"Green Mechanic" : la première série issue du Tremplin Manga Ki-oon

21 août 2017 0 commentaire
  • Lauréate du premier Tremplin manga Ki-oon en mars 2015, Yami Shin voit donc son premier manga, "Green Mechanic", paraître deux ans plus tard. Dans un monde futuriste désolé où cohabitent humains, machines et mutants, une jeune femme dotée d’un étonnant pouvoir d’empathie tisse une relation ambivalente avec un robot censé l’épauler. Des débuts plutôt prometteurs notamment marqués par un graphisme particulièrement réussi.
"Green Mechanic" : la première série issue du Tremplin Manga Ki-oon
Rencontre entre Misha et Reborn
© Yami Shin / Ki-oon

Dans un monde post-apocalyptique ayant subi les ravages de la pollution, l’humanité, secondée par des machines toujours plus sophistiquées, vit recluse dans une Mégalopole où plane toutefois une inquiétante menace : les Ersatz, des humains ravagés par un mal qui les transforme semble-t-il en tueurs sanguinaires. Misha, une jeune orpheline, réside aux limites de la cité, dans un isolement volontaire du fait d’un don, qui s’avère un véritable fardeau : une empathie hypertrophiée qui fait d’elle une caisse de résonance des états émotionnels de tous ceux qu’elle croise.

Son aventure débute lorsque, comme appelée par une voix lointaine, Misha découvre un « morphing », un robot métamorphe, qu’elle répare et baptise du nom de Reborn. Celui-ci se met à son service, après avoir pris l’apparence de son seul ami, Mikaël, disparu quelques années plus tôt au cours d’une rafle attribuée aux Ersatz. De fil en aiguille, la voilà sortie de sa solitude et s’investissant au sein d’un groupe de bénévoles venant en aide aux habitants de la cité : les « Renforts ».

Le pouvoir de morphing de Reborn en action
© Yami Shin / Ki-oon
Arrivée des Renforts, les bien nommés !
© Yami Shin / Ki-oon

Il y a un peu de tout dans Green Mechanic, et des envies de partir dans diverses directions, de s’essayer à différents genres et registres. Les ingrédients y sont multiples : pouvoir surnaturel, monde post-apocalyptique, environnement urbain désolé, robots, combinaisons de combat de type sentai, virus mystérieux, trame politique ou encore légère romance. Pour autant, l’ensemble ne paraît pas confus, mais donne parfois le sentiment de ne pas assez prendre le temps de poser les jalons les uns après les autres, même si cette impression s’estompe peu à peu au fil du volume.

Car ce qui trouble de prime abord pourrait bien constituer le plus grand attrait de Green Mechanic : le difficile équilibre entre le pouvoir d’empathie de Misha d’une part et la relation avec le robot Reborn d’autre part, le développement de la seconde phagocytant rapidement le premier, qui n’a d’abord qu’une fonction très périphérique dans le récit. Mais la question des émotions, centrale dans toute histoire mettant en scène des intelligences artificielles, pourrait bien trouver dans Green Mechanic des développements inattendus et rafraichissants du fait du don de Misha. On en trouve déjà des traces lors des phases de combat : Reborn se transforme en armure pour Misha et leur osmose se traduit par des transferts émotionnels de l’un à l’autre.

Des scènes frappantes, à la mise en scène efficace
©Yami Shin / Ki-oon
Un Ersatz révèle sa vraie nature
© Yami Shin / Ki-oon

Soulignons enfin la remarquable qualité du dessin de Yami Shin, une des raisons sans doute qui lui permit de décrocher le premier Tremplin Manga Ki-oon. Si du côté des expressions des visages, il y a sans doute encore quelque profondeur à trouver, le trait se révèle d’une douceur et d’une précision enchanteresses et le dynamisme des compositions n’a strictement rien à envier à la majorité des mangakas professionnels dont les œuvres nous parviennent.

De ce point de vue le Tremplin Manga Ki-oon a parfaitement rempli son office : détecter une artiste en puissance qui n’aurait peut-être pas débuté de carrière sans ce dispositif, comme elle put nous l’expliquer au cours d’un entretien lors de Japan Expo 2017. Car si Yami Shin s’était essayée au monde amateur, sa vie semblait bien loin d’une potentielle carrière professionnelle, elle qui était alors vendeuse dans une boutique de prêt-à-porter. Et il fallut la fin de son contrat pour qu’elle songe à prendre le temps de candidater au Tremplin. Après, ce furent les fans, puis les professionnels, qui la désignèrent comme gagnante en 2015, lui permettant de décrocher son contrat pro chez Ki-oon pour une première série à totalement imaginer, concevoir et réaliser, qui deviendra donc Green Mechanic.

Les planches couleur qui ouvrent le volume sont de toute beauté et donnent un aperçu des qualités graphiques de la jeune mangaka
© Yami Shin / Ki-oon

(par Marc Vandermeer)

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Green Mechanic T1. Par Yami Shin. Ki-oon. 190 pages. Sortie le 8 juin 2017. 7,90 euros.

À lire sur ActuaBD : un entretien avec l’auteure, Yami Shin

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?