Comic-Strip... tease estival

7 août 2011 5 commentaires
  • Cet été, vous avez envie d’essayer quelque chose de différent? En attendant les grandes sorties de la rentrée, pourquoi ne pas vous laisser tenter par le strip? Voici quelques suggestions de lecture pour ceux qui maîtrisent la langue de Shakespeare.

Comme nous le rapportions récemment, l’industrie des syndicates (principaux diffuseurs de strips dans les quotidiens aux États-Unis), tout comme celle de la presse imprimée dont elle est corollaire, est en pleine restructuration.

Grâce à des portails comme GoComics, Internet joue désormais un rôle de premier plan dans la diffusion des strips. Ainsi, s’il faut toujours passer par la presse « papier » pour lire les traductions françaises de certaines séries publiées dans les journaux canadiens, la plupart des strips en VO anglaise sont désormais disponibles gratuitement sur le web.

Tandis que les strips d’aventure (Flash Gordon, Little Orphan Annie, Dick Tracy, etc.) ont fait les beaux jours des quotidiens nord-américains pendant presque un siècle, les journaux semblent aujourd’hui préférer les strips humoristiques. Si les « classiques » (Blondie, Peanuts, Family Circus, Hagar the Horrible) ont toujours la cote, beaucoup de créations plus récentes méritent qu’on s’y attarde. Découvrez-les en quelques clics de souris.

Humour familial

C’est peut-être la catégorie de strips humoristiques la mieux connue. La vie de conjugale de Dagwood et Blondie Bumstead, par exemple, fait l’objet de gags quotidiens depuis plus de quatre-vingts ans. Comme bien d’autres strips familiaux, la série de Chic Young se caractérise par son humour bon enfant. Pourtant, il est possible de renouveler le genre en y ajoutant un peu de mordant. C’est d’ailleurs ce qu’ont fait nombre de cartoonists :

Comic-Strip... tease estival  Big Nate (Lincoln Peirce, Newspaper Enterprise Association) : Big Nate met en vedette Nate Wright, un garçon turbulent, ses copains d’écoles, ses enseignants, son père célibataire et sa grande sœur. Si le strip traite de sujets bien connus (ses mauvais coups à l’école, sa malchance avec les filles, la difficulté de vivre avec un père gentil mais ringard, etc.), il est difficile de ne pas tomber sous le charme de Nate. L’humour y est original et actuel. Andrews McMeel Publishing a fait paraître deux recueils du strip : Big Nate From the Top (2010) et Big Nate Out Loud (2011).

-  Betty (Gary Delainey et Gerry Rassmussen, United Feature Syndicate) : Ce strip canadien met en vedette Betty, une mère de famille et femme de carrière, son mari Bub et leur fils Junior. Betty peut toujours compter sur l’aide et les conseils d’Alex, sa meilleure copine et confidente. Betty est un strip familial beaucoup plus moderne que ne le sont Blondie ou encore Hi and Lois (Mort Walker et Dik Browne). Les sujets d’actualités, les nouvelles tendances et les nouveaux gadgets technologiques y sont souvent traités avec beaucoup d’esprit.

Zits par Jerry Scott et Jim Borgman.
DR.

- Zits (Jerry Scott et Jim Borgman, King Features Syndicate) : Parfois traduit en français sous le nom de Jérémie, Zits est une série contemporaine qui exploite avec brio les travers de l’adolescence (« zits » signifiant « acné » en anglais). Elle met en vedette Jeremy Duncan, un garçon 16 ans, fils d’une psychologue et d’un orthodontiste. Jeremy est un ado typique : il porte des vêtements trop grands, il est taciturne avec ses parents et il rêve d’être une rock star. Le strip met également en vedette ses copains d’école Hector et Pierce (un adepte du piercing), et sa copine Sara.

Satire et absurde

-  Non Sequitur (Wiley Miller, Universal Press Syndicate) : Dans l’esprit de l’excellent The Far Side (Gary Larson), Non Sequitur est un strip absurde qui se laisse parfois tenter par l’humour satirique ou politique. Explorant plusieurs univers différents et frôlant parfois la caricature, Non Sequitur compte tout de même son lot de personnages et de motifs récurrents : les conversations cyniques entre Danae Pyle (une préadolescente gothique) et sa jument Lucy, les péripéties du jeune Ordinary Basil à l’aube de la révolution industrielle, ou encore les aventures d’Obviousman le super-héros des choses évidentes n’en sont que quelques exemples.

-  Doonesbury (Garry Trudeau, Universal Press Syndicate) : Nous avons déjà évoqué l’excellente satire politique qu’est Doonesbury. De la guerre du Vietnam au scandale de Watergate, de l’élection de Barack Obama à l’émergence du Tea Party, aucune facette de la vie politique américaine n’échappe à la verve de Garry Trudeau. En plus de commenter l’actualité, Trudeau développe parallèlement le feuilleton de la commune de Walden, composée de Mike Doonesbury (le geek), B.D. (le jock), Zonker Harris (le hippie), Mark Slackermeyer (l’anarchiste) et Joanie Caucus (la femme libérée). Au fil des ans, plusieurs personnages (amis, enfants, collègues, amours) se sont greffés à cette grande famille du strip.

Dilbert par Scott Adams.
DR.

-  Dilbert (Scott Adams, Universal Uclick) : Grande satire du monde de l’entreprise, Dilbert est peut-être l’un des plus grands succès contemporains du strip. La série met de vedette Dilbert, un ingénieur travaillant pour une grande boîte informatique, ainsi que ses collègues : Wally le parasite, Alice la femme manipulatrice et agressive, Asok le stagiaire naïf, Carol la secrétaire désagréable et, bien sûr, l’incompétent patron aux cheveux pointus. À cette ribambelle s’ajoute Dogbert, le chien machiavélique de Dilbert souvent embauché comme consultant de la boîte, Catbert le chat DRH sadique, ou encore le PDG despotique de l’entreprise.

Les succès du web

Bien sûr, aujourd’hui, plusieurs strips publiés en format webcomic se passent complètement des syndicates et de la presse. Tablant sur leur immense popularité, ceux-ci passent immédiatement du Net aux recueils papier et aux produits dérivés.

-  Piled Higher and Deeper, mieux connu sous le nom de PhD Comics (Jorge Cham) : C’est la BD culte des étudiants. Comme le titre l’indique, PhD Comics porte sur les hauts et les bas de la vie d’un groupe de doctorants et de leurs directeurs de recherche. Cham a créé PhD Comics lorsqu’il étudiait à la prestigieuse Stanford University (Californie) et la série comporte encore plusieurs références à cet établissement. Le strip est aujourd’hui publié dans plusieurs journaux étudiants et l’auteur entreprend différentes tournées des campus universitaires nord-américains. Quatre recueils ont été publiés et une adaptation cinématographique sera projetée sous peu dans différentes universités.

-  Cyanide and Happiness (Kris Wilson, Rob DenBleyker, Matt Melvin et Dave McElfatrick) : Cyanide and Happiness pourrait être qualifiée de revanche des bonshommes-allumettes. Si, graphiquement, le strip n’offre pas grand-chose, celui-ci fait de nombreux adeptes en raison de son humour cynique et grinçant (pour ne pas dire douteux). Ce strip irrévérencieux (et politiquement très incorrect) a déjà donné lieu à deux recueils. Cœurs sensibles s’abstenir.

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Comic-Strip... tease estival
    7 août 2011 19:29, par Alex

    Zits & Non Sequitur

    Juste mon avis : mais ces 2 séries -que je connais bien- sont proprement insupportables. Et très voisines d’ailleurs dans l’humour et le trait. C’est vraiment des ramassis de clichés.

    Zits c’est l’ado collé à son portable, qui range pas sa chambre et qui n’écoute pas Maman. Quand ses parents s’embrassent il dit : Beurk ! (toute les 2 semaines environ...)

    Non sequitur , c’est “l’Almanach Vermot”. Des blagues sur le golf, les avocats, les "corporates", les avocats, mais des fois (pour changer, quand même) sur les avocats ! Ce sont principalement des dessins d’une case. Pour varier un peu il y a -en strip de plusieurs cases- les aventures d’une sale gamine surdouée pas du tout sympathique qui se moque des "corporates" et des avocats.

    Brr, quels strips sinistres !

    Répondre à ce message

  • Comic-Strip... tease estival
    7 août 2011 19:46, par Alex

    Pour positiver, je recommanderai moi même :
    [http://www.redmeat.com/redmeat/]

    Ou le génial :
    [http://www.maakies.com/]

    Et, toujours la pêche après 30 ans de strips, le souvent copié et rarement égalé :
    [http://www.zippythepinhead.com/]
    Un peu plus "pointu" que Non Sequitur, si j’ose dire...

    Répondre à ce message

  • Comic-Strip... tease estival
    8 août 2011 01:23, par Marianne St-Jacques

    À Alex : Vous êtes, bien sûr, libre de ne pas partager mon enthousiasme pour Zits et Non Sequitur. Je vous remercie de vos suggestions qui me permettront de découvrir deux strips que je ne connaissais pas.

    C’est toujours un plaisir de rencontrer des amateurs de ce genre de BD, qui reste moins bien connu dans la Francophonie.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Sergio SALMA le 8 août 2011 à  11:13 :

      Même si Zits est conventionnel, c’est quand même très bien réalisé. L’autre strip est beaucoup moins fort dans le sens où il est véritablement "ciblé". Et le dessin est minimaliste...Zits parle d’un ado mais peut s’adresser à tous je pense. Il y a de belles allusions, de vraies réflexions et un sens du gag dans la pure tradition comic strip .J’avais acheté ça au Canada et je ne sais pas où ils en sont, s’ils continuent. ça m’a toujours épaté cette longévité sur un thème si ténu...Je ne partage pas la sévérité d’Alex qui va jusqu’à trouver ces séries sinistres. J’ai un réflexe parfois, celui de me sentir hors de l’intérêt sans remettre en cause les qualités. Certaines bandes dessinées ( à l’instar d’ailleurs de toutes les activités artistiques) ont une réelle fonction. Elles sont un lien social important. Il y a une quantité de nouveaux livres qui parlent d’expériences professionnelles ( caissière, stagiaire...)Tout ça s’inscrit dans la lignée des blogs et autres journaux intimes, ce sont des témoignages . Souvent on perçoit les limites de l’exercice, on a beau avoir vécu une expérience intéressante, ça n’en fait pas une oeuvre intéressante au point de vue artistique. Puis de ses terrains balisés s’échappent parfois des travaux qui osent quitter l’anecdotique pour devenir un vrai univers.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alex le 16 août 2011 à  02:19 :

        Tout cela je le comprends bien mr Salma. Mais par moment, non : passe-pas ! C’est un peu comme le "Cosby Show", cette série si applaudie et ô combien irritante -pour des tas de bonnes raisons d’ailleurs. La place et le temps me manque pour développer plus avant. Zits, c’est tout pareil : un décor, une série très conservatrice pas aussi innocente. Tout comme Non Sequitur il faut aussi signaler -comme je le suggérais à demi-mot dans mon 1er message- que ces 2 dessinateurs viennent du dessin de presse. Cela se remarque à mon avis... Quand la place du strip se trouva réduite (il y a quoi : 10-15 ans de cela ?)au résultat on trouve de + en + de dessinateurs de blagues d’humeurs, de one-liner. On est plus dans la bande dessinée, mais une extension du dessin de presse. Quand au message fédérateur de ces séries, j’en doute grandement : 1- c’est encore trop "moderne" pour les quotidiens conservateurs (aussi) dans lesquels ces séries sont publiés (Oui, Zits peut sembler révolutionnaire !), 2- il n’y a plus vraiment comme pour la télé de centre commun d’intérêt pour le consommateur. Dans ce genre de registre très segmenté. Je ne me reconnaissais pas dans les "Cosby", mes amis de couleur non plus. Je ne me reconnais pas moi, ni ma famille dans Zits-encore moins dans Non Sequitur. Mais on devient très difficile : c’est vrai que l’on a été gâté-pourri pendant 1/4 de siècle par Calvin & Hobbes. En dehors des liens -très alternatifs, je le sais- que je recommandais je me fais un peu de souci sur le renouveau U.S du strip. Les remous actuels semblent aussi assez inquiétant. Car malgré mes critiques sur ces 2 strips il y a beaucoup de choses avec encore moins de talent (aarghh ! tous ces strips avec des animaux, et dessinés avec les pieds). Pour terminer, je citerai le célèbre rédac’chef inconnu (celui qui nous donna déjà : "une couverture peut avoir n’importe quelle couleur, du moment qu’elle est rouge") : donc... ne prenez jamais un strip avec un chien, vous ne vous en débarasserez jamais !

        Répondre à ce message