En 2017, le marché de la bande dessinée fait son plus gros score depuis 10 ans

24 janvier 2018 2 commentaires
  • À l’occasion du Festival d’Angoulême, l’institut d’études de marché GfK fait un bilan qui affiche une année record, à 43 millions exemplaires vendus en France et 500 millions d’euros de CA en augmentation sur quasi toutes les familles de BD. Astérix reste la potion magique de la bande dessinée française.

43 millions d’exemplaires vendus, soit 4 de mieux que l’année précédente (2017 : 39 millions, selon GfK) et un chiffre d’affaires qui passe le cap des 500 millions d’euros. Astérix pèse à lui seul 4% de ce segment qui s’avère plus dynamique que le marché du livre dans son ensemble (+9% contre 5%), le plus haut niveau depuis dix ans, alors que le chiffre se tassait ces deux dernières années.

C’est a BD jeunesse (en net recul l’année dernière) qui explique en partie cette embellie : +18% cette année, avec un bon soutien des mangas (+10%) et une bonne tenue de la BD contemporaine grâce aux biographies et aux adaptations littéraires en BD (+5%). Le comics US, en revanche, se tasse (-6%).

En 2017, le marché de la bande dessinée fait son plus gros score depuis 10 ans

Tous les circuits de vente sont en progression mais on constate que ce sont les libraires de niveau 2 (35% du marché, 4 000 à 12 000 points de vente selon les diffuseurs et maisons de presse de taille inférieure) qui opèrent la plus forte progression : +11% (librairies niveau 1, soit les 700 à 1 300 clients les plus importants - librairies et/ou grandes surfaces culturelles : +7%). On peut supposer que lorsque la BD jeunesse progresse, les circuits « grand public » s’ouvrent plus aisément et tout le monde en profite. L’impact « Astérix » a été particulièrement marquant dans les GSA (supermarchés) avec un delta de +12% qui s’explique par le choix limité de titres offerts au consommateur. Astérix reste la potion magique de la librairie française.

Alors que d’aucuns nous prédisaient la disparition des 48cc classiques, ce sont eux qui font le chiffre cette année avec le quatuor de tête : Astérix (1,6 millions), Titeuf (175.000 ex.), Tintin (oui, oui, les Soviets en couleurs : 169.000 ex.) et Le Chat (154.000 ex.).

Derrière d’autres séries : Largo Winch et son nouveau scénariste Eric Giacometti s’en sort bien (144.000 ex.) et les Légendaires (98.000 ex.). Suivent des outsiders plus trop surprenants : Les Vieux Fourneaux (153.000 ex., ils placent deux titres dans le Top 15), Les Culottées (117.000 ex.), Ki&Hi (106.000 ex. ; également 2 titres dans le Top 15) et une surprise : Marion Montaigne avec Dans la Combi de Thomas Pesquet (136.000 ex.). On remarquera la bonne tenue d’Astérix et la grosse glissade de Titeuf.

Dans le contexte d’Angoulême, GfK remarque l’impact positif du Fauve d’or qui augmente d’au moins 50% les ventes de son lauréat.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :