Fate/Apocrypha T2 & T3 - Par Akira Ishida & Yuichiro Higashide - Ototo

10 mai 2018 0 commentaire
  • Désormais officiellement lancée, la Guerre du Saint Graal de Roumanie nous offre ses premiers « accrochages » et mises en situation de ses combattants. Un début nerveux avec déjà quelques bonnes surprises.
Fate/Apocrypha T2 & T3 - Par Akira Ishida & Yuichiro Higashide - Ototo

Deux factions, Noire et Rouge, s’affrontent, chacune possédant sept Servants, auxquels s’ajoute un quinzième neutre, officiant comme arbitre et juge. Dans un premier temps nous découvrons en détails la faction des Noirs, à la caractérisation très « otaku » puisque nous y trouvons une créature de Frankenstein Moe, un Paladin de Charlemagne Trap et un Jack l’éventreur Lolita ! [1]

Du côté de l’action nous assistons à une jolie démonstration du Saber des Rouges, à une première passe d’armes entre le Lancer des Rouges et le Saber des Noirs, ainsi qu’à un improbable assaut du Berserker des Rouges contre les Noirs, permettant de dévoiler également d’autres combattants Noirs.

Duel au sommet entre le Saber des Noirs et le Lancer des Rouges !
© Akira ISHIDA 2016 © Yuichiro HIGASHIDE / TYPE-MOON KADOKAWA CORPORATION

Nous avons droit à de très belles prestations, des personnages tout aussi convaincants, et parfois tragiques, dans un graphisme nerveux au découpage parfaitement ciselé. En ce sens cette entrée en matière place déjà la barre haut et donne furieusement envie d’assister à la prochaine escalade de cette guerre !

Au niveau de l’intrigue l’évènement important se trouve être un développement inattendu chez la faction Noire : celle de l’évasion d’un homoncule, un être artificiel créé par l’alchimie, recueilli et caché par Astolfo et Chiron. En effet leur faction produit et utilise des homoncules comme soldats et sources de magie pour leur laboratoire.

Ce nouveau personnage vient donc perturber l’équation bien équilibrée entre les deux camps, et les relations Masters et Servants régissant l’organisation de la Guerre du Saint Graal. Va-t-il prendre la tête d’une révolte des homoncules ?

Astolfo et l’homoncule qu’il a recueilli en cachette
© Akira ISHIDA 2016 © Yuichiro HIGASHIDE / TYPE-MOON KADOKAWA CORPORATION

Enfin notons la présence entre chaque chapitre d’une présentation des figures héroïques mises en scène dans le récit. Un complétement relativement bien fait, donnant des informations claires et précises, particulièrement utiles pour cerner certains « héros » relevant d’une certaine érudition.

En résumé une excellente entrée en matière pour une série qui semble riche et solide, qui ravira les amateurs de la franchise Fate/ désirant un récit un peu différent de la recette habituelle.

Le Berserker des Rouges... Spartacus !
© Akira ISHIDA 2016 © Yuichiro HIGASHIDE / TYPE-MOON KADOKAWA CORPORATION

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Fate/Apocrypha T2 & T3. Par Akira Ishida (dessin) & Yuichiro Higashide (histoire originale). Traduction Nicolas Pujol. Ototo, collection "Seinen". Sortie le 8 décembre 2017 & le 20 avril 2018. 160 pages. 7,99 euros.

Commander le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 3 chez Amazon ou à la FNAC

Fate/Apocrypha sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1

Fate/Zero sur ActuaBD :
- Lire la présentation de la saga Fate/ et du tome 1
- Lire la chronique du tome 2
- Lire la chronique du tome 3
- Lire la chronique du tome 4
- Lire la chronique du tome 5
- Lire la chronique du tome 6
- Lire la chronique du tome 7
- Lire la chronique des tome 8 & 9
- Lire la chronique des tome 10 & 11
- Lire la chronique du tome 12

[1Dans l’ordre :
- Moe : personnage à l’apparence et au comportement mignon et innocent, passant par des tics codifiés et clichés. Le plus souvent il s’agit d’un personnage féminin comme ici,
- Trap : personnage ayant l’apparence et le comportement stéréotype d’une femme lorsqu’il s’agit d’un homme ou inversement. Ici le Paladin en question, de sexe masculin, ressemble à une frêle et mignonne jeune fille,
- Lolita : une très jeune fille plus ou moins sexualisée. Ici le motif sert davantage à créer un décalage entre la légende et le fait que Jack l’éventreur se révèle être une gamine faussement innocente.

  Un commentaire ?