Écureuillette contre l’univers Marvel – Par Ryan North & Erica Henderson – Panini Comics

13 juin 2017 0 commentaire
  • Une jeune étudiante aux super-pouvoirs dérivés des écureuils met KO l'ensemble du casting Marvel : un album on ne peut plus atypique pour l'éditeur, mais aussi attachant.

L’imbattable Écureuillette est un personnage qui a eu du mal à s’imposer dans l’univers Marvel : ses pouvoirs dérivés des écureuils faisant plus l’objet de moqueries qu’autre chose, le personnage a été cantonné de sa création au début des années 1990 jusqu’à nos jours à une existence anecdotique au sein de son univers. Peut-être même que certains lecteurs se rappelleront avoir croisé le personnage comme nounou de la fille de Jessica Jones et de Luke Cage sous la plume de Brian M. Bendis... Pas de quoi soulever les foules.

Peut-être ce côté « héros de troisième zone » a joué ces dernières années en la faveur de l’Écureuillette : comme Deadpool avant elle (de nombreuses références en ce sens sont faites dans l’album), les auteurs peuvent se permettre de grands délires scénaristiques avec le personnage et l’emmener dans des situations improbables ; situations qui n’auront pas de véritables répercussions sur l’univers et qui seront connues uniquement de sa seule personne. Après tout, l’Écureuillette a à son tableau de chasse : Fatalis, Galactus et Thanos ! Elle est sur le papier le plus victorieux des personnages Marvel, mais personne ne le sait !

Cet album nous raconte les nouveaux exploits de l’Écureuillette, ou plutôt de son double « maléfique »... Invitée par Tony Stark dans son laboratoire, l’Écureuillette refuse à l’Avenger de l’aider dans ses expériences. En effet, Tony a dérobé au Maître de l’Évolution une machine dont il ne connaît pas l’utilité : il souhaitait que l’Écureuillette parle à des écureuils pour en faire des cobayes plus loquaces que d’ordinaire. À cause d’un affrontement avec des sbires du Maître de l’Évolution, venus récupérer la machine, l’Écureuillette se retrouve piégée dans l’engin... Et il en ressort deux Écureuillettes, notamment un double qui n’a pas la volonté de compromis de l’originale. Face à ce monde qui ne respecte pas les écureuils, ce double souhaite créer un monde sans humain...

Écureuillette contre l'univers Marvel – Par Ryan North & Erica Henderson – Panini Comics
Deux Écureuillettes pour le prix d’une ! Les sbires n’ont qu’à bien se tenir !
© Marvel

L’intrigue apparaît comme simpliste lue comme cela, mais son traitement vaut le détour. C’est armée d’un plan très futé sur son portable que le double de l’Écureuillette va se déchaîner sur l’univers Marvel... Au-delà du spectacle proposé, le scénariste Ryan North [1] parvient à créer une atmosphère attachante grâce à l’écriture de ses personnages, capables de fulgurances inattendues dans leurs réflexions et leurs comportements.

Ainsi, que ce soit sur le sujet du respect des animaux ou des thématiques très contemporaines à destination des jeunes adultes, l’Écureuillette et ses amis étudiants apparaissent davantage aux yeux des lecteurs comme des jeunes crédibles de leur époque que l’on apprécie suivre plutôt que des super-héros infaillibles que l’on a l’obligation d’apprécier. À l’image de ce que l’on peut lire par ailleurs chez l’éditeur Marvel avec la série Ms. Marvel de G. Willow Wilson, on retrouve avec l’Écureuillette des personnages attachants dans leur quotidien et leurs préoccupations actuelles, préoccupations qui font écho à ce que pourraient vivre de jeunes adultes de nos jours. En tout cas, l’écriture légère mais réfléchie du scénariste Ryan North nous a ici convaincu.

Autre particularité de cet album, c’est le dialogue direct qui s’opère en bas de page avec le lecteur : on retrouve à chaque fois une note qui exprime l’humeur de l’auteur, une anecdote sur les écureuils ou amène le lecteur à un délire référentiel inattendu. La démarche nous a semblée originale et bien menée, ce qui ajoute au plaisir de lecture.

Notons aussi la complicité qui s’installe avec l’objet que constitue l’album dans les mains du lecteur : l’auteur nous invite grâce à des jeux à dessiner l’Écureuillette sur les pages de l’album, ce qui deviendra le processus créant le double de l’héroïne, puis se permet de surprendre en concluant l’intrigue après les divers bonus (couvertures et autres) en fin d’album !

Si l’on ajoute à l’ensemble des planches efficaces de la dessinatrice Erica Henderson, Écureuillette contre l’univers Marvel nous apparaît comme une expérience attachante et définitivement à tenter. L’atmosphère que dégage l’album est radicalement différente de ce que l’on a l’habitude de lire de la part de la « Maison des idées » : nous pensons que tous les lecteurs peuvent s’y retrouver en découvrant cet album, comme ceux qui souhaitent aller vers de nouveaux horizons dans le genre super-héroïque des Comics. En tout cas, si l’Écureuillette nous revient dans le futur sous une telle forme cool et atypique, nous serons au rendez-vous.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Écureuillette contre l’univers Marvel. Par Ryan North (scénario) et Erica Henderson (dessins). Traduction de Nicole Duclos. Panini Comics, collection Marvel Graphic Novels. Sortie le 17 mai 2017. 120 pages. 18,00 euros.

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

[1Prix Eisner en 2013 de la publication pour enfants avec Adventure Time, dérivé du dessin-animé éponyme créé par Pendleton Ward et diffusé sur Cartoon Network.

  Un commentaire ?