"Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux" : un sommet drôle et absurde réédité par le Frémok

27 janvier 2018 0 commentaire
  • Henk a presque quarante ans ! Créé par le duo belge Kamagurka et Herr Seele, le cowboy le plus surréaliste de l'Ouest revient en ce début d'année grâce au Frémok. "Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux", paru à l'origine en 1986, connaît une nouvelle jeunesse. Mais l'humour de Kamagurka et Herr Seele est, de toute façon, intemporel !

Cowboy Henk est un héros de bande dessinée franco-belge au sens le plus classique de l’expression. Sans peur et presque sans reproche, il ne vieillit ni ne faiblit. Toujours prêt à défendre la veuve, l’orphelin et le reste de la famille, même s’il ne dédaigne pas prendre quelques vacances parfois, il n’y pas grand monde ni grand chose pour lui résister. Solidaire de la mèche blonde avec son frère belge Tintin et son cousin suisse Titeuf, son physique d’acteur américain et son intellect de dandy bruxellois lui permettent toutes les audaces.

Et pourtant... Il change de métier plus souvent que de chemise, est capable du meilleur comme du pire, se préoccupe de ses semblables comme de sa première planche et n’a qu’une réelle constante : l’absurdité de ses aventures. Car le surréalisme qui le meut en fait le personnage, finalement, le plus atypique qui soit.

Cela n’a pourtant pas empêché sa belle longévité. Sorti tout pimpant, en 1981, de l’imagination de Kamagurka et Herr Seele, Cowboy Henk vit maintenant depuis presque trente-sept ans - mise à part une période de sommeil entre 2011 et 2013 - au rythme d’une page hebdomadaire. Chaque semaine, en Flandre, petits et grands peuvent se délecter des incongruités subies ou provoquées par Henk. Certes, ses aventures ont été publiées un peu partout dans le vaste monde, ainsi aux États-Unis dans Raw et en France dans L’Écho des Savanes, mais il n’y a qu’en Belgique, grâce à Vooruit puis à Humo, que l’on a pu lire l’ensemble des milliers de pages qui lui sont consacrées [1].

Kamagurka et Herr Seele se connaissaient depuis déjà quinze ans lorsqu’ils inventèrent Cowboy Henk. Retracer sa genèse semble vain. Serait-il incréé ? Toujours est-il que depuis septembre 1981 et sa première apparition, c’est Kamagurka qui écrit et Herr Seele qui dessine. Mais c’est bien l’imagination ô combien fertile des deux compères qui le maintient à flot, puisant son énergie dans les tréfonds du surréalisme - René Magritte plutôt qu’André Breton - et du mouvement Dada, se renouvelant sans cesse et sans logique grâce à l’absurde, héritage de Franz Kafka et Eugène Ionesco.

Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux est le quatrième livre édité par le Frémok et dans lequel nous trouvons Cowboy Henk. Le premier, publié en 2013, s’intitule L’humour vache et a reçu en 2014 le Prix du patrimoine à Angoulême. Les deux suivants, Histoire de la Belgique pour tous (2014) et L’Art actuel (2015), ont également été remarqués. Mais Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux est en réalité une nouvelle édition : L’Écho des Savanes et Albin Michel avaient déjà édité un Maurice le Cowboy en 1986. Notons que son traducteur en était Willem, ami de Kamagurka depuis l’époque Hara-Kiri.

"Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux" : un sommet drôle et absurde réédité par le Frémok
Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux © Herr Seele / Kamagurka / Frémok 2018
Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux © Herr Seele / Kamagurka / Frémok 2018
Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux © Herr Seele / Kamagurka / Frémok 2018

La traduction de Willem a été reprise pour cette nouvelle édition. Les couleurs ont en outre été restaurées en une bichromie très réussie, dont la trame ajoute au charme. Le cowboy retrouve également son vrai nom. Plus de "Maurice", certes davantage compréhensible et prononçable pour un lecteur francophone : voici de nouveau Henk, débarrassé de toute adaptation superflue. Dans cet épisode, long de 44 pages alors que la plupart de ses histoires se déroulent en une planche ou à peine plus, Henk est véritablement un cowboy - ce qui est loin d’être toujours le cas.

Il écume donc le far-west, chevauchant à travers les prairies, rejoignant le fort Knox, côtoyant les Indiens Iowas, se battant dans les saloons et, surtout, bataillant contre une bande de malfrats, le fameux "gang des offreurs de chevaux". Dès que l’occasion se présentent, terrorisant les pionniers partis à la conquête de l’Ouest, ils offrent des canassons ! Il faut bien du courage, de l’habileté et de l’intelligence à Cowboy Henk pour les arrêter. Il en est même réduit à apprendre l’alphabet, voyelles comprises.

Tout cela peut paraître absurde. Et ça l’est. Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux est une relecture comique et dadaïste de la mythologie des westerns. Nous y retrouvons la plupart des ingrédients qui font la saveur de ce genre, que ce soit au cinéma ou en bande dessinée. Tout est détourné, tordu, déformé. Mais jamais moqué ni tourné en dérision. Les surprises, les faux-semblants et autres chausse-trappes sont nombreux, au premier comme au second degré. Mais il ne s’agit pas de rire aux dépens du western : Kamagurka et Herr Seele, simplement, se réapproprient des codes largement éprouvés pour leur faire un sort henkien - comme nous écririons kafkaïen.

Les références graphiques et narratives sont présentes, discrètes et néanmoins identifiables. Morris et La Mine d’or de Dick Digger (1949) ne sont jamais très loin : la souplesse et le dynamisme du dessin, mais aussi la cocasserie des situations sont là pour le rappeler. Mais nous pensons avant tout à Hergé. Il y a un petit peu des Cigares du Pharaon (1934) et beaucoup de Tintin en Amérique (1932) dans Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux.

Aux lecteurs qui n’ont jamais lu Cowboy Henk, nous pouvons dire que cette nouvelle édition est une excellente occasion de le découvrir. L’œuvre de Kamagurka et Herr Seele, à la fois très référencée [2] et sans pareil. À ceux qui en sont familiers, rappelons simplement que pouvoir le lire en français n’est pas si fréquent, et qu’il serait absurde - justement - de ne pas en profiter [3].

Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux © Herr Seele / Kamagurka / Frémok 2018

Voir en ligne : Le site de l’auteur

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Cowboy Henk et le gang des offreurs de chevaux - Par Herr Seele & Kamagurka - traduit du flamand par Willem - première édition aux Pays-Bas sous le titre Cowboy Henk - De Paardenschenkers & en France sous le titre Maurice le Cowboy, L’Écho des Savanes / Albin Michel, 1986 - 24 x 30 cm - 48 pages en bichromie - couverture cartonnée - collection Amphigouri - parution en janvier 2018 - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Consulter le site de Cowboy Henk, celui de Kamagurka & celui dédié aux peintures des deux auteurs. Lire également sur le site de l’éditeur un long entretien avec Herr Seele daté de septembre 2017.

Lire également sur ActuaBD :
- Le phénomène Kamagurka
- 10e Rencontres du 9e Art d’Aix - Herr Seele dans l’atelier de Cézanne !
- Herr Seele ("Cowboy Henk") : "Hergé, ce n’est pas de la Ligne claire, c’est de l’art déco !"
- Cow Boy Henk Vol. 3 : L’Art actuel - par Herr Seele & Kamagurka - Frmk
- Herr Seele ("Cowboy Henk") : « Dès le début de notre carrière, nous avons toujours pensé : "Art". »
- Lausanne au rythme de BDFIL
- Herr Seele & Willem / Rencontre au sommet à la Librairie Le Monte-en-l’air

[1Les deux auteurs ont d’ailleurs entrepris en 2017 d’auto-éditer, en néerlandais, toutes ces pages en une série de livres (numérotés) de 48 pages.

[2Les auteurs sont de grands connaisseurs de l’histoire de l’art, même s’ils en font parfois une interprétation singulière.

[3Cette chronique a été facilitée par une rencontre organisée par le Frémok et la librairie Le Monte-en-l’air : qu’ils en soient ici remerciés.

  Un commentaire ?