Handman (Tome 1 : Destin indésiré) - Quentin Lefebvre

3 décembre 2014 8 commentaires
  • Quentin Lefebvre signe une bande dessinée, mettant un scène un personnage de super-héros en puissance... Mais ce potentiel est paradoxalement bien lourd à porter. Ce premier ouvrage a été entièrement publié à compte d'auteur.

Le registre du super-héros invincible n’a jamais été très crédible en bande dessinée. Aussi, des auteurs ont rivalisé d’inventivité pour donner des faiblesses à leurs personnages aux super-pouvoirs et ce, afin de ne pas tuer d’emblée tout suspense quant à l’issue de chaque aventure. Que l’on songe par exemple aux effets de la kryptonite et de la lumière rouge sur Superman ; aux éclats d’obus coincés dans la poitrine d’Iron Man le contraignant à porter un électro-aimant pour survivre ; ou aux rhumes inopportuns de Benoît Brisefer, qui l’empêchent temporairement d’utiliser sa force surhumaine.

Si ces héros perdent leurs forces ou leurs pouvoirs à leurs corps défendant, il est plus surprenant qu’un personnage doté d’un pouvoir extraordinaire cherche à tout prix à le perdre, et n’aspire qu’à être normal... C’est pourtant ce qu’a imaginé Quentin Lefebvre avec Handman qui, comme son nom l’indique, a des mains particulières : accidentellement touchées par des produits polluants, leur force décuple et le rendent insensible à toute forme de douleur. Loin d’en tirer parti, Mickaël, alias Handman, jusqu’alors lycéen anonyme et sans histoire, est terrifié par ce corps qu’il ne contrôle plus, et qui laisse de surcroît quelques traces visibles qui conduisent le lycée entier à s’interroger sur l’identité de cet élève qui est parvenu à graver la trace de ses mains dans le béton en tombant accidentellement... avant de s’enfuir, terrorisé.

Handman (Tome 1 : Destin indésiré) - Quentin Lefebvre

Quentin Lefebvre est un Aixois de 24 ans, initialement formé à l’enseignement aux arts appliqués et à l’image en Savoie où, touchant de près divers arts graphiques, il développe un intérêt particulier pour la bande dessinée au point de s’y spécialiser durant trois ans à l’école d’arts Saint-Luc de Liège. Il faut sans doute voir dans cette formation les raisons d’un décor et d’un trait réalistes, des personnages au visage expressif, rendant l’histoire lisible grâce aussi à un découpage déjà bien assuré.

Derrière des décors de temps à autre dépouillés, des personnages au caractère simple et des dialogues parfois légers, on sent poindre une patte, dans la lignée de cette bande dessinée franco-belge dont Quentin Lefebvre revendique l’héritage. Délibérément naïf dans la forme, mais naïf au bon sens du terme, un naïf qui nous ramène à la volonté initiale de raconter une histoire pour divertir, sans autre ambition que celle de faire s’évader les lecteurs.

JPEG - 62.1 ko
Handman (Tome 1 : Destin indésiré) par Quentin Lefebvre
(c) Quentin Lefebvre

Handman est un projet ancien, né durant l’adolescence de l’auteur : peut-être est-ce d’ailleurs pour cette raison que l’action du tome 1 est centrée sur la vie au lycée et son quotidien.

Voulant, depuis sa genèse, mener ce projet seul et à sa façon, Quentin Lefebvre a pris en main la réalisation de cet album. Lauréat d’une bourse auprès de l’association d’entrepreneurs Adise Actives, il a entièrement auto-édité et imprimé le premier tome de Handman, en partie grâce à ce soutien financier.

Cette liberté aboutit à un album au format original (47 planches, format 17 x 24, couverture souple) dont il assure ensuite lui-même la promotion, initialement sous forme de dépôt/vente auprès de quelques commerces savoyards, puis en organisant diverses séances de présentation du projet et de dédicaces, dans un périmètre plus large.

C’est donc lui-même qui sollicite ActuaBD et envoie Handman, accompagné d’un dossier de presse fait maison... Le deuxième tome, qui devrait paraître en fin d’année prochaine, pourrait suivre un cheminement plus conventionnel. Entre un dessin encore maladroit et un sens commercial bien aiguisé, du travail de pro en somme. La recette sera-t-elle gagnante ?

(par Damien Boone)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Handman (Tome 1 : Destin indésiré) - Quentin Lefebvre
    3 décembre 2014 15:12, par Norbert

    Que dire ? Sinon que je suis atterré...

    Répondre à ce message

  • Euh....mais...
    Je...
    C’est tout pourri !!!!

    Répondre à ce message

  • "Ce premier ouvrage a été entièrement publié à compte d’auteur."
    pas étonnant !

    Répondre à ce message

  • Handman (Tome 1 : Destin indésiré) - Quentin Lefebvre
    5 décembre 2014 10:20, par Guirec

    Je connais un peu le parcours ce garçon, c’est quelqu’un qui en veut, depuis toujours, avec la "feu sacré" et beaucoup d’acharnement.

    Le problème est que malgré un travail acharné il progresse très peu. Peut-être que se confronter au monde réel, en dehors des regards bienveillant des amis (+ familles + clients du supermarché ne lisant pas de BD...) lui fera du bien.

    Qu’il fasse des fanzines, s’autoédite, très bien, mais il faudra qu’il renonce à se carrière, il n’en a pas les moyens. Malheureusement, il y croit dur comme fer. c’est réellement triste en fait.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 5 décembre 2014 à  12:33 :

      Pourquoi publier un post sur son livre pour le descendre ensuite ?
      Et si ça lui donne du sens à sa vie de publier ses propres bd ? Un peu beaucoup tordus, ces commentaires.Des pets de méchanceté. Soignez-vous.

      Répondre à ce message

      • Répondu par romi le 5 décembre 2014 à  15:11 :

        Si vous trouvez ça génial, dites pourquoi et achetez la BD mais on a le droit de donner son avis même si il n’est pas positif sans se faire insulter

        Répondre à ce message

        • Répondu le 8 décembre 2014 à  09:39 :

          Le problème est plutôt : quelle pertinence y a-t-il de la part d’Actuabd à mettre en valeur ce travail de qualité amateur ? Un travail honorable en soi, à partir du moment où l’auteur a conscience de son niveau (qui nous dit que ce n’est pas le cas ?), mais pas à mettre sur le même plan que des productions d’auteurs professionnels de la part d’Actuabd. C’est cette confusion qui pose problème...

          Répondre à ce message

          • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 8 décembre 2014 à  11:23 :

            Cela ne pose aucun problème à ActuaBD de parler de cette BD. Au contraire, il est bon de donner sa chance à tous.

            Ne donner la tribune qu’aux professionnels est le meilleur moyen pour s’enfoncer dans un corporatisme où l’entre-soi est la règle.

            ActuaBD n’est pas seulement un lieu où s’exerce la critique, et la pertinence de cette critique revient au signataire de l’article.

            ActuaBD est d’abord un lieu d’information. Cette BD montre que les initiatives individuelles alors que les supports de presse traditionnels ont disparu, sont encore possibles. Nous avons voulu accompagner l’aventure de ce jeune auteur. A-t-il un avenir ? On verra bien.

            L’auteur de l’article souligne d’ailleurs que le dessin est "encore maladroit". Nous n’avons pas besoin de nous substituer au regard de nos lecteurs, ils savent très bien ce qui leur convient ou non.

            En attendant, nous nous méfions de ce terme de "professionnel", car franchement, combien d’auteurs, y compris réputés, vivent de leur métier aujourd’hui ?

            Restons modestes et ouverts à toutes les initiatives.

            Répondre à ce message