Epiphania T2 - Par Ludovic Debeurme - Casterman

7 juin 2018 1 commentaire
  • Les mixbodies, mi-humains, mi-animaux, ont désormais déclaré la guerre aux humains. Koji, toujours tiraillé entre les deux camps, participe pourtant aux attentats. Mais son père n'a pas renoncé à lui... La série continue de séduire, après un succès critique imposant du premier tome.

Face au meneur des "épiphanians" comme ils préfèrent s’appeler, Koji réussit à sauver sa peau. Au prix de l’abandon de son père "humain" et d’une loyauté sans discussion avec ses congénères. Dès lors, l’escalade de la violence commence : luttes de pouvoir, attentats, recherche d’armes. Devenu très proche de "Hard Bee", une femme-oiseau plus sensible en apparence, Koji accepte les règles communes mais continue de se questionner : fait-il partie d’une armée qui veut éliminer le genre humain de la surface de la terre ?

Ce second opus place directement les personnages dans les premières phases d’une guerre. Pour se sauver, les épiphanians sont convaincus que les humains doivent disparaître. Leur organisation devient de plus en plus militaire, et la rencontre de Vespero, à la fois plus radical et plus malin, les pousse vers une violence sans fin.

Ludovic Debeurme clôt ce chapitre sur un nouveau suspense autour du père de Koji, une fois de plus décidé à jouer les médiateurs. Le récit lui, s’attache au groupe de "terroristes" et scrute avec précision les personnalités qui se côtoient. Le découpage, toujours aussi clair et élégant, fait osciller l’esthétique de l’album entre cartoon tous publics et âpreté fantastique. Une fois de plus, certains classiques viennent en tête, comme La Planète des singes, Sa Majesté des mouches ou la série Real Humans, avec ce même thème obsédant : les soit-disant anormaux nous rappellent sans cesse pourquoi nous sommes nos pires adversaires.

Epiphania T2 - Par Ludovic Debeurme - Casterman
© Casterman 2018

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Epiphania - Tome 1 - Par Ludovic Debeurme - Casterman - couleurs de Fanny Michaëlis & Ludovic Debeurme - 22,6 x 30,3 cm - 120 pages couleurs - couverture cartonnée - parution le 13 septembre 2017 - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Epiphania - Tome 2 - Par Ludovic Debeurme - Casterman - couleurs de Fanny Michaëlis & Ludovic Debeurme - 22,6 x 30,3 cm - 136 pages couleurs - couverture cartonnée - parution le 30 mai 2018 - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Lire également sur ActuaBD :
- Lucille de Ludovic Debeurme - Futuropolis
- « Lucille » de Ludovic Debeurme Prix Goscinny 2006
- Dessins, paroles et musique : la rencontre entre Nosfell et Debeurme
- Epiphania Tome 1 - Par Ludovic Debeurme - Casterman
- La troublante épiphanie de Ludovic Debeurme
- Des Années Folles à l’apocalypse : BD à Bastia interroge l’histoire
- L’épiphanie printanière de Ludovic Debeurme
- Ludovic Debeurme ("Epiphania") : "Même l’incompréhensible, le mystérieux, doit produire du sens."

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • insister sur le succès critique, c’est induire que le public n’est pas au rendez-vous. mais est-ce étonant ? Ludovic Debeurme est un auteur à l’univers très particulier et il n’a pas vraiment cherché à rendre son travail plus consensuel avec Epiphania. Pire, il lorgne plus que jamais vers Clowes et Burns dans cette trilogie, ce qui risaue encore d’éloigner les amateurs de politiquement correct.
    Le résultat est excellent, mais Casterman devrait quand même se douter qu’il ne suffit pas de prendre un auteur franchement alternaif et de le placer dans une format "classique" pour qu’il devienne subitement populaire. Surtout au vu du prix aberrant de cette série (22 EUR le tome). A ce prix-là, on aurait aimé un objet un peu plus travaillé (comme O les Schrauwen) et pas un objet "banal" dans sa conception.
    Le pire est que lepremier tome est effectivement très intrigant. C’est juste doage qu’il soit édité n’importe comment.

    Répondre à ce message