Dupuis ouvre ses Cahiers, et c’est génial

16 mai 2018 10 commentaires
  • Dans notre boîte ce matin, deux Cahiers publiés par Dupuis. Le premier numéro des Cahiers Aire Libre et la première livraison des Cahiers Tif & Tondu… Aire Libre, Tif & Tondu, des Cahiers ?... Qu’est-ce que c’est encore ce truc ?
Dupuis ouvre ses Cahiers, et c'est génial
Les Cahiers de Tif & Tondu N°1
© Dupuis

Alors ça oui, on en avait entendu parler de ce Tif & Tondu par Blutch. Mais avouons-le, nous l’attendions avec appréhension. OK, OK, Blutch est un dessinateur génial, mais bon, la parodie, c’est, comment dire ?... un registre facile. Trois petits traits, une pirouette, et que je te pâme… Un truc de fan. Ça fait plaisir, certes, mais c’est une sucrerie, et au bout de la boîte, ça barbouille un peu l’esprit (ou l’estomac). Et puis, ça ne nourrit pas.

Enfin, ce dessin de styliste, de « Mozart de la BD » comme le surnommait Patrice Leconte, au service d’une série que le grand Will dessinait lui-même en soupirant sur les derniers volumes, piaffant d’accéder à cette bande dessinée adulte qu’il n’avait cessé d’espérer depuis le temps où il avait failli travailler pour Pilote, avant d’y renoncer parce que Charles Dupuis l’avait regardé avec de gros yeux rendus plus sévères encore par ses lunettes d’écaille…

© Dupuis

Bah, ben, on l’ouvre ce Cahier. Et là, surprise, CE N’EST PAS une parodie, mais un récit enlevé où souffle l’aventure, aux dialogues pétillants et intelligents, qui font redécouvrir le barbu et le glabre comme nous les avions toujours connus sous les scénarios les plus espiègles de Rosy et de Tillieux avec la suprême élégance de Will.

Et… Oh ! Hein ? Hu ? C’est à suivre dans le prochain numéro ! Non mais, ils se prennent pour qui, eux ? Là, je me souviens que lorsque je lisais Tif et Tondu dans Spirou, je savais attendre. Je range donc ce numéro d’autant plus soigneusement, que nos auteurs, Robber et Blutch, nous ont écrit et dessiné une nouvelle pour me faire patienter. Comme Jean Van Hamme dans Tintin Sélection, dis-donc. Ces gens-là savent faire tourner ma nostalgie en bourrique !

© Dupuis

Bouffées d’Aire Libre

Même chose pour les Cahiers Aire Libre. De la pub déguisée, du blabla promotionnel… Et cette question : « Pourquoi faites-vous de la BD ? » Gnagna…

Et puis non. Évidemment, tout tient sur la sincérité et le talent des artistes sollicités. La plaidoirie de Bourhis et Durieux, les souvenirs d’enfance de Jaime Martin, la déclaration d’amour de Philippe Dupuy à Druillet, les beaux dessins qui respirent de Guibert, la péroraison touchante de Jean Van Hamme, Eric Castel (oui, celui de Reding…) dessiné par Nicoby, les envolées de Javi Rey

Précieux, c’est le mot que l’on retient en refermant le fascicule. Là encore, on attendra le prochain.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Commander Les Cahiers Tif & Tondu N°1 - chez Amazon ou à la FNAC

- Commander Les Cahiers Aire Libre N°1 chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • On peut ne pas partager la "génialité" supposée du dessinateur Blutch ? Son style peu scrupuleux envers la forme (encrage "sale", bulles mal tracées, lettrage disgracieux..) paraît inadapté à la reprise de ce classique.

    Répondre à ce message

    • Répondu par damacis le 17 mai à  10:10 :

      Qui parle de reprise ? Il s’agit là d’une variation sur la série, et je ne vois pas en quoi elle est maltraitée. Elle est personnelle, audacieuse, provocante peut-être... mais reste dans l’esprit, et c’est ce qui compte.
      D’ailleurs, s’il est une série qui a été "maltraitée "depuis 80 ans, c’est bien celle-ci... De Dineur à Sikorski en passant par Will et Denis, le fond et la forme n’ont cessé d’évoluer. Rosy, Tillieux, Desberg et Lapière ont contribué avec plus ou moins de réussite à une mutation qui a lorgné vers bien des genres : aventure, comédie, polar, fantastique, drame...
      Question style et forme, il n’y a pas de débat. L’encrage sale de Blutch, ses bulles mal tracées et son lettrage disgracieux ont des adeptes indécrottables, et je me félicite d’en faire partie.
      Et puis, Blutch et son frère ont eu la bonne idée de ressusciter la Comtesse Amélie d’Yeu, alias Kiki, et rien que pour ça, on se met à frémir.

      Répondre à ce message

      • Répondu par patydoc le 21 mai à  19:21 :

        En tout cas, il y a bien débat , cher Monsieur… J’ai compris pour ma part qu’il s’agit bien d’une reprise ? Si c’est un "à la manière de …" , on peut accepter en effet des variations plus libres… Cela dit, je maintiens mon point de vue sur les qualités supposées de ce dessinateur Blutch…. De toute manière le volume des ventes tranchera …

        Répondre à ce message

    • Répondu le 18 mai à  14:13 :

      Tout à fait en accord avec vous, Patydoc.
      "Génial" ? "Mozart" ? Que de superlatifs...
      Article partisan, tout en excès. Un "style" sans style ou l’on fait fi des bases de dessins, de la narration... Encencé par une presse prétentieuse, style CAHIER DE LA BD, comme quelques autres repreneurs auteurs " géniaux" de classiques... Pourquoi ne pas se donner la peine de créer sa propre série ? Manque d’imagination ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par kyle william le 18 mai à  23:11 :

        S’il y a une chose qu’on ne peut pas reprocher à Blutch, c’est de faire fi des bases du dessin. J’aurais plutôt tendance à trouver qu’il dessine trop bien, ca perturbe presque la lecture. Quant à la presse dite prétentieuse, on pourrait en effet attendre d’elle qu’elle change parfois de chouchous. D’ailleurs ca arrive, elle ne nous parle plus guère de Joann Star.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Harry Naybors le 21 mai à  15:08 :

          oui oui je suis très curieux qu’on m’explique en quoi Blutch "fait fi des bases du dessin" !!!

          Répondre à ce message

  • « Et là, surprise, CE N’EST PAS une parodie, mais un récit enlevé où souffle l’aventure, aux dialogues pétillants et intelligents, qui font redécouvrir le barbu et le glabre comme nous les avions toujours connus sous les plus espiègles de Rosy et de Tillieux avec la suprême élégance de Will. »

    Il ne manquerait pas un mot ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 17 mai à  13:41 :

      Même deux ;) Merci.

      Répondre à ce message

  • Dupuis ouvre ses Cahiers, et c’est génial
    20 mai 14:55, par Alexandre

    Bonjour,

    Désolé mais je n’ai pas vraiment compris cet article.

    Est-ce que ces cahiers sont disponibles au public ? Puis-je les acheter en librairies ? Est-ce une pré-publication pour Tif et Tondu en vente, comme Casterman peut le faire avec les albums de Tardi ? Est-ce un magazine dédié pour Aire libre ?
    Sont-ce des outils marketing de la maison d’édition à l’intention des journalistes ? Des dossiers de presse ?
    Bref, que sont ces cahiers ?

    Si ce n’est pas à l’intention du public, pouvez-vous nous en apprendre plus que ce que vous dîtes là ?
    Pour Tif et Tondu on y voit des planches, parfaites, en connaissez-vous un peu plus de l’histoire ? Est-ce une série parallèle (ou la future principale d’ailleurs) ou un one-shot ?
    Va-t-on découvrir des “Tif et Tondu vu par…” ?

    Et pour le Aire libre, que racontent les interviews que semblent contenir ce cahier ?
    Y a-t-il un fil conducteur ?
    Qu’y voit-on ?

    Je vous avoue avoir été alléché par le titre de l’article et puis finalement… ne rien y apprendre ni n’y comprendre. Dommage.

    Enfin, pourriez-vous prendre en photos ces cahiers, avec un élément qui nous donnerait une idée de la taille des objets, de leur fabrication, etc. Idem pour les intérieurs, le graphisme vaut-il le coup ou est-ce un graphisme “habituel” ?

    Merci à vous pour toutes les réponses que vous pourriez apporter.

    Alexandre.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 20 mai à  17:20 :

      Bonjour Alexandre,

      Vos questions sont légitimes, mais parfois il faut y apporter un peu du vôtre, interroger votre librairie, suivre les liens qu’on vous met au bas de l’article, par exemple.

      Est-ce que ces cahiers sont disponibles au public ? Puis-je les acheter en librairies ?

      Oui, un petit clic sur les librairies en ligne au bas de l’article vous aurait infirmé sur ce point.. Vous auriez pu commander en ligne même.

      Est-ce une pré-publication pour Tif et Tondu en vente, comme Casterman peut le faire avec les albums de Tardi ?

      Je vous avoue que Dupuis ne communique pas clairement. Le modèle est peut-être les Cahiers de la pléiade, ces bonus où se trouvent des documents sur les écrivains recueillis de première main par l’éditeur.

      Les deux fascicules portent un numéro 1, ce qui laisse supposer une suite... Si ça se vend, sans doute !

      Le Tif et Tondu est tiré à 2600 exemplaires et oui, une suite est annoncée comme dans une prépub...

      Est-ce un magazine dédié pour Aire libre ?

      Oui, semble-t-il. Les auteurs se racontent, racontent leur album, font des dessins exclusifs voire des pages entières inédites.

      Pour Tif et Tondu on y voit des planches, parfaites, en connaissez-vous un peu plus de l’histoire ? Est-ce une série parallèle (ou la future principale d’ailleurs) ou un one-shot ?
      Va-t-on découvrir des “Tif et Tondu vu par…” ?

      C’est clairement un ouvrage de cette dernière catégorie.

      Et pour le Aire libre, que racontent les interviews que semblent contenir ce cahier ?

      C’est un entretien croisé avec différents auteurs d’Aire Libre par Thierry Bellefroid

      Je vous avoue avoir été alléché par le titre de l’article et puis finalement… ne rien y apprendre ni n’y comprendre. Dommage.

      Bah, prenez de l’air, sortez de chez vous et allez feuilleter en librairie de temps en temps.

      Enfin, pourriez-vous prendre en photos ces cahiers, avec un élément qui nous donnerait une idée de la taille des objets, de leur fabrication, etc. Idem pour les intérieurs, le graphisme vaut-il le coup ou est-ce un graphisme “habituel” ?

      On pourrait. Pour la prochaine fois ? C’est du boulot pas payé, tout ça ;)

      Répondre à ce message