Delcourt : en quête du Messie

13 avril 2017 1 commentaire
  • Faut-il y voir le volonté d’une réflexion sur nos croyances ? Ou juste l’envie de bousculer un peu nos valeurs ? Quoiqu’il en soit, Delcourt a publié trois albums sur le Messie des Chrétiens, en redéfinissant son rôle dans nos sociétés.

Nous avons déjà expliqué largement tout le bien que nous pensons de L’Histoire Secrète, la saga de 32 tomes réalisée majoritairement par Jean-Pierre Pécau & Igor Kordey : cette relecture des événements fondamentaux de notre Histoire, et en particulier celle du XXe siècle, mêle habilement fiction et authenticité pour livrer un captivant feuilleton.

Si le 32e tome marquait le point final de cette épopée chronologique, c’était sans compter sur l’envie de deux auteurs de revenir en arrière dans le temps, pour reprendre leurs personnages fétiches, les quatre archontes qui traversent le temps, afin de revisiter des périodes essentielles de notre Histoire. Et quelle époque est plus fondamentale que celle du début de notre ère, et des conséquences que ces faits auront sur le monde pour les milliers d’années qui suivirent ?!

Delcourt : en quête du Messie

Au travers de ce diptyque intitulé Messie blanc / Messie noir, dont les volumes se déroulent respectivement lors de la naissance et lors de la Passion du Christ, les deux auteurs livrent sans doute le point d’orgue de leur série. Les plus bigots crieront à l’irrévérence lorsque le scénariste utilise les trous de l’Histoire pour glisser ses personnages, tels trois de ses archontes qui se présentent en roi-mages !

Mais si certains pied-de-nez poussent à sourire, l’ensemble permet surtout de prendre du recul par rapport à l’Histoire telle que nous les rapportent les Écrits. Il ne faut donc pas voir de blasphème derrière cette relecture qui demeure si fictionnelle qu’elle ne permet pas d’amalgame, mais surtout une volonté de se focaliser sur des faits qu’on a parfois occultés, en particulier la fameuse révolte de 70 qui se termina par l’incendie et la destruction de Jérusalem.

JPEG - 1.3 Mo
Une double page du T34 "Messie noir"...

Au dessin, Kordey est au diapason avec son scénariste favori : ses planches sont magnifiques, en particulier celles qui évoquent Jérusalem, lors de la Passion du Christ, ou pendant la mise à sac qui suivit la révolte. Certes, certaines cases paraissent secondaires, et la fin du récit manque un tout petit peu de rythme, mais cette ambition de décrire un quotidien avec ses aléas permet aussi de mieux transcrire la pensée des contemporains de cette ère.

Du règne à la mort d’Hérode et des heurts qui en découlèrent, des manigances stratégiques des Romains envers les Juifs, de l’évocation pleine de vie de Qumrân, de la réinterprétation de certains passages de l’Evangile à la Diaspora des Juifs et des Chrétiens, ce diptyque devrait passionner tous les amateurs de L’Histoire secrète. Ce double récit peut aussi se révéler une passionnante entrée en matière pour ceux qui auraient fait l’impasse sur cet univers tentaculaire, même s’ils devront faire abstraction des nombreuses références internes qui y sont disséminées. Avec une telle réussite, on espère que les auteurs nous livreront encore quelques prochaines petites pour prolonger cette magnifique saga !

JPEG - 1.4 Mo
...suivie d’une autre tirée du même album : l’attaque sur Jérusalem.

Un monde sans monothéisme

Et de saga, dans le sens nordique du terme, il est encore question avec cette nouvelle série parue également chez Delcourt, Gudesønn, du nom de son personnage principal, un capitaine de la brigade criminelle de Stockholm, au sein de la Fédération nordique.

Fédération nordique : kezako ? En effet, si le récit se situe à notre époque, il s’agit bien d’une uchronie religieuse, où seuls les polythéismes anciens existent et sont encore pratiqués. La puissance économique de la Fédération scandinave fait d’ailleurs de Stockholm le centre d’influence majeur du monde moderne, là où se déroule la majeure partie du récit. Mais le bouleversement survient avec le massacre de nourrissons perpétré pendant la nuit de Walpurgis dans la crèche d’un village isolé. Le capitaine de police Martin Gudesønn se voit confier l’enquête, qui va le mener au cœur même du pouvoir et de ses manigances... En effet, ses dirigeants craignent une prophétie millénaire : l’arrivée d’un Messie monothéiste qui bouleverserait les fondations de leur pouvoir !

Si Didier Convard & Eric Adam collaborent depuis près de dix ans, ils ne se sont associés que récemment avec Pierre Boisserie au sein de la série Roma, initiée par le regretté Gilles Chaillet. Ce qui leur a certainement donné l’envie de réaliser cette nouvelle série basée sur une ambitieuse idée de départ : comment se conduirait notre monde sans les trois religions révélées qui l’ont profondément modifié ?

La question est si vaste, mêlant macro-économie, géopolitique, religion, société, sciences humaines et exactes, qu’on aurait pu craindre que les auteurs ne parviennent pas à la dompter ! D’ailleurs, passée la couverture malheureusement assez quelconque, les pages de gardes attirent positivement le regard, en présentant un planisphère politique complètement modifié, où l’on distingue les grandes puissances de cet univers uchronique : inca, romaine, égyptienne, japonaise et d’autres dont la scandinave qui dirige cet ordre mondial via ses nombreux comptoirs établis sur la planète.

Pour donner corps à ce postulat de base, il fallait le faire vivre dans le récit, tout en le dotant d’une réelle intrigue complémentaire et de personnages crédibles… Et ce tour de force est majoritairement réussi ! En se concentrant sur la Fédération Scandinave, et le massacre des enfants dans une crèche, les trois scénaristes parviennent à capter l’attention du lecteur dès les premières pages, tout en distillant au fur et à mesure les éléments constitutifs de cette société polythéiste radicalement différente de la nôtre.

Si son passé torturé ne permet pas au personnage central Gudesønn de créer un vrai lien d’identification avec le lecteur, ses émotions guident suffisamment ses actes pour qu’il paraisse crédible. Ce n’est pourtant pas toujours le cas des autres personnages, dont le nombre ne permet pas toujours de leur prêter une attention suffisante. Malgré les 54 pages denses de ce premier tome, certaines séquences sont parfois très courtes, ce qui peut les rendre superficielles. Mais le cadre général de l’uchronie, et les inventions des auteurs en lien avec le polythéisme (en particulier la divination statistique) sont des éléments suffisamment probants pour captiver le lecteur.

L’attrait du début de ce triptyque tient beaucoup au dessin évocateur et nerveux de Mr Fab (Spyder, Jour J 6 et 17). L’efficacité de ses cadrage et le mouvement imprimé dans chaque case lui permet de tenir la cadence impressionnante du scénario, malgré quelques découpages moins heureux. Si le siège de la Althing (haut conseil de la guilde nordique) aurait pu être plus travaillé, l’architecture de ses bâtiments et les inclusions technologiques compensent largement ce petit bémol afin que chaque planche apporte son lot de découvertes. Quant aux séquences plus rythmées, sauf quelques approximations, elles offrent aux personnages des mouvements fluides et crédibles, permettant à l’action d’accompagner le cadre du récit pour accaparer l’attention du lecteur. Le dessinateur tient avec cette série la possibilité de démontrer toutes ses capacités… et on en redemande !

Si ce monde uchronique est déjà passionnant par son axiome de départ, la prophétie messianique qui sous-tend l’intrigue de Gudesønn joue habilement sur un double-niveau : il s’agit d’un enjeu planétaire dans lequel les quelques personnages ne devront pas se diluer, mais elle permet surtout de souligner les forces et les faiblesses d’un monde sans ces grandes religions. Ce qui permet au lecteur de réfléchir sur leur place actuelle, même après avoir fini sa lecture.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Commander :
- L’Histoire secrète T33 de Pécau & Kordey (Delcourt) chez Amazon ou à la FNAC
- L’Histoire secrète T34 de Pécau & Kordey (Delcourt) chez Amazon ou à la FNAC
- Gudesønn T1 de Adam, Boisserie, Convard & Mr Fab (Delcourt) chez Amazon ou à la FNAC

Lire nos articles liés à L’Histoire secrète :
- Pécau, Kordey & O’Grady, le trio de choc de "L’Histoire secrète" se relance avec "Les 30 Deniers"
- Quand les "Arcanes" rejoignent "L’Histoire secrète"

Les visuels de L’Histoire secrète sont © Éditions Delcourt, 2016-2017 – Pécau, Kordey, et ceux de Gudesønn sont © Éditions Delcourt, 2017 – Adam, Boisserie, Convard, Mr Fab

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Delcourt : en quête du Messie
    26 avril 21:36, par Rivière

    J’ai feuilleté l’album "Gudesson" en librairie, mais je ne l’ai pas ( encore ) acheté, retenu par une petite incohérence dès le titre "La nuit de Walpurgis". En effet, dans cette histoire qui se passe dans un univers parallèle, les religions révélées, comme le christianisme, n’ont pas existé. Mais Walpurgis est le nom d’une sainte chrétienne qui vivait au IX° siècle. Comment est-ce possible, ou cela sera-t-il expliqué plus tard ? Ou bien les auteurs ont-ils mal lu leur documentation ?

    Répondre à ce message