Garfield, Picsou, Astérix ou Spirou sur la route des vacances

27 juillet 2016 1 commentaire
  • À l’heure des tablettes et autres divertissements technologiques, les albums-jeux ont-ils disparus des étals des libraires ? Non, quelques bastions résistent, et parmi eux, deux grandes figures populaires de la bande dessinée que l'on trouve rarement dans ce genre d'exercice : Garfield et Astérix.

Garfield, Picsou, Astérix ou Spirou sur la route des vacancesL’été, on cherche souvent à occuper et divertir les enfants à certains moments critiques : dans les bouchons de circulation sur la route des vacances, sur la plage... et surtout pendant la sieste ! Avec l’arrivée des consoles et autres tablettes, les bandes dessinées ont souvent cédé le pas à l’amusement technologique. Mais ces écrans fragiles supportent mal le sel, le chlore, l’eau et tous les autres éléments qui sont indiscutablement associés aux vacances. Certains éditeurs proposent donc de gros livres brochés à des prix démocratiques qui mêlent habilement courts et longs récits de bande dessinée avec des jeux illustrés par les mêmes personnages fétiches.

Garfield à la chasse aux super-héros

Bien entendu, certains magazines proposent toujours des numéros étoffés pendant la période estivale, dans lesquels on peut retrouver les figures mythiques du journal et de nouveaux invités. Parmi ceux-ci, citons certainement les plus connus que sont Picsou Magazine et Le Journal de Spirou, qui proposent respectivement 132 et 100 pages d’amusement en tous genres. Le magazine de Marcinelle profite d’ailleurs d’une splendide double couverture de Frank Pé, annonciatrice de sa future Aventure de Spirou vue par….

Mais la nouveauté vient cette année des éditions Dargaud qui publient un premier recueil centré sur le chat le plus célèbre de leur catalogue : Garfield. Outre les archis-fans du chat orange créé par Jim Davis, cet album-jeux est surtout dédié aux enfants. La recette est simple : une moitié de récits issus de la nouvelle collection Garfield Comics, une seconde issue de Garfield & Co, le tout parsemé de jeux et d’enquêtes animés par le célèbre félin.

L’accent du recueil est notamment porté sur les parodies de super-héros. Que Garfield les pourchasse, qu’il mène un team de Super Animals ou qu’il vende le premier numéro d’un comics à succès, les parents amateurs de bande dessinée pourront également trouver le plaisir de lire les bandes dessinées de Garfield & Co. En revanche, il n’est pas certain que l’intérêt perdure avec les récits qui présentent des images tirées des dessins animés en trois dimensions… un graphisme qui, paradoxalement, attirera plutôt le regard des plus jeunes en quête de références.

Pur album de délassement que l’on peut laisser traîner près de la piscine ou sur la table de la cuisine, Gros Garfield présente donc suffisamment d’attraits pour distraire petits et grands. Quant aux fans des différentes séries qui connaissent déjà par cœur les aventures du dévoreur de lasagnes, qu’ils sachent que la moitié des récits de Gros Garfield est inédite.

Astérix le sportif

En revanche, pas d’inédits dans l’Astérix Max !, un recueil consacré aux sports, Jeux Olympiques obligent ! Hachette a sélectionné des pages des différentes aventures d’Astérix & Obélix qui évoquent de près ou de loin les différentes disciplines olympiques. Qu’il s’agisse de cinq planches issues d’Astérix chez les Bretons, de planches uniques, de strips (voire de simples cases) piochés dans l’univers des Gaulois, cette présentation avantageuse permet de redécouvrir avec beaucoup de plaisir certains moments choisis. On appréciera surtout les trois planches tirées d’Astérix aux Jeux Olympiques et judicieusement intitulées « Allez les bleus ! »

Plusieurs courts récits seront certainement moins connus des lecteurs d’Astérix, car ils n’ont été que tardivement regroupés dans la nouvelle version d’Astérix et la rentrée Gauloise : La Mascotte issue du Super Pocket Pilote no 1 et déjà présent dans l’édition de 1993 de cet album, mais surtout Lutèce Olympique qu’Albert Uderzo avait réalisé pour la candidature de Paris 1992 et qui s’est ajouté à la nouvelle mouture de 2003.

Astérix Max ! propose également différents reportages liés aux Jeux Olympiques de Rio : la présentation de certains athlètes français de renom, une présentation du Brésil, les coulisses des JO, etc. Ces parties plus didactiques se fondent parfaitement dans l’ensemble d’extraits, de courts et de long récits repris dans le recueil. De quoi s’instruire (un petit peu) tout en s’amusant, car Astérix Max reprend (comme il se doit) 30 pages de jeux avec les solutions en fin d’album. On s’attarde avec plaisir sur les grandes cases réparties en doubles pages et qui permettent de « plonger » dans l’univers de la série.

Enfin, les lecteurs plus passionnés seront heureux de retrouver un petit reportage expliquant les débuts d’Astérix & Obélix : la première planche de la série, quelques explications, une photo d’époque, ainsi qu’une planche mettant en scène Goscinny & Uderzo eux-mêmes, se représentant en trait d’imaginer les deux Gaulois.

Les deux auteurs sont d’ailleurs largement mis en valeur dans ce recueil, qui ne se contente pas de traiter la création gauloise de deux piliers du neuvième art. Astérix Max propose également de longs récits tirés des autres séries communes aux deux auteurs : 30 pages d’Oumpah-Pah, les aventures de Luc Junior et son ami Laplaque en Amérique, ainsi que l’épisode de Jehan Pistolet confronté au savant fou.

L’éditeur ne se prive bien entendu pas de rappeler que ces récits ont été compilés récemment en intégrales, mais cette publication permet aux parents et aux enfants de découvrir des pans plus méconnus de la collaboration de Goscinny et d’Uderzo, ce qui permet finalement d’apporter du frais, même si ce n’est pas du neuf… (Qui a parlé de poisson ?)

Astérix en mode « JO »

Les amateurs d’albums cartonnés pourront retrouver la majeure partie de cette présentation du Meilleur d’Astérix et Obélix dans un album offert à l’achat de deux albums de la série : Vive le sport ! Pas de reportages ou de jeux tirés d’Astérix Max !, mais bien le court récit de Lutèce Olympique (mais pas La Mascotte) ainsi que la majorité des présentations des sports vus par les Gaulois. L’éditeur ajoute également l’une ou l’autre page tirée d’autres albums, comme les sports d’hiver, une représentation qui aurait sembler incongrue dans le recueil de l’été, ainsi qu’une définition très gauloise des sports extrêmes.

A l’approche des JO, l’occasion était trop belle pour rééditer Astérix aux Jeux Olympiques. Deux éditions viennent de sortir, une édition spéciale à 9,95 € qui reprend un dossier inédit de présentation de cette aventures (16 pages), ainsi qu’une seconde de luxe de 128 pages au prix de 39 € !

Cette édition en grand format reprend bien entendu l’aventure d’Astérix aux Jeux Olympiques dans sa version couleur, ainsi que les reproductions des planches originales qui permettent d’apprécier comme il se doit le magnifique trait d’Uderzo. Quant au dossier central de 28 pages, il réjouira les amateurs de la série, car il compile des explications, des croquis d’Uderzo, des notes et des tapuscrits de Goscinny, etc. On y retrouve également les planches originales du récit de La Mascotte tel qu’il fut publié dans le Super Pocket Pilote et avant qu’il ne soit remonté pour s’intégrer à l’album Astérix et la Rentrée Gauloise.

Que cela soit donc avec Garfield, Picsou, Astérix ou Spirou, les vacances sont synonymes de jeux et de (re)-découvertes. Quant aux amateurs de reportages plus adultes, nous reviendrons dans quelques jours sur le numéro de la Revue Dessinée, qui sous les atours d’un bel album broché, propose effectivement une toute autre vision de la bande dessinée.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

En librairie :
- Spirou Spécial Vacances n°4082-4083, 100 pages : 2,90 €
- Picsou Magazine : Vive les Vacances, 132 pages : 3,90 €
- Gros Garfield, 192 pages : 6,99 €
- Astérix Max, spécial sport : 192 pages : 4,90 €

Commander :
- Gros Garfield chez Amazon ou à la FNAC (le visuel de couverture de la Fnac est erroné, mais c’est bien le bon album)
- l’édition spéciale d’Astérix aux Jeux Olympiques (avec le dossier de 16 pages) Gros Garfield chez Amazon ou à la FNAC
- l’édition de luxe d’Astérix aux Jeux Olympiques (avec le dossier de 28 pages et les planches originales) chez Amazon ou à la FNAC

Lire les premières pages de l’album d’Astérix Vive le Sport !

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • "Mais ces écrans fragiles supportent mal le sel, le chlore, l’eau et tous les autres éléments qui sont indiscutablement associés aux vacances."

    Si les écrans sont fragiles, le cristallin des yeux des enfants de moins de 14 qui ne filtre pas bien la lumière bleue des écrans l’est aussi. Vous bousillerez moins leur vue en leur proposant de lire des bandes dessinées plutôt qu’en les plantant devant des écrans.

    Répondre à ce message