Financement participatif sur Kickstarter pour le dessin animé "Lastman"

23 juillet 2016 2 commentaires
  • Alors que le tome 9 de "Lastman", la décoiffante série de Balak, Sanlaville & Vivès, est toujours attendu dans les bacs pour le 14 septembre prochain, leur projet de dessin animé a besoin d'aide. Le projet de série de 26 épisodes vient en effet de perdre en cours de route l'un de ses gros investisseurs... Mais l'équipe ne baisse pas les bras pour autant et a décidé de lever des fonds via le financement participatif et la plateforme Kickstarter !

On ne vous présente plus LastMan, la série qui multiplie les coups de théâtre et le mélange des genres de bande dessinée ! Leur saga vous a été racontée par le menu dans un récent article dans nos pages qui reprenait pas à pas l’avancement des albums, du dessin animé, du jeu vidéo et des différents éléments qui constituent cette formidable aventure française de transmedia.

Le tome 9 de Lastman est attendu en librairie dans quelques semaines tandis que le premier tome de la série sera publié le mois prochain au Japon et que sa venrsion en jeu vidéo, Lastfight, vient de sortir sur PC, prochainement suivie par sa version sur PS4 et Xbox One.

« Tout va donc bien dans le monde de Lastman ? », pensez-vous ? Non, pas vraiment… La plus grande partie de ce projet Transmedia vit pour l’instant des moments difficiles : la production des 26 épisodes de dessin animé vient de perdre l’un de ses gros investisseurs, ce qui déséquilibre l’ensemble du projet.

Financement participatif sur Kickstarter pour le dessin animé "Lastman"
Le neuvième tome de "Lastman" sort le 14 septembre

Dans les cordes

En effet, la grande nouvelle de 2015 était la mise en production d’une série de dessins animés inspirés par Lastman. Bastien Vivès et surtout Balak s’y sont pleinement impliqués, veillant à s’assurer que le ton et l’univers de la série soient bien respectés dans cette adaptation « sans concession », comme ils l’avaient expliqué lors de notre dernière rencontre.

Le thème de cette série d’animés porte sur la jeunesse de Richard, dix ans avant qu’il n’arrive dans la Vallée des Rois : « Dans la capitale de Paxtown, une ville ivre d’hypermédiatisation, déchirée par les inégalités et rongée par la mafia, les embrouilles sont comme une loi de la nature, aussi inévitables que la gravité. C’est le territoire de Richard Aldana, un débrouillard sans attache ni ambition mais avec une bonne droite. »

Le premier épisode avait déjà été montré en avant-première lors du précédent FIBD d’Angoulême, à l’occasion de l’exposition consacrée à la série. Pour s’en faire une idée, voici deux extraits, respectivement issus des deux premiers épisodes de la série animée :

Appel à l’aide

Tout était si bien lancé, dès lors, qu’est-ce qui a capoté ? Les auteurs s’en expliquent :

« "Impossible" ? C’est la réponse qui nous a systématiquement été opposée à chaque étape de fabrication de la série. Parce qu’on ne fait pas de série d’animation adulte en France ; parce qu’on ne nous financerait jamais ; parce que c’est trop ambitieux. On a quand même tenté notre chance. Et en fait c’était possible. Il suffisait de bosser jusqu’à l’épuisement. Avec pour carburant du café, beaucoup de café, et l’euphorie de voir petit à petit, l’impossible se matérialiser. »

« Les vingt-six scénarios. Tous les designs. Tous les backgrounds. Tous les animatiques. Toutes les musiques. Toutes les voix. Tout ça c’est fini. Et tout au bout de la chaîne de fabrication, déjà une dizaine d’épisodes complètement finalisés et aussi dingues qu’on les avait imaginés. »

« En cours de route, un investisseur de premier plan, s’enthousiasme pour le projet. Il promet une grosse somme d’argent que nous investissons immédiatement dans notre dessin animé ! C’était sans compter les méandres kafkaïens de la politique audiovisuelle en France. Le deal est cassé. Et nous voici, à 75% du boulot avec des échéances de trésorerie qui nous interdisent de tenir le niveau de qualité que nous nous sommes jusqu’à présent fixés… ou pas. Et c’est vous qui pouvez changer ça... »

Vivès, Sanlaville et Balak (de g à d) devront-ils se mettrent à nu pour atteindre le financement espéré ?
Photo : Charles-Louis Detournay

Afin de pouvoir continuer à réaliser les épisodes restants, sans saper la qualité initiale, tout en respectant les délais (la diffusion est prévue pour fin 2016), les auteurs ont initié une campagne de crowdfunding sur Kickstarter. Leur but : ramasser un maximum d’argent afin de terminer la série des vingt-six épisodes.

« L’argent récolté par la campagne servira à finir l’animation des 12 derniers épisodes, expliquent-ils. Il manque 25 000 € par épisode. Idéalement, il nous faudrait donc 325 000€ (comprenant aussi le sous-titrage anglais, et la fabrication des rewards). Mais si nous n’atteignons pas ce montant, nous répartirons au mieux la somme perçue sur les différents épisodes. »

Balak et Jérémie Perrin, le réalisateur de la série de dessins animés, nous expliquent les raisons et les détails de l’opération :

Un succès au lancement, mais tout n’est pas gagné pour autant…

Lancé le 20 juillet, la campagne a démarré en flèche ! « 40.000 € en moins de 24h !, soulignent les auteurs. C’est ouf. Merci, on ne lâche rien ! ». Et ils continuent de placer des éléments sur leur facebook pour démontrer l’ampleur de la tâche initiée.

À cette heure, un premier palier des 75.000 € est presque atteint. Reste à savoir si l’engouement des petits investisseurs va perdurer dans cette période estivale... Sera-t-il possible de concrétiser totalement le dessin animé comme l’avaient rêvé Balak, Sanlaville, Vivès et Jérémie Perrin ?

Réponse au plus tard le 24 août, peut-être grâce à vous !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Visiter la campagne de crowfunding pour « Lastman, la série TV animée »

Réservez déjà votre tome de Lastman qui sort le 14 septembre :
- le tome 9 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 9 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC

Visiter la page Facebook de Lastman

Lire notre récente interview des auteurs : « Nous vivons un moment unique en France : un alignement des planètes qui permet d’exploser toutes les envies créatrices », ainsi que notre récent article À Angoulême 2016 et en librairie, le nouveau cycle de Lastman décoiffe !

À propos de Lastman, lire également :
- notre article introductif de la série
- les chroniques des tomes 2 et 4
- un article récapitulatif des 4 premiers tomes : Lastman : déjà plus de 800 pages d’aventure !
- les chroniques des tomes 5 et 6
- Les auteurs de Lastman crèvent tous les écrans
- Last Man s’anime !
- Albums, jeu, traduction US et dessin animé : Lastman revient en force !
- À Angoulême 2016 et en librairie, le nouveau cycle de Lastman décoiffe !

De Lastman, commander
- le tome 1 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 1 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le coffret regroupant les tomes 1 et 2 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 5 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 5 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le magazine Sexy Sirène chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 6 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 6 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 7 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 7 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 8 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 8 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 9 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 9 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC

Bastien Vivès sur ActuaBD, ce sont des albums de bande dessinée :
- L’Amour
- La Guerre
- La Grande Odalisque (avec Ruppert et Mulot)
- La Famille
- Les Melons de la colère
- Pour l’empire
( avec Merwan Chabane & Sandra Desmazières)
- Amitié étroite
- Dans mes yeux
- La boucherie
- Polina
- Le goût du chlore
- Elles
dans un article consacré à la création du label KSTR

Et des interviews :
- « Je préfère les histoires que je raconte à la vraie vie » (mars 2012)
- "Grâce à la caméra subjective, j’ai pu me concentrer exclusivement sur la fille que je voulais dessiner" (mars 2009)
- « Je voulais expliquer comment on tombe amoureux » (août 2008)

Lire également l’interview de Didier Borg, éditeur de Lastman : "Il faut d’abord être juste dans l’histoire que l’on porte et dans la manière dont on la transporte en numérique ou sur papier."

 
Participez à la discussion
2 Messages :