Epiphania Tome 1 - Par Ludovic Debeurme - Casterman

8 novembre 2017 0 commentaire
  • Ils viennent d'ailleurs et font figures d'hybrides entre humains et animaux. Comment nos sociétés vont-elles accepter ces enfants ? Premier tome d'un récit entre violence sociale et poésie humaniste.

En pleine thérapie de la dernière chance, Jeanne et David subissent une tempête qui laisse ce dernier veuf. Puis apparaissent des êtres vivants comme sortis de terre. Le phénomène devient mondial. David décide d’élever celui qui apparaît dans son jardin. Commence alors une croissance aussi surprenante qu’oppressante. Le petit Kojika, humain aux pattes de chien, doit faire face à la violence à l’école, aux groupes radicaux qui veulent éliminer ces "mix-bodies"... David décide alors de fuir avec Kojika, dans l’espoir d’une vie possible...

Toujours inspiré par les humanités blessées, Ludovic Debeurme pousse plus loin son inspiration avec Epiphania, série prévue en trois tomes. On pense à Charles Burns notamment pour le dessin et la fascination pour les mutations physiques, mais aussi, côté cinéma, au Village des Damnés, évoquant des enfants indésirables et dangereux.

Epiphania Tome 1 - Par Ludovic Debeurme - Casterman
© L. Debeurme/Casterman 2017

L’auteur place son personnage - qui a de nombreux points communs avec lui-même -dans une situation d’apprentissage réparatrice : il ne voulait pas d’enfant, il choisit de devenir un père adoptif dans un contexte presque désespéré. Et il semble enfin prêt à donner de l’amour.

Outre la grande réussite formelle de ce premier opus, dont les couleurs claires renvoient au monde du conte, Epiphania explore avec angoisse nos pulsions contradictoires. Situé dans un contexte américain, le récit sonne d’autant plus juste à l’heure du racisme sous-tendu par les discours de Trump.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

Du même auteur, lisez notre chronique :
- Lucille

  Un commentaire ?