Erik De Graaf ("Jeux de mémoire") : "L’élégance est constitutive de la Ligne Claire"

8 janvier 2012 10 commentaires
  • Le Hollandais Erik De Graaf reste discret dans le monde francophone comme en Hollande. Il est un des tenants actuels d'un mouvement né dans les années 1980 et que l'on a cru un temps démonétisé: La Ligne Claire. Il montre pourtant bien comment cette esthétique se nourrit de nostalgie, un sentiment indémodable.
Erik De Graaf ("Jeux de mémoire") : "L'élégance est constitutive de la Ligne Claire"
Jeux de mémoire d’Erik De Graaf
Éditions de la Pastèque

Erik De Graaf est né le 1er juillet 1961 à Vlaardingen en Hollande, une cité qui jouxte le port de Rotterdam. Il réalise ses premières BD en 2003, ayant dès sa prime jeunesse été frappé par le mouvement de la Ligne Claire lancé par Joost Swarte. C’est le trait d’Yves Chaland qui retient son attention. Le Néracais devient son idole. Il publie son seul album francophone, Jeux de mémoires, au... Canada, sous le label des éditions de la Pastèque.

Jeux de mémoire raconte les souvenirs d’enfance de l’auteur chez ses grands-parents et sur la côté belge où sa famille est en villégiature. Il capte ces courts instants poétiques de son trait esthétisant, dégageant une nostalgie simple et bonhomme, tout en rondeur.

Erik De Graaf commence à faire son trou en France. Il a été invité aux dernières Rencontres Chaland de Nérac et au Festival International de Turnhout où nous l’avons rencontré.

Comment êtes-vous venu à la bande dessinée ?

Comme tous les enfants, je lisais Bob & Bobette, Lucky Luke, Astérix mais quand je suis arrivé aux Beaux-arts à Rotterdam dans les années 1980, un de mes camarades me fit découvrir la bande dessinée de Joost Swarte, d’Ever Meulen, d’Yves Chaland, de Serge Clerc, de Ted Benoît,… C’est un nouveau monde pour moi. À ce moment, j’ai commencé à collectionner les bandes dessinées de ces auteurs en particulier.

C’est une bande dessinée qui fait référence à une BD plus ancienne. Vous aviez ces références-là aussi ?

C’est drôle parce que c’est à travers ces auteurs que j’ai découvert Franquin, Hergé ou Jijé ! C’est peut-être différent chez bien d’autres gens mais pour moi, c’est cet ordre : Chaland, Clerc, Benoît, Torrès... Je collectionne Franquin et Tillieux ensuite.

À partir de quel moment vous mettez-vous à la bande dessinée ?

Depuis très longtemps, mais j’étais très occupé par mon travail de designer. À la sortie des Beaux-arts, j’étais entré dans une agence de publicité. Au bout de quatre ans, j’ai rejoint une agence de design spécialisée notamment dans le packaging. C’est encore mon métier aujourd’hui. Vers la fin de l’année 2000, j’ai fait un burn out. Je travaillais trop, avec beaucoup de responsabilités. Cela m’a mis sur le flanc pendant six mois. À ce moment, j’ai décidé que je devais me consacrer à quelque chose qui me faisait plaisir, qui compensait le stress de mon travail.

JPEG - 36.4 ko
Erik De Graaf aux Rencontres Chaland de Nérac en octobre 2011
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

La bande dessinée a donc été pour vous une thérapie ?

Cela a commencé comme cela, c’est vrai. Mais je faisais ces bandes dessinées pour moi, pour ma famille, pour quelques amis... Mais, un jour, je les ai montrées à un ami de la librairie Yendor qui a été naguère éditeur de BD à Rotterdam qui m’a proposé de me présenter à l’éditeur Oog & Blik, Hansje Joustra. Je n’étais pas très chaud car j’étais très incertain de mon travail. Mais il lui a téléphoné et deux semaines plus tard, je me trouvais chez cet éditeur qui a aussitôt proposé de me publier. Nous sommes en 2003, Verbleekte herinneringen (Mémoires aveugles) sort en Hollande, premier de trois ouvrages dont le livre publié aux éditions de la Pastèque constitue une compilation.

JPEG - 16.7 ko
{Scherven} (Éclats) à paraître à la Pastèque en septembre 2012

Comment arrivez-vous aux Éditions de la Pastèque au Québec, c’est votre éditeur hollandais qui fait le lien ?

Non, pas du tout. J’avais le contact avec Jean-Bernard Lauze, le webmaster du site francophone consacré à la ligne Claire Klarelijn International. Il a été le premier à m’interviewer en France, il y a deux ans. Il m’a encouragé à publier mon livre en français et m’a présenté l’éditeur de La Pastèque et quelques autres. L’éditeur québécois s’est révélé le plus enthousiaste. C’est bizarre de se faire publier en français par un éditeur canadien.

J’ai publié un nouvel ouvrage en Hollande, Scherven (Éclats), toujours chez Oog & Blik en coédition avec De Bezige Bij. Cet album devrait sortir dans sa version française à la Pastèque également en septembre 2012, de même qu’en Espagne.

C’est une histoire d’amour sur fond de Deuxième Guerre mondiale en Hollande, partiellement basée sur l’histoire de mon oncle. Une relation amoureuse entre un soldat et une jeune fille juive qui se perdent de vue au début de la guerre et qui se retrouvent après celle-ci, en 1945, devant une tombe. Ils se racontent leur histoire respective. C’est très dramatique.

Votre dessin est très simple, schématique, très design somme toute... Vous vous revendiquez du "style atome" et de la "Ligne Claire". Quelle est votre définition de ce mouvement ?

Les images en sont claires et lisibles, élégantes et aisées à comprendre. L’élégance est fondamentale dans ce style, chez Chaland comme chez Serge Clerc. Je suis designer et de ce fait sensible à la qualité graphique. Dans mon premier ouvrage, je suis peut-être même trop graphique, j’utilise probablement trop de plans rapprochés. Mais dans mon prochain album, je crois que j’ai trouvé le juste équilibre.

JPEG - 90.8 ko
"Scherven" (Éclats) à paraitre en 2012

Quelle technique utilisez-vous ?

Crayon et plume sur papier. La couleur est faite à l’ordinateur. J’utilise un filtre pour donner un aspect "vintage" à l’ensemble. Même le trait est retraité, il y a comme un grain. Dans cette histoire, j’utilise différentes palettes de couleurs. L’après-guerre est en couleurs, avec une dominante grise et morne, la guerre est sépia, l’avant-guerre est en noir & blanc.

Quel accueil avez-vous eu en France ?

Plutôt bon. J’ai été invité aux Rencontres Chaland en octobre dernier à l’initiative d’Isabelle Chaland-Beaumenay, sans doute par l’intermédiaire de KlareLijn International ou du Club des Amis de Freddy. Je me suis retrouvé entre François Avril et Serge Clerc, je n’en reviens toujours pas.

La Ligne Claire a-t-elle encore une pertinence aujourd’hui ?

Oui, je pense. Car lorsqu’on voit des dessinateurs américains comme Chris Ware, Seth ou Daniel Clowes s’en inspirer, cela n’est pas anodin.

Comment se fait-il que la Hollande soit à ce point une terre d’élection de la Ligne Claire puisqu’on y trouve aussi bien Joost Swarte, que Theo Van Den Boogaard ou Peter Van Dongen qui sont tous des graphistes éblouissants ?

Hergé a profondément marqué la culture en Hollande, je crois. C’est un style inaltérable, extrêmement moderne, mais qui suscite la nostalgie. Quand on voit le travail de Seth, on en est convaincus.

Propos recueillis par Didier Pasamonik

JPEG - 75.1 ko
"Scherven" (Éclats) à paraitre en 2012

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Commander "Jeux de mémoire" sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • mais Erik de Graaf a un badge des ADF

    Répondre à ce message

    • Répondu par Tom le 4 octobre 2012 à  04:41 :

      C’est quoi ADF ?

      Répondre à ce message

      • Répondu le 4 octobre 2012 à  09:20 :

        le club des amis de freddy

        Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois le 4 octobre 2012 à  09:33 :

        Amis de François ? et non, plutôt Amis de Freddy, en hommage au regrétté chaland qui passait

        Répondre à ce message

  • Ce mouvement dit de la "ligne claire" ne cesse de m’agacer : il y a un monde entre le dessin au trait semi-réaliste appliqué d’un Hergé et le dessin délié, exacerbé et simplifié à l’extrême d’un Chaland (ou d’un De Graaf).

    A part peut-être pour certains décors (Seth), les façons de dessiner l’anatomie de l’un et de l’autre exigent des capacités et des gestes très différents. Les outils de travail eux-mêmes sont différents (feutre ou plume dure d’un côté, plume souple ou pinceau de l’autre).

    Enfin, les objectifs artistiques sont différents : les uns privilégient une simplicité efficace, nette et complète mais rapide... là où les autres prônent une "élégance artistique" toute en rondeurs, faite de simplicité minimaliste.

    Autocad d’un côté, Illustrator de l’autre.

    Bref, rien à voir !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fred le 4 octobre 2012 à  14:53 :

      La "ligne claire" de Hergé, Jacobs, Jacques Martin etc était l’œuvre de puissants dessinateurs, ne camouflant rien. Ceux qui se réclament de la "ligne claire" aujourd’hui sont surtout de malhabiles graphistes qui ont trouvé un filon permettant sous une apparente simplification de ne pas se fouler, croyant qu’on ne verra pas l’inanité de leur travail. Surtout que la "ligne claire" des fondateurs concernant autant, si ce n’est plus, le récit que le dessin.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 4 octobre 2012 à  17:32 :

        La ligne que vous tracez entre ligne claire des fondateurs et ligne claire contemporaine est une "ligne simpliste".

        Répondre à ce message

      • Répondu le 4 octobre 2012 à  23:14 :

        Surtout que la "ligne claire" des fondateurs concernant autant, si ce n’est plus, le récit

        Marrant comme cette petite phrase d’Hergé réapparait avec constance quand on veut clore efficacement la discussion sur la mouvance moderne de la Ligne Claire.

        Répondre à ce message

    • Répondu par Geert le 10 octobre 2012 à  21:09 :

      Que c’est bien mal connaître tous ces auteurs ... Chaland un trait délie, exacerbé et simplifié à l’extrême ??? J’ai des doutes sur le fait que vous ayez un jour ouvert un seul des albums du Maître ou même encore de Erik de Graaf ...

      Répondre à ce message

  • "Comment se fait-il que la Hollande soit à ce point une terre d’élection de la Ligne Claire puisqu’on y trouve aussi bien Joost Swarte, que Theo Van Den Boogaard ou Peter Van Dongen qui sont tous des graphistes éblouissants ?
    Hergé a profondément marqué la culture en Hollande, je crois.

    Hergé a certainement marqué les cultures flamande et hollandaise avec ce qu’elles contenaient déjà. Par exemple peinture flamande du XVI et XVIIème siècle.
    L’élégance est constitutive des cultures de ces régions. Le style Atome en est une des formes d’expression.
    Il me semble mais je peux me tromper.
    f*

    Répondre à ce message