Disparition d’Édouard Aidans, le créateur de Tounga

7 septembre 2018 10 commentaires
  • Nous revenons sur le décès hier du dessinateur belge Édouard Aidans, l’un des piliers du Journal Tintin, créateur notamment de Tounga, des Franval, des Panthères, de Tony Stark… Un beau dessinateur réaliste, d’une grande discrétion et d’une gentillesse confondante.
Disparition d'Édouard Aidans, le créateur de Tounga
Le premier album de Tounga

C’est Bob De Moor qui m’enseigna ce proverbe flamand alors que je l’interrogeai sur cette discrétion qui le poussait à se dissimuler dans l’ombre d’Hergé : « Reste à ta place, c’est déjà assez prétentieux comme cela  ! »
Édouard Aidans, natif d’Andenne où il a vu le jour le 13 août 1930, était wallon mais sa discrétion n’avait rien à envier au dessinateur anversois.

Il avait fait ses débuts comme la plupart des jeunes artistes de son époque : en dessinant pour Les Belles Histoires de l’Oncle Paul dans Spirou. Après trois tours de piste (il faut dire que cette rubrique ne manquait pas de prétendants de qualité : Paape, Graton, Funcken, MiTacq, Forton, Attanasio…), il passe dans Tintin en face où il va continuer ce genre d’exercice pendant de longues années, sur des scénarios d’Yves Duval et André-Paul Duchâteau, les piliers de cette rubrique.

C’est avec la série humoristique du photographe Bob Binn (1960, la mode était à ce genre de héros-jeu de mot : Prudence Petitpas, Chick Bill, Kid Ordinn…) qu’il fait ses vrais débuts. Il l’animera quelques années en alternance avec ses récits réalistes dont le premier qui lui vaut la gloire de l’album : Tounga (1961).

Nettement inspiré de La Guerre du feu (1909) du romancier belge J.-H. Rosny aîné, Tounga, le plus vaillant guerrier de la horde des Ghmours, défend les siens contre les tribus ennemies et les animaux sauvages : les mammouths, les tigres à dents de sabre (ou smilodons), les aurochs, les gorilles géants, les tyrannosaures..., occasions pour l’artiste de montrer ses talents de dessinateur animalier. Le choix du personnage de la série est original et précède de sept ans les aventures de Rahan, le fils des âges farouches. La série compte 17 albums.

Un dessin puissant d’une grande lisibilité
© Le Lombard

Parallèlement, il dessine les aventures de la famille Franval. Mais ce reporter accompagné de sa progéniture n’obtient aucun succès en album, un objet devenu à partir des années 1970, la boussole des éditeurs. L’arrivée de Greg à la rédaction en chef le déclasse un peu comme créateur complet. Il se met au service du rédacteur-en-chef-scénariste avec Les Panthères (Sc. Aidans et Greg, 1971), probablement inspiré du comic strip américain On Stage de Leonard Starr. mettant en scène un trio de jeunes femmes indépendantes et sexy.

Les Franval
© Le Lombard

Mais le Journal Tintin est sur le déclin, surtout après le départ de Greg et, bien que continuant les aventures de Tounga, il est de l’équipée de Super-As avec la création des aventures de Tony Stark, dont le scénario est principalement réalisé par Jean Van Hamme. Il poursuit avec des aventures de cape et d’épée signée Jean Dufaux : La Toile et la dague (1986) tandis que Greg vient le rechercher pour assurer la reprise pour un court moment de la série Bernard Prince (1992).

Edouard Aidans par Claude Laverdure
© Claude Laverdure

Dessinateur d’une grande probité, Aidans s’inscrit dans son époque avec un trait classique qui se met au service du scénario, sans esbroufe mais avec une agréable lisibilité. Cela donne des images puissantes (surtout ses couvertures à la gouache) qui trouvent un écho dans celui de dessinateurs actuels comme Lamquet, Magda et Laverdure qui ont été ses élèves.

La Toile et la dague, un scénario de Jean Dufaux.
© Le Lombard

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photos : Nicolas Anspach

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Disparition d’Édouard Aidans, le créateur de Tounga
    7 septembre 13:01, par Frenchoïd

    Je me joins à tous ceux qui conservent un souvenir attendri de nombreuses planches d’Aidans qui ont marqué leur enfance, mais je relève votre "Dessinateur d’une grande probité" ; s’agit-il d’une réponse aux propos de Van Hamme sur Aidans dans son autobiographie ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Henri Khanan le 7 septembre à  19:10 :

      Son Tounga a eu moins de succès que Rahan, mais il reste un pilier de l’hebdo Tintin. Un auteur au trait solide, sans doute resté trop modeste. Toutes mes condoléances à ses proches et à sa famille !

      Répondre à ce message

    • Répondu par Pirlouit le 7 septembre à  19:14 :

      C’est sans doute une coïncidence, son Tony Stark n’a rien à voir avec celui qui se cache dans l’armure d’Iron Man !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 8 septembre à  10:56 :

        Cela a déjà été dit dans ces pages. Aucun rapport, si ce n’est le côté hâbleur du personnage.

        Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 8 septembre à  10:55 :

      Non, probité veut dire honnêteté. Aucune allusion à l’opinion de Van Hamme qui n’épargne pas grand monde...

      Répondre à ce message

  • merci pour cet hommage, (petite rectification à faire : la toile et la dague n’est jamais paru dans le journal tintin !)

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 8 septembre à  10:56 :

      Vous avez raison, nous avons corrigé cette assertion.

      Répondre à ce message

  • Disparition d’Édouard Aidans, le créateur de Tounga
    8 septembre 19:09, par Claude LAVERDURE

    Touché par le décès d’Édouard Aidans, que j’ai longuement connu et apprécié, je me joins à votre récent hommage en vous envoyant cette caricature que j’avais réalisée il y a quelques année déjà.

    Adieu, Édouard, mon ami et bon voyage au paradis des dessinateurs.

    Répondre à ce message

  • Disparition d’Édouard Aidans, le créateur de Tounga
    9 septembre 20:07, par Jean-Paul Jennequin

    La série Les Panthères (qui date de 1971) n’était évidemment pas une démarque de la série télévisée Drôles de dames, qui démarre en 1976. Si la série s’inspire de quelque chose, c’est plutôt du comic strip américain On Stage de Leonard Starr.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 9 septembre à  22:35 :

      On ne peut que s’incliner devant ces arguments. C’est corrigé. Merci, Jean-Paul.

      Répondre à ce message