Décès de He Youzhi, maître de la BD chinoise

17 mars 2016 4 commentaires
  • He Youzhi, un des maître du lianhuahua est décédé le 16 mars à Shanghai, à l'âge de 94 ans.

C’est avec tristesse que nous avons appris son décès survenu hier soir à Shanghai, le 16 mars, à 20h30. "Cela a été si soudain...", nous dit sa fille He Xiaozhu.

"Comme d’habitude le matin, il s’est préparé un bol de nouilles. Puis il a reçu un responsable du musée des Beaux-Arts de Ningbo, venu pour parler d’une prochaine exposition et d’une donation d’originaux. Le visiteur parti, il est allé se rafraîchir dans la salle de bains. Il y est resté longtemps et comme il ne revenait pas, on y est allé et on l’a trouvé sans connaissance.

A 11h30, il a été admis à l’hôpital Ruijin, et il est revenu à lui. Il a parlé avec sa famille. Mais à 19h environ, il a commencé à cracher du sang... sans arrêt, et les injections n’ont pas eu d’effet."

Décès de He Youzhi, maître de la BD chinoise

Né en 1922 près de Shanghai, He Youzhi est considéré comme le plus grand dessinateur de bande dessinée en Chine. Il commence à dessiner en 1949 et devient connu dès le milieu des années 1950, réalisant des œuvres défendant les idées communistes de l’époque. On citera "Le mariage de Xiao Erhei", "Li Shuang Shuang", "Changements dans un village de montagne", diffusées à des millions d’exemplaires. Critiqué pendant la Révolution Culturelle, il est envoyé comme travailleur à la campagne.


Dans les années 1980, il devient professeur de bande dessinée aux Beaux-arts de Pékin et réalise des œuvres pour enfants ainsi que des histoires courtes où il montre son penchant pour le burlesque, portant un regard amusé et désabusé sur ses semblables.

Dans les années 1990 et 2000, il réalise plusieurs œuvres autobiographiques (notamment Mes Années de jeunesse, et Les 100 métiers du vieux Shanghai, éditées en France), travaille pour la presse, est exposé et primé au festival d’Angoulême, où il dirige une masterclass, invité par l’école des Beaux-Arts.


Il était connu pour son étonnante mémoire qui lui permettait de mettre en images des scènes de la vie quotidienne des années 1930, 40 ou 50, sans aucune documentation. Son œuvre totalise une centaine d’ouvrages, bandes dessinées, livres illustrés, livres pour enfants.

Nous l’avions rencontré plusieurs fois, et nous souvenons de sa bonhomie et de son œil espiègle. Nous nous associons à la douleur de sa famille et du milieu de la bande dessinée chinoise.

Nous vous renvoyons vers l’article et l’entretien que nous avions réalisé avec lui en 2013.

(par Yohan Radomski)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Décès de He Youzhi, maître de la BD chinoise
    17 mars 2016 08:43, par Thierry Robin

    Triste nouvelle.
    C’était un dessinateur exceptionnel, d’une grande sensibilité, en particulier pour ses personnages féminins.

    Répondre à ce message

    • Répondu par michel plessix le 18 mars 2016 à  14:15 :

      Je l’avais découvert au début des années 80 dans un catalogue d’expo sur la bd chinoise à beaubourg et il m’a fort influencé dans la gestion des détails (gris optiques) et du vide, bref dans la manière de faire respirer une image. Bon, j’ai quand même mis des années à assimiler cette leçon...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Yohan Radomski le 18 mars 2016 à  23:39 :

        Merci pour ce témoignage. Il semble que cette expo et le catalogue a effectivement marqué les esprits en France. En Chine, He Youzhi a influencé énormément de dessinateurs, de par sa longue (!) carrière, la variété des genres de récits et des styles qu’il a abordés, et la théorisation de son médium par l’écriture d’articles dans les années 80.

        Répondre à ce message

  • Décès de He Youzhi, maître de la BD chinoise
    19 mars 2016 00:01, par La plume occulte

    C’était un sacré dessinateur,réfléchi, attentif aux silhouettes et délicat. S’ attarder sur ses dessins est toujours un grand moment, il avait ce talent , l’air de rien, de capturer le regard.C’est un grand monsieur du dessin qui nous quitte, l’écouter enseigner devait être un grand moment.

    Répondre à ce message