Émile Bravo : "Je travaille sur une suite à Spirou - Le Journal d’un ingénu"

16 octobre 2013 4 commentaires
  • Alors que le dessin animé tiré de l'album "Ma Maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill" qu'il cosigne avec son complice Jean Regnaud (Gallimard Jeunesse) sort en salle le 23 octobre prochain, Émile Bravo nous parle de son prochain projet : la suite des aventures du groom.
Émile Bravo : "Je travaille sur une suite à Spirou - Le Journal d'un ingénu"
Le dessin animé sort en France le 23 octobre 2013

Le dessin animé "Ma Maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill" fera certainement un joli score en salle au moment des Fêtes de la Toussaint. Mais en ce moment, l’auteur travaille sur sa suite à ce qui avait fait sensation il y a cinq ans : son Spirou, Le Journal d’un ingénu. Il s’apprête à en faire non pas un album en suite, mais deux, à la pagination très différente : probablement 100 et 60 pages. Comment Émile Bravo voit-il Spirou ?

Que représente Spirou pour vous ?

Émile Bravo : Ce personnage a marqué mon enfance et le jour où l’on m’a proposé de réaliser une histoire de Spirou, je me suis dit que c’était l’occasion de proposer un récit plus centré sur ses origines et sa psychologie et de régler ainsi un des grands mystères qui a hanté mon enfance : comment est-ce qu’un groom d’hôtel devient un aventurier ?

"Le Journal d’un ingénu" avait marqué les esprits au point que certains vous voyaient déjà reprendre la série mère. À l’époque, vous étiez-vous préparé à cette éventualité ?

Non. Au départ, j’étais vraiment parti dans l’idée de faire un one-shot. Tout ce que je voulais, c’était proposer ma vision sur les origines du personnage. Puis, il est vrai que certaines personnes chez Dupuis m’ont proposé de poursuivre l’aventure, si je le souhaitais. Je leur ai répondu que si j’avais une bonne idée, je le ferais. Et depuis quelques temps, je planche sur une suite au Journal d’un ingénu. Dans le premier album, j’expliquais comment un enfant s’ouvre au monde. Là, je raconterai comment un enfant devient le héros pour les autres enfants, mais je suis encore en pleine élaboration. Ça ne sortira pas tout de suite.

Cette année, le personnage créé par Jean Dupuis fête ses 75 ans. Selon vous, Spirou est-il encore pour les enfants d’aujourd’hui ou s’adresse-t-il plus à des lecteurs nostalgiques ?

JPEG - 49.7 ko
Spirou - Le Journal d’un ingénu - Par Émile Bravo
Éditions Dupuis

Honnêtement, Spirou, aujourd’hui, s’adresse plus aux lecteurs nostalgiques qu’aux enfants. En tout cas, mon Spirou s’adressait plus aux adultes, car il était bourré de références graphiques et culturelles qui échappent aux jeunes lecteurs des années 2000. Ce qui m’importe avant tout, c’est le propos de l’histoire et à partir de là, il n’y a plus de règles. Il faut aussi dire que Spirou fait partie des personnages de fiction qui ont une longue histoire. Ils sont nés dans une certaine époque et de cette période, il y a beaucoup de choses à raconter. C’est cela aussi qui définit le personnage et qui fait qu’il a autant d’impact dans la culture populaire.

Avant, la psychologie des personnages de BD n’était pas aussi travaillée qu’aujourd’hui. C’est l’action et l’univers dans lequel ils évoluaient qui prédominaient. Pour créer de l’aventure, il suffisait de les envoyer dans des pays lointains ou dans un monde de science-fiction mais à notre époque, cela ne suffit plus. Les lecteurs sont beaucoup plus exigeants, même les plus jeunes ! Et ceux-ci veulent savoir ce qui se passe dans la tête de leurs héros. On a besoin de les sentir plus proches de nous. De nos émotions, de nos angoisses, de nos envies, etc. Bref, tout ce dont on ne se permettait pas avant dans la BD franco-belge.

C’est aussi une question de style car de manière générale, on retrouve ce côté un peu "vieillot" dans tous mes travaux mais ceux-ci s’adressent vraiment à tout le monde, y compris aux enfants. Les lecteurs doivent accepter mon style graphique pour vraiment apprécier mes histoires.

Revenons sur votre nouvelle histoire de Spirou, si vous le voulez bien. Pourriez-vous nous en dire plus sur le scénario ?

Cela se passera dans le même univers que celui du Journal d’un ingénu. C’est une suite directe. L’idée c’est de faire comprendre aux enfants ce qu’est un héros. Ceux que l’on voit dans les œuvres de fiction, cela n’existe pas. Ce sont les circonstances qui font que l’on devient un héros et surtout, ce sont les autres ! C’est dans le regard des autres que l’on est un héros, ou pas. J’essaie de démystifier tout cela. Cela ne sert à rien d’attendre le Messie dans des cas extrêmes comme dans les guerres, par exemple. Chacun de nous est confronté à ses propres responsabilités. Je pense que si nous étions un peu plus naïfs et enfantins, nous aurions un comportement beaucoup plus humain. Le problème c’est que nous évaluons toujours les risques. Ce n’est pas le cas de Spirou. C’est encore un enfant ou un jeune adolescent qui suit son cœur.

Je voulais aussi séparer l’héroïsme du cadre guerrier dans lequel on le place parfois. Ce que j’attends, moi, d’un héros, ce n’est pas qu’il prenne les armes, c’est qu’il se comporte de manière humaine parce que pour moi, c’est cela le plus important. Mon Spirou ne prend pas les armes, ne tue pas les Allemands, il sauve simplement des gens. Il est simple et accessible pour tout le monde. Selon moi, c’est pour cela qu’il est le héros des enfants depuis près d’un siècle.

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :