"Dans le noir" (Éditions Rackham) : les débuts chaotiques de Daria Bogdanska

19 décembre 2017 1 commentaire
  • Daria Bogdanska a vécu un parcours semé d’embûches. Née en Pologne, qu'elle a quittée à l'adolescence pour fuir un père violent, elle a vécu en Espagne avant de s'installer en Suède, où elle a décidé de suivre des cours dédiés à la bande dessinée. Y survivre n'a pas été une mince affaire. Mais le récit de cette expérience lui vaut une sélection à Angoulême. Ce qui est, déjà, une première récompense !

Daria Bogdanska, née à Varsovie, a rapidement quitté son pays. Décidée à ne pas céder face à un père violent, elle a rompu presque tous ses liens familiaux, sauf avec sa mère, et ne séjourne plus en Pologne qu’épisodiquement. Elle a vécu un temps en Espagne, vivant de travaux précaires et se liant d’amitié avec d’autres jeunes européens.

Sa rencontre avec un Suédois et son envie d’étudier la bande dessinée, afin de se lancer elle-même dans l’écriture et le dessin, l’ont conduit à s’installer à Malmö en 2013. Ou du moins à essayer de le faire, car les obstacles et les difficultés se révélèrent aussi âpres que nombreux. Elle y est finalement parvenue, à force de courage et de ténacité, et comme l’atteste Dans le noir, sa première bande dessinée, publiée en Suède en 2016 et cette année en France, aux Éditions Rackham.

Daria Bogdanska raconte dans cet ouvrage son installation en Suède. Arrivée avec beaucoup d’envie mais peu de moyens financiers, quelques jours avant le début de son cursus universitaire, elle trouve rapidement un logement et un travail lui permettant de ne pas mourir de faim... Mais il lui faut aussi à moyen terme régulariser sa situation, car sa citoyenneté européenne ne lui suffit pas pour vivre légalement et durablement à Malmö. L’administration suédoise, cependant, est ubuesque en ce domaine, malgré la réputation de pays d’accueil que le pays scandinave conserve.

Pour pouvoir travailler en toute légalité, Daria doit en effet posséder un numéro fiscal... Que l’administration veut bien lui attribuer, à la condition sine qua non qu’elle ait un emploi ! Daria commence donc par travailler au noir, dans la restauration. Ses collègues sont certes sympathiques, mais son patron l’est moins : les heures s’enchaînent alors que le salaire reste ridiculement bas. La jeune femme est cependant décidée à faire valoir ses droits. Elle se renseigne donc et se lance dans une lutte dont l’issue est loin d’être jouée.

"Dans le noir" (Éditions Rackham) : les débuts chaotiques de Daria Bogdanska
Dans le noir © Daria Bogdanska / Éditions Rackham 2017
Dans le noir © Daria Bogdanska / Éditions Rackham 2017
Dans le noir © Daria Bogdanska / Éditions Rackham 2017

Daria Bogdanska explique dans son livre tous les détails de cette lutte sociale. Elle éclaire ses démarches, rappelle ses espoirs et ses craintes, dessine ses audaces et ses précautions. Mais si ce parcours constitue le cœur de son ouvrage, nous révélant ainsi l’envers du décor de l’un des quartiers les plus en vue de Malmö, elle décrit également ses hésitations sentimentales, ses coups de fatigue et ses difficultés matérielles. Une autobiographie plutôt classique, à la narration linéaire, mais précise, franche et pudique.

En sélection officielle pour le FIBD 2018, Dans le noir fait partie de ces livres dont on peut écrire qu’ils révèlent un auteur - ou une autrice, en l’occurrence. Daria Bogdanska y fait preuve d’un trait souple et évocateur, d’une belle maîtrise du noir et blanc et d’un sens de la composition sobre et entièrement dédié à la narration. Son histoire personnelle renvoie enfin à de multiples thématiques - politiques, sociales mais aussi intimes - qui traversent l’Europe contemporaine et rendent universelles une trajectoire singulière et une personnalité attachante.

Dans le noir © Daria Bogdanska / Éditions Rackham 2017

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Dans le noir - Par Daria Bogdanska - Éditions Rackham - titre original : Wage Slaves, Ordfront Galago, 2016 - traduit du suédois par Sophie Jouffreau - 200 pages en noir & blanc - 17,5 x 25 cm - couverture cartonnée - parution le 14 novembre 2017 - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Lire les premières pages de l’ouvrage.

 
Participez à la discussion
1 Message :