Greg Rucka Présente Wonder Woman T3 - Par Greg Rucka, Drew Johnson & Collectif - Urban Comics

7 février 2018 0 commentaire
  • Dernier tome de la série, la mission diplomatique de Wonder Woman s’achève sur une note d’échec, conférant à cette conclusion une saveur désenchantée relativement intéressante, confirmant l’excellence d’une série qui fit date.

C’est une conclusion un peu particulière que nous propose ce dernier tome. En effet Greg Rucka ne reprend qu’une partie des intrigues lancées dans les tomes précédents, terminant sa prestation avec un ultime arc narratif lié à l’événement Infinite Crisis (2005-2006).

Ainsi, certaines intrigues comme celles de Veronica Cale, du Docteur Psycho et de Circée ne trouvent pas de conclusion. La partie « Ambassadrice des Amazones » quant à elle, autour de la mission de Paix de Diana, constitue le cœur de la résolution de la série.

L’album [1] s’ouvre d’abord sur une petite histoire collaboratrice avec Flash. Le bolide écarlate et la princesse amazone doivent en effet faire face à l’alliance inattendue entre le Docteur Zoom et Cheetah !

Greg Rucka Présente Wonder Woman T3 - Par Greg Rucka, Drew Johnson & Collectif - Urban Comics
© DC Comics / Urban Comics

Suit une aventure explorant le versant mythologique dans laquelle Wonder Woman en tant que championne d’Athéna, la nouvelle reine de l’Olympe, doit entreprendre un voyage aux Enfers afin de contrecarrer l’alliance de Zeus avec ses frères, lequel désire retrouver son trône. Une aventure puissante et épique au dénouement offrant des perspectives forts intéressantes, comme le nouveau statut d’Arès, mais qui s’arrête là, du moins pour cette série, car s’enchaîne à la place les conséquences de la mini-série The OMAC Project, écrite par Greg Rucka, et faisant partie de l’événement Infinite Crisis.

Dans cette mini-série le lecteur découvre que Maxwell Lord, homme d’affaire et ancien partenaire de la Ligue de Justice, aujourd’hui membre de l’organisation gouvernementale Checkmate, a pris possession du satellite Brother Eye créé par Batman, qui contrôle les OMACs, des humains modifiés à leur insu via des nano-robots et se transformant par activation en agent cyborg ultra puissant.

© DC Comics / Urban Comics

Et pour couronner le tout, Maxwell Lord, grâce à ses pouvoirs, a pris le contrôle mental de Superman, faisant de lui sa marionnette pour tuer Batman ! Il échoue suite à l’intervention de Wonder Woman et, après un combat aussi épique que violent contre l’homme d’acier, Diana n’aura d’autre choix pour mettre un terme à cette folie que de tuer Maxwell Lord. Qu’on se rassure, cet épisode final se trouve dans l’album : ainsi le lecteur n’ayant pas lu The OMAC Project ne sera pas perdu.

Brother Eye diffuse ensuite dans le monde entier les images de Wonder Woman tuant Lord, suscitant la surprise de l’opinion au point de remettre en cause la mission diplomatique qui lui a été confiée. Ce sont les conséquences de cette affaire qui servent de trame de fin à la série.

Pour se défendre, Wonder Woman décide de se rendre à la Cour pénale internationale de La Haye. Cependant, en dépit d’un début encourageant, le procès n’aura jamais véritablement lieu, laissant place à une bataille finale entre les OMACs et les Amazones, qui manquent de peu d’être anéanties. Pour apporter son aide à ses sœurs, Diana enfreint son assignation à résidence, ce qui achève de ternir son image aux yeux des autorités et d’une partie de la population.

© DC Comics / Urban Comics

Suite à cet ultime événement, les Amazones décident de se retirer du monde patriarcal tandis que Wonder Woman y reste seule, fermant l’Ambassade de Themyscira et congédiant ses collaborateurs et amis.

Un dénouement qui sonne comme un échec : l’image d’héroïne de Diana se trouve sévèrement écornée et débute pour elle une période de remise en question et de solitude. Une note de fin bien amer pour une idéaliste.

Désormais disponible en France en trois albums cette période de Wonder Woman (2003 à 2005) sous la plume de Greg Rucka se révèle brillante, alliant avec talent les nombreux versants du personnage, mythologique, politique et moral, constituant une lecture incontournable, avec une partie graphique plutôt réussie, restituant là aussi les divers univers de la série avec efficacité et inventivité. Un incontournable.

© DC Comics / Urban Comics

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Greg Rucka Présente Wonder Woman T3. Scénario : Greg Rucka & Geoff Johns. Dessin : Drew Johnson, Sean Phillips, Rags Morales & Collectif. Traduction Thomas Davier. Urban Comics, collection "DC Signatures". Sortie le 19 janvier 2018. 333 pages. 28,00 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Greg Rucka Présente Wonder Woman sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique du tome 2.

Wonder Woman "DC Rebirth" sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique du tome 2.

Wonder Woman Dieux et Mortels sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique du tome 2,
- Lire la chronique de l’Anthologie.

Wonder Woman Terre Un sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1.

Wonder Woman "The New 52" sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique du tome 4,
- Lire la chronique du tome 5,
- Lire la chronique du tome 6.

Wonder Woman, Déesse de la Guerre sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique du tome 2,
- Lire la chronique du tome 3.

[1Les épisodes contenus dans Greg Rucka Présente Wonder Woman T3 : La Fin de la Mission sont :
- The Flash #219 (février 2005),
- Wonder Woman #214-226 (mars 2005 à février 2006).

  Un commentaire ?