraiment un singe à la con, le pire peut-être, beaucoup trop bavard pour ce qu’il a à dire, mais bon, c’est mon côté pessimiste.

          Voir en ligne : Le cas Siné

          Répondre à ce message

    • Répondu le 21 août 2008 à  12:13 :

      http://www.leprogres.fr/infosdujour/rhone/1040146.html

      Cet article, démontre bien qu’il n’a jamais été question des musulmans, avant que la Licra "ne travaille sur sa personnalité" commme si nous étions sous le temps de l’inquisition ...

      La Licra n’avait aucune substance d’autant que cette histoire de conversion avait été annoncée par le président de la Licra et qu’aucun juge n’aurait pu voir une once d’antisémitisme dans cette chronique anti sarkozyste.

      Faute de mieux, ils ont abandonné l’antisémitisme pour le racisme, bien que l’assignation soit en majorité articulée de sorte que les juifs soient les victimes

      Nous nageons en plein délire !

      Répondre à ce message

  • Ce que la LICRA reproche à Siné
    20 août 2008 13:07

    N’est-ce pas le Président de la Licra qui s’est réjoui de voir Jean Sarkozy revenir à ses racines ?
    Ne s’agit-il pas de communautarisme ?

    La Licra prend pour exemple Le Pen et Dieudonné, comme si Siné n’avait pas fais preuve de son non racisme au cours de ses combats, lorsque Le Pen torturait Siné cachait les algériens...

    La licra veut faire le procès de Siné pro palestine, puisque l’oppération diabolisation de la gauche anti sioniste de droite est en marche faute de ne pouvoir assumer et expliquer les exactions commises sur un peuple colonisé.

    J’aimerai avoir l’avis des instances musulmanes quant à cette manipulation honteuse

    Répondre à ce message

  • Ce que la LICRA reproche à Siné
    21 août 2008 15:44, par lt

    Téléphoné ce jour au TGI LYON : il n’y aurait aucune trace du passage de l’affaire SINE le 8 ou le 9 septembre.
    Serait-il possible d’avoir des précisions à ce sujet ?
    Merci d’avance.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Luc Nemeth le 25 août 2008 à  16:05 :

      l’absence de nouvelles du tribunel était due au seul fait que la "Licra", toute à la joie d’engager des poursuites, avait omis de fournir un motif. De source en général bien informée on indique que finalement elle aurait choisi de faire simple, et de développer l’argumentaire suivant :

      ATTENDU QUE
      le fils Sarkozy est une créature du bon dieu

      ET QUE
      faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

      POUR CE MOTIF
      demandons que le sieur Maurice Sinet dit Siné soit condamné, car ses dessins sont une offense au créateur

      Répondre à ce message

  • Ce que la LICRA reproche à Siné
    23 août 2008 21:03

    La récompense de Claude Askolovitch pour son zéle vient de tomber....

    sur Europe 1 et au Journal du dimanche
    NOUVELOBS.COM |

    Claude Askolovitch
    Le journaliste Claude Askolovitch assurera, à partir du lundi 25 août, l’éditorial politique d’Europe 1 (groupe Lagardère), chaque matin vers 7h50.

    Jusqu’alors grand reporter au Nouvel Observateur, il devient par ailleurs rédacteur en chef, chargé notamment du service Politique, au Journal du dimanche (groupe Lagardère).

    Répondre à ce message