Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"

20 juillet 2017 17 commentaires
  • On apprend le décès, mardi 18 juillet, de Stan Barets, d’un cancer foudroyant, à l’âge de 68 ans. Traducteur, écrivain, journaliste, critique, libraire, éditeur, il a été un des principaux acteurs de la bande dessinée des années 1970-1980, un passeur indispensable entre la BD et la littérature de science-fiction dont il était un des rares à détenir la double expertise.

Il était né le 12 février 1949 et, à la suite d’un cursus universitaire qui passe par les sciences politiques et l’économie, il sort diplômé de Cambridge. Son expérience anglaise lui permet non seulement d’affiner ses connaissances dans la langue de Shakespeare, ce qui lui donnera l’occasion plus tard d’assurer de nombreuses traductions, mais surtout sa connaissance des grands auteurs anglo-saxons de science-fiction et de comics. C’est naturellement que l’on trouve sa signature dans les grandes revues de SF de cette époque : Fiction, Univers, Science-Fiction magazine… Mais aussi dans les fanzines naissants de la bande dessinée. C’est avec la même passion qu’il crée avec son épouse Sophie la librairie Temps Futurs, dont il emprunte le nom à Aldous Huxley, en 1973. Il a été à ce titre un des grands passeurs de la contre-culture de l’époque.

Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
Florence Cestac de Futuropolis et Stan Barets de Temps Futurs en 2005, l’aristocratie des libraires parisiens de bande dessinée au tournant des années 1980.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

C’était l’une des premières librairies spécialisées de Paris, d’abord installée rue Perronet, puis rue Dante dans le Quartier Latin. On y croisait les plus grands auteurs de l’époque : Moebius, Druillet, Mézières, Tardi, Hugo Pratt, Yves Chaland qui assurait les maquettes de sa revue-catalogue. Comme libraires, son épouse Sophie et lui ont eu comme employés des gens comme Rodolphe, François Rivière, Doug Headline, José-Louis Bocquet ou Patrick Gaumer, c’est dire s’il a eu une influence marquante.

Les catalogues de Temps Futurs sont devenus des collectors, ici signés JC Mézières et Yves Chaland.

Il est bien entendu de l’aventure Métal Hurlant, mais aussi des premiers instants des éditions Glénat puisqu’il a dirigé les magazines Circus et Vécu. On lui doit notamment la création du concept « L’Année de la BD » et la publication du premier album de Yann & Conrad, Aventures en jaune.

Poursuivant sa carrière de traducteur, d’auteur, de journaliste et d’éditeur, on le retrouve pendant une dizaine d’années rédacteur en chef de Playboy et notamment rédacteur pour Hachette Collections de l’encyclopédie Planète BD ou de la collection Voitures et Véhicules fantastiques de Blake et Mortimer. Il avait publié chez Denoël Le Catalogue des âmes et cycles de la SF (1979) devenu Le Science-Fictionnaire en 1994, une somme sur le sujet.

« Gentleman biker, science fictionnaire, libraire, créature de la bande à Métal, Il a été mon premier vrai patron quelques jours après mes 18 ans et en m’engageant comme responsable de la BD dans sa caverne d’Ali baba de la contre-culture, il a fait de moi un "professionnel ", raconte José-Louis Bocquet, aujourd’hui éditeur chez Dupuis. Au sein de sa maison d’édition il m’a permis de travailler sur l’année de la BD avec Fromental - qui était son ami avant de devenir le mien - et surtout d’éditer Aventures en jaune de Yann et Conrad. Bref, il est de ces quelques hommes qui ont changé mon destin. »

Les éditions Glénat et le manga en France lui doivent énormément puisqu’il fut le premier traducteur d’Akira dont il a traduit les 13 tomes de l’anglais pour la première édition de la série culte qui a popularisé le manga en France entre 1990 et 1995.

"En mars 2016 à l’hôtel Amour - Pigalle - pendant la préparation de l’intégrale SF de Serge Clerc pour Dupuis dont Stan a signé le dossier et que j’ai édité. Je suis content de les avoir photographiés..." nous dit José-Louis Bocquet.

Quant à Patrick Gaumer, l’encyclopédiste auteur du Larousse de la bande dessinée, il déclare : « J’ai beaucoup de peine, je lui devais beaucoup, c’était un de mes grands amis. Il m’avait donné ma chance à Temps Futurs. Rodolphe, François Rivière, Doug Headline et José-Louis Bocquet y sont aussi passés. Il faut se souvenir de ces belles années, on formait une joyeuse bande. Ce soir je pense bien sûr beaucoup à Sophie, sa femme, et à sa fille Delphine. »

Nos pensées rejoignent les siennes.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[remis à jour le 22 juillet 2017}

 
Participez à la discussion
17 Messages :
  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    20 juillet 2017 09:26, par Brieg Haslé-Le Gall

    Très triste d’apprendre la disparition de l’ami Stan, mon rédacteur en chef sur l’encyclopédie "Planète BD" et qui m’avait rejoint sur la collection "Voitures et véhicules fantastiques de Blake & Mortimer"... mes vives condoléances à Sophie

    Répondre à ce message

  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    20 juillet 2017 12:36, par G. Izquierdo

    Triste nouvelle. Je me souviens de ses critiques de romans dans Métal hurlant et de BD dans Circus.
    Et aussi bien sûr de son incontournable guide de SF, que j’avais consulté dans ses deux éditions et qui m’avait bien aidé dans mes choix de lecture à l’époque.

    Répondre à ce message

  • J’ai travaillé avec Stan, lorsqu’il était chez Glénat pour s’occuper des parties rédactionnelles de Circus & Vecu.

    Je garderais le souvenir de son élégance, et de ses Gitanes du matin, nous partagions le même bureau minuscule, de son intelligence affûtée et de quelques instants mémorables ou nous enchaînions discussions sur la SF, l’histoire et le rock...

    Je lui dis beaucoup et j’ose penser que notre tandem chez Glénat a bien fonctionné.

    Pensées pour sa famille et ses proches.

    Répondre à ce message

  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    20 juillet 2017 19:28, par Jean-Louis Floch

    Très triste d’apprendre cette nouvelle... Rencontré il y a 40 ans, je me souviens de sa voix douce et de ses propos pertinents... J’ai dû comme bien d’autres, lui faire un dessin à l’encre noir pour ses flyers de papier jaune... Une pensée émue pour sa femme et sa fille...

    Répondre à ce message

    • Répondu par MD le 20 juillet 2017 à  20:56 :

      Trés triste nouvelle, je le connaissais depuis la rue Perdonnet, bien avant Dante. Un passionné de SF, de comics et de BD, en quelque sorte l’alter ego de Dionnet. Il a écrit un article passionnant sur le marché de la SF dans les seventies dans le Pilote Special Valerian

      Répondre à ce message

  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    21 juillet 2017 01:57, par Jean-Luc Fromental

    Stan était un grand bonhomme. La librairie (l’idée de librairie, pourrait-on dire) qu’il avait créée avec Sophie a été un lieu essentiel pour la culture en général et la mienne en particulier, qui a trouvé là de quoi s’enrichir de façon incommensurable. C’est chez lui, chez eux, que j’ai connu José-Louis Bocquet, un partenaire de jeu et un ami pour la vie, JP Dionnet, Floc’h, Swarte, Chaland, Ted Benoit, Ever Meulen, Harlan Ellison, Gilbert Shelton, tant et tant d’autres artistes qui devaient façonner la suite de ma vie. En ce sens, je dois mon futur à Temps Futurs. La cruelle disparition de Stan n’efface rien de tout cela, au contraire même, ravive les souvenirs jusqu’à les rendre aussi vifs, aussi brûlants que les instants de ce présent éternel que nous avons partagés.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Barets Sophie le 21 juillet 2017 à  11:43 :

      Merci Didier tes mots nous vont droit au coeur. Merci à tous pour vos contributions. Et pour ce que vous montrez de votre attachement à notre cher Stan. Sophie et Delphine Barets.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Bertrand Guillou le 21 juillet 2017 à  16:36 :

        Toutes mes pensées vous accompagnent Sophie, ainsi qu’à Delphine. Je n’avais pas revu Stan depuis une rencontre avec Moebius, en 1999- Comme le dit si bien JL Fromental, nos destins auraient été différents sans lui. Si une cérémonie se tenait, ou un hommage, veuillez m’en faire part, je me joins au cortège de ses amis et admirateurs pour vous témoigner tout mon soutien.
        Bertrand .

        Répondre à ce message

  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    21 juillet 2017 13:56, par Fred Blanchard

    C’est dans sa librairie TEMPS FUTURS que j’ai acheté au tout début des années 80 mes premiers artbooks (Star Wars, Alien, Ron Cobb, Roger Dean, Chris Foss, HR Giger) et revues (Starlog, Cinefex, Cinefantastique, Famous Monsters, Fantastic Films).
    C’est dans ce temple métallique depuis longtemps disparu que j’ai à chaque visite été ébloui par toutes les merveilles qu’on pouvait y acheter, à une époque où il était quasi impossible de trouver en France des livres et revues de SF édités à l’étranger.
    C’est grâce à lui et aux équipes qui animaient sa librairie que j’ai trouvé les clefs qui m’ont permis de savoir ce que j’allais faire de ma vie...
    J’ai l’étrange impression de perdre aujourd’hui un père spirituel.
    Tristesse infinie...
    Merci pour tout Stan Barets.

    Répondre à ce message

  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    21 juillet 2017 14:23, par Doug Headline

    Infinie tristesse. Tant de souvenirs reviennent d’un coup, comme si c’était hier. La petite fusée de fer dans le ciel de la rue Perronnet, les heures passées à fouiller dans la minuscule caverne d’Ali Baba, les signatures de Sheckley et d’Ellison, le grand bazar de la rue Dante, Joe Kubert et les 4 du Studio en dédicace, les réunions de rédaction enfiévrées de Métal, et tellement d’autres moments. Stan était brillant, cultivé, doux, généreux.. et si drôle ! Tous ceux qui ont fait qu’on a aimé le XXe siècle s’en vont de plus en plus vite... Courage et affection à vous, Sophie et Delphine.

    Répondre à ce message

  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    22 juillet 2017 20:58, par laurence cabannes

    J’ai eu mon premier rendez-vous d’embauche en 82 avec lui, il devait remplacer un employé très pointu en BD, et bien que j’ai pas trop mal assuré avec son questionnaire, j’étais un peu trop jeune, mais je me souviens qu’il m’a appris a mieux faire pour mes prochains RDV d’embauche ;) , je l’avais trouvé assez fascinant et j’ai toujours gardé en mémoire cette rencontre. Triste nouvelle... :(

    Répondre à ce message

  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    24 juillet 2017 14:14, par lartigau

    Je le lisais autrefois dans Fiction.
    Puis dans Métal hurlant.
    C’est loin.
    Un grand bonhomme.

    Répondre à ce message

  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    24 juillet 2017 15:58, par J-Michel Lemaire

    que de souvenirs, de découvertes et de rencontres, je lui dois
    MA LIBRAIRIE, quand je montais à la capitale...
    chapeau bas Monsieur BARETS
    à jamais dans mes souvenirs
    condoléances à ces proches, mes pensées sont pour eux...

    Répondre à ce message

  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    28 juillet 2017 21:22, par Douvry jean-françois

    Ce grand professionnel était d’une rare gentillesse avec les "petits nouveaux". Je conserve précieusement sa lettre d’encouragement et son accord pour publier en 1985 dans "Vécu" un de mes premiers articles.
    Il figure indiscutablement en bonne place dans le panthéon des défenseurs des littératures populaires, peu nombreux en ces années 70, époque pionnière où par ailleurs sa librairie "Temps futurs" offrait une incroyable diversité d’albums (dont un "Chloro contre les rats noirs" en édition originale, qui trône toujours dans ma bibliothèque).
    Mes condoléances attristées pour ses proches..
    .

    Répondre à ce message

    • Répondu par Dominique PETITFAUX le 29 juillet 2017 à  18:49 :

      J’ai comme vous tous beaucoup de très bons souvenirs liés à Stan Barets, si compétent, si modeste... Il a fait venir à sa librairie des auteurs formidables, par exemple Ray Bradbury, venu le 13 septembre 1980, comme l’indique la dédicace sur mon exemplaire de "Fahrenheit 451" !

      Répondre à ce message

  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    28 décembre 2017 12:35, par Jacques Hamon

    Etant un grand fan de science fction et de BD, j’ai connu Stan Barets dans sa première librairie de la rue Peronnet à Saint Germain des Prés qui sera suivie par celle de la rue Cochin près de Maubert pour se retrouver enfin rue Dante non loin du Boulevard Saint-Germain. Cette librairie, Temps Futurs, n’était pas la première qui s’était créé à Paris. Il y avait eu dans le passé et toujours dans le quartier Saint-Germain "La Balance" et aussi quelques autres dont j’ai oublié le nom. Elles n’ont jamais eu la notoriété qu’avait acquise Temps Futurs surtout depuis son adresse de la rue Dante. Il se trouve que j’ai dans les années 70 tenue la comptabilité de la boutique qui, il faut le reconnaître, était vraiment quelque chose de nécessaire. En tombant un peu par hasard sur la page "ActuaBD" j’apprends la disparition en juillet dernier de Stan Barets qui s’en est allé vers une galaxie lointaine vraiment trop tôt. J’avais depuis longtemps perdu de vue Stan et sa femme à qui j’adresse toutes mes condoléances en souvenir de cette période bénie.

    Répondre à ce message

  • Décès de Stan Barets, le "science-fictionnaire"
    23 mai 22:56, par Christian CHATILLON

    Le temps passe. Rien ne s’efface. A une heure avancée de la nuit, des bouffées de souvenirs remontent. Des noms aussi.
    Je clique sur Stan Barets. Cruelle idée, puisque j’apprends cette triste nouvelle.
    De la même génération, je dois à Stan d’avoir réalisé plusieurs années durant de longues et passionnantes interviewes pour Playboy. Nous nous retrouvions de temps à autre à déjeuner à Suresnes, dans un petit restau où nous refaisions le monde, parfois chez Sémillon à Paris. Convivial, plein d’humour, je lui dois de m’avoir toujours accordé sa confiance. La vie nous avait fait prendre des chemins différents après la liquidation du magazine au lapin. Je ne l’ai jamais oublié.
    Avec ce retard bien malgré moi, j’adresse toutes mes pensées aux siens.
    Mercredi 23 mai 2018, 22h55
    Christian Chatillon

    Répondre à ce message