Démarrage en beauté pour "Été", "Social Graphic Novel" sur Instagram

10 juillet 2017 5 commentaires
  • Nous vous présentions récemment d'Été, l'expérience de narration séquentielle sur Instagram, initiée par l'agence Bigger Than Fiction et la chaîne Arte. Une semaine après son lancement, le mélange entre bande dessinée et réseaux sociaux semble déjà prendre et trouver son public.

Démarrage en beauté pour "Été", "Social Graphic Novel" sur InstagramAvec 46 000 abonnés suivant les péripéties estivales de ses héros, Abel et Olivia, Été , coproduction entre Arte et Bigger Than Fiction, fait certainement partie des bandes dessinées en ligne les plus suivies du moment. Elle est notamment scénarisée par Thomas Cadène qui s’était distingué déjà avec la "bédénovela" Les Autres Gens ou encore le charmant roman graphique La Vraie Vie, mais aussi Joseph Safieddine, le talentueux scénariste de Yallah Bye ou de [L’Enragé du ciel.6>http://www.actuabd.com/L-Enrage-du-ciel-Par-Joseph]

Utilisant les spécificités de réseau social, allant de la publication de groupes d’images à celle de "stories" – ces temps forts, disponibles durant 24 heures – la série se révèle agréable à lire, aussi bien au niveau fonctionnel que narratif. Quelques images s’agrémentent de "Gifs" animés.

Initiations à l’urbex, confessions intimes ou encore expériences chamaniques rythment la séparation d’un couple résolument moderne (avec tout ce que cela a de positif ou de négatif), un couple qui décide de vivre son été chacun de son côté.

Rendez-vous le 27 août pour connaitre la conclusion de ce récit que l’on pourrait qualifier de "Social Graphic Novel" avant de la lire dans sa version papier aux éditions Delcourt.

(par Fabrice FADIGA)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Le concept, c’est on clic case par case. Très archaïque et très proche de l’animatic avec des bulles dessus. Ce procédé de lecture confirme qu’on n’a pas inventé mieux que la page et le livre pour comme support pour la bande dessinée. Le genre d’expérimentation inutile mais qui se croit moderne. Exactement ce qui fait triper les étudiants en arts qui croient chaque année avoir réinventé le fil à couper le beurre en fabricant une machine électrique super complexe qui coupe encore moins bien le beurre. À la première et dernière case, il y a une petite musique synthétique cheap, vraiment cheap, trop cheap et en plus, inutile pour la narration. Ensuite, c’est l’histoire d’un couple qui se croit moderne parce qu’il a décidé de faire un break pendant l’été. Le truc genre film français banal où on se morfond en deux minutes parce que la vie quotidienne dans un monde contemporain, c’est vraiment le degré zéro de l’imaginaire. Un truc pour vingtenaires et trentenaires, très générationnel, avec des préoccupations et des fantasmes standards. Complaisant donc, déjà totalement ringard. À moins d’une révolution technologique adaptée au médium et non l’inverse, la modernité de la BD restera le papier.

    Répondre à ce message

    • Répondu par t le 12 juillet à  11:28 :

      haha, le commentaire de gros blasé..

      Répondre à ce message

      • Répondu le 12 juillet à  20:56 :

        Pas blasé, simplement agacé. Si j’étais blasé, je n’aurais même pas pris le temps de tout lire sur Instagram et encore moins perdu mon temps à commenter. Ce qui m’agace, c’est qu’on veut me vendre une forme qui ne fonctionne pas, un emballage vide. En réalité, cet "Été", c’est déjà l’hiver. n’est que le degré zéro de la BD avec des paillettes technologiques. Il n’y a pas de modernité dans ce produit. Malheureusement.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Nekofurioso le 12 juillet à  23:46 :

          Je pense que le but était plus d’aller chercher les lecteurs là où ils sont (une problématique du secteur, si je ne m’abuse), en respectant les codes du réseau social. Que vous trouviez la forme peu novatrice, soit, le Turbomedia existe depuis quelques années et ils sont nombreux, les auteurs qui le maîtrisent mieux que ceux d’Été. Par contre, je trouve cela quelques peu injuste de ne pas ne pas remarquer la tentative, plutôt réussie, de proposer de la Bande dessinée sur une plate-forme destinée à la contemplation de bouches en culs de poules et des plats de graines multicolores de leurs propriétaires. Votre amour pour la bande dessinée se bornerait-il aux coin des albums papier de votre bibliothèque, que j’imagine d’ailleurs bien fournie, obstruant votre champ de vision en gardant cachés ceux dont les usages diffèrent des vôtres ? Pour ma part, je ne suis pas dupe, il ne s’agit pas d’une révolution, mais si cette tentative plus qu’honnête peut ramener quelques utilisateurs d’Instagram vers la BD "traditionnelle" (Delcourt va publier Été à la fin de la saison), moi je dis Mazelteuf ! Ne laissons pas notre art chéri se flétrir par la faute de nos ronchonneries :)

          Répondre à ce message

          • Répondu le 13 juillet à  08:37 :

            « Je pense que le but était plus d’aller chercher les lecteurs là où ils sont (une problématique du secteur, si je ne m’abuse), en respectant les codes du réseau social. »

            Vous croyez sérieusement que les lecteurs sont à chercher sur Instagram ? Ils n’y sont pas plus que devant la TV ou Toutube. Le peu de succès commercial des liseuses ne vous met pas la puce à l’oreille ? Les lecteurs sont surtout dans les librairies et les bibliothèques. Rien de ringard à ça. Le support de la bande dessinée reste le papier.

            Vous croyez sérieusement que respecter les codes du réseau social apportera quelque chose de plus à la la lecture d’une bande dessinée qui s’opère solitairement ? Utiliser un moyen d’information comme support de création, pourquoi pas mais ce que propose les réseaux sociaux est-il adapté ou adaptable ?

            Vous croyez sérieusement que le turbomédia est l’avenir de la bande dessinée ? Je ne ronchonne pas, j’analyse le médium et je pense que non. Non, parce qu’en décortiquant ce qui fait l’objet bande dessinée, sa grammaire, son vocabulaire, sa sémantique, il est évident que c’est la multitude des images dans un même espace qui fait sa raison d’être et non le contraire. Isoler une image fixe et devoir cliquer dessus pour passer à la suivante, ce n’est pas le langage de la bande dessinée, C’est autre chose, quelque chose comme l’animatic. Après, vous pouvez ajouter des effets sonores, animer de manière très réduite une image, ça n’apporte pas grand chose à part sortir le lecteur de sa concentration (lecture). Du moins, pour l’instant, je n’ai pas été convaincu, ni par "Été", ni par une autre expérimentation de BD genre turbomédia. Si demain de nouveaux écrans plus fins, plus grands permettent de lire plusieurs dessins dans un même espace sans qu’il soit nécessaire de cliquer dessus ou de zoomer pour lire confortablement globalement toutes les informations d’une image à l’ensemble d,images, là, oui, il se passera quelque chose. Mais pourquoi les lecteurs iraient acheter des écrans adaptés surtout à la bande dessinée et pourquoi des industriels se lanceraient dans une telle entreprise ? La bande dessinée est née quelques décennies avant le cinéma et elle doit son développement à la fin du XIXème et début du XXème siècle aux incapacités du cinéma à raconter et montrer beaucoup de choses. Mais depuis, la TV est venue, puis les ordinateurs fixes et portables et des technologies qui vont avec comme les images de synthèse. La bande dessinée a été dépassée par ces nouvelles possibilités de montrer. Donc, s’il y a à encore inventer dans la bande dessinée, c’est en allant chercher à sa source. Qu’est-ce qui fait sa singularité et non pas chercher à la transformer en support semi-audio-visuel pour faire moderne. De la même manière que le théâtre n’est pas du cinéma ni de la TV, il reste à la bande dessinée encore plus à inventer avec le papier qu’avec les écrans. C’est peut-être du côté des innovations de l’imprimerie qu’il faut aller chercher. Ce qui a fait la richesse de la bande dessinée américaine en 1890-1900, ce sont les inventions des imprimeurs. Peut-être que les auteurs de BD devraient de temps en temps discuter avec leurs imprimeurs pour voir s’il n’y a pas des choses à faire. La plupart des auteurs laissent l’éditeur discuter seul avec l’imprimeur. Mais l’imprimeur parle du prix de l’encre et du papier pas de ce qu’on peut faire avec. La bande dessinée est née vers 1830 en Europe et véritablement avec la presse américaine vers 1890. Ce n’est pas autant un art de la vitesse, du mouvement rapide comme les arts audiovisuels (TV, cinéma, radio, ordi) mais un entre-deux. Un rythme de narration entre celui du roman et du cinéma.

            Et encore une fois, l’avenir du projet "Été", c’est le papier, le livre à paraître chez Delcourt, pas le compte Instagram. Le compte Instagram ne sert qu’à faire du buzz.

            Le case à case, aussi contre-révolutionniare que la proposition de lecture de BD sur smartphone de la plateforme Iznéo.

            Dernier point à prendre en compte. La bande dessine européenne est plus basée sur l’album, sur des ouvrages soignés que sur des supports de consommation bon marché comme aux USA et au Japon. Vous me direz que les choses ont changé, qu’il y a le roman graphique. Oui, le format roman parce que le lectorat BD s’est embourgeoisé. À ce public, il fallait des thématiques différentes, des préoccupations moins poupulaires et un emballage qui aille avec. La forme roman est un argument social et générationnel plus qu’artistique (recherche d’un langage propre). Alors, peut-être que l’argument Instagram est plus social et générationnel qu’artistique aussi.

            Répondre à ce message