Ghost Rider T.1 - Par Felipe Smith et Tradd Moore (Trad. Makma / Ben KG) - Panini Comics

15 juin 2015 0 commentaire
  • Il nous a habitué à des histoires sombres et violentes, le Ghost Rider est de retour dans un tout autre registre qui répond à la nouvelle politique éditoriale de Marvel qui cherche à perpétuellement renouveler et rafraîchir son offre. Le résultat est pour le moins surprenant !

Marvel poursuit son idée de mettre en images plus de diversité et de créations originales en s’appuyant sous la bannière du Marvel Now !, à l’instar de la nouvelle Miss Marvel adolescente et musulmane de G. Willow Wilson et Adrian Alphona saluée par la critique ou bien du dernier super-héros cosmique en date, le Nova de Jeph Loeb et Ed McGuiness, personnage surtout adressé aux plus jeunes et destiné aux projets de dessins animés de l’éditeur.

Dans la même veine, l’esprit de la vengeance originellement incarné par le cascadeur casse-cou Johnny Blaze subit un changement radical. Nous avions constaté une précédente tentative en 2011 de réactualiser le personnage lorsque Rob Williams lança une nouvelle série en introduisant une version féminine de l’anti-héros, un essai qui se solda par un cuisant échec, le sixième volume de Ghost Rider se retrouvant annulé après seulement neuf numéros.

Ghost Rider T.1 - Par Felipe Smith et Tradd Moore (Trad. Makma / Ben KG) - Panini Comics
© Marvel

Robbie Reyes est désormais le nouveau motard infernal à la coiffe enflammée, beaucoup plus jeune et issu d’une minorité ethnique. Marvel tente une nouvelle fois de rafraîchir l’image du personnage en apportant une écriture plus légère et moins sombre ainsi qu’une partie graphique faisant la part belle à de l’action spectaculaire.

Felipe Smith nous propose ainsi de suivre les mésaventures d’une jeune garçon taciturne qui se retrouve du jour au lendemain frappé par la malédiction qui fait de lui le nouvel esprit vengeur, un tout nouveau Ghost Rider étrangement différent par rapport à celui que nous avons pu connaître, et aux intentions qui semblent plus violentes et égoïstes.

En parallèle à ces déboires surnaturels, le scénariste met en place un cadre urbain aux thématiques réalistes qui touchent les quartiers difficiles et la jeunesse des grandes villes américaines. Délinquance, drogues, histoires de gangs et autres problèmes sociaux,.. Robbie se fraie tant bien que mal un chemin à travers un univers hostile.

Pour l’aider dans sa tâche, l’auteur dresse tout autour de lui des éléments chargés d’espoir qui ont à charge le devoir d’alléger son récit et de ne pas sombrer dans une ambiance trop négative. Des personnages tels qu’un professeur bienveillant ou un petit frère paraplégique qui déborde de bonne humeur jouent ainsi le rôle de rayons de lumière qui égayent le tout et entrent en accord avec les intentions de Marvel qui cherche avec ce type de série à s’adresser à un public élargi pouvant toucher les jeunes et les moins jeunes.

© Marvel

Le scénario, les dialogues et le ton de ce premier volume sont plaisants. Mais là n’est pas le point fort de l’ouvrage, loin de là. Au dessin, Tradd Moore assure un show de chaque instant ! Spectacle garanti ! Le Ghost Rider troque sa moto contre une voiture et s’adonne à des courses-poursuites endiablées et extrêmement dynamiques. Une impression de vitesse incroyable et un sens du mouvement qui force le respect règnent sur chaque planche où hurlent les mécaniques. Un régal pour les yeux !

Il est hélas regrettable d’apprendre le départ de Tradd Moore pour ce qui constituera le second album de la série à paraître en août, remplacé au pied levé par un artiste au trait également énergique mais en comparaison bien moins dynamique que celui de Moore : Damion Scott.

Sans peine, le All-New Ghost Rider divertit et s’aventure vers une direction que l’on ne connaissait pas au personnage et qui ne nous semble pas lui convenir. Pourtant, la recette fonctionne et parvient à convaincre, confortant la Maison des Idées dans son optique d’élargir un catalogue aux offres de plus en plus originales et décalées.

© Marvel

(par Marco ZANINI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?