He Youzhi au musée des Beaux-Arts du Zhejiang

22 juin 2013 0 commentaire
  • Du 12 au 30 juin, le musée des Beaux-Arts du Zhejiang à Hangzhou présente 180 dessins originaux de He Youzhi, le plus grand dessinateur chinois de lianhuanhua. Âgé de 92 ans, il est toujours plein d’humour.

Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion d’admirer des originaux de He Youzhi. Si le musée d’art moderne de Shanghai lui consacrait une salle jusqu’à l’an dernier, le déménagement du musée fin 2012 dans le pavillon chinois de l’Exposition Universelle de 2010 n’a semble-t-il pas encore offert d’espace au plus grand dessinateur de lianhuanhuas. Comme Hangzhou n’est qu’à une heure de Shanghai en CRH, le TGV chinois, la balade s’imposait.

Pour Ma Fenghui, directeur du musée et commissaire de l’exposition, « celle-ci s’imposait pour rendre hommage à He Youzhi, originaire de la province du Zhejiang. Par ailleurs, le festival de manga et d’animation qui se déroule chaque année au mois d’avril à Hangzhou pousse à organiser d’autres évènements en liaison avec la bande dessinée.

Quoi de mieux que de pouvoir offrir aux jeunes dessinateurs locaux n’ayant comme référence que les mangas japonais des originaux d’une rare beauté ? Quant au grand public, s’il connait les œuvres de He, il ignore bien souvent l’artiste : c’est donc l’occasion d’expliquer un peu qui il est. »

Je m’étonne du fait que l’exposition ne dure que trois semaines, mais « c’est déjà un temps assez long, le grand nombre d’artistes nous oblige à une rotation très rapide. »

He Youzhi au musée des Beaux-Arts du Zhejiang
Sur l’affiche de l’exposition, He Youzhi se représente entouré de ses personnages les plus connus

Dans le discours qu’il a prononcé au vernissage de l’exposition, He Youzhi a dit en substance : "Aujourd’hui, l’époque du lianhuanhua est terminée, le lianhuanhua est presque mort. Cette exposition lui redonne un peu de vie.

Je suis dessinateur. Et je suis quelqu’un de très ordinaire qui a seulement étudié à l’école primaire. Je n’ai jamais suivi d’études de dessin. J’ai enseigné pendant 7 ans à l’Académie des Beaux-Arts de Chine avant de comprendre que la création ne s’enseignait pas.

J’ai 92 ans, mon cerveau est encore clair mais ma vue est mauvaise. Aussi, si je trace des traits aujourd’hui, c’est grâce au sentiment. Ma main ne tremble pas et je travaille encore. Mais je ne pense pas pouvoir dessiner l’année prochaine.

Il est habituel de demander à l’assemblée de ne pas hésiter à critiquer. Mais même si vous me critiquez maintenant, je ne pourrai plus m’améliorer. Alors, si c’est bien, dites-le, si ce n’est pas bien, ne m’insultez pas."

A l’entrée de l’expo, des extraits des oeuvres autobiographiques de He Youzhi permettent aux visiteurs de connaître son parcours.
Une grappe de journalistes suit le maître, qui en a vu d’autres et parcourent l’expo d’un pas pressé
Des banderoles viennent casser l’espace des salles d’exposition
Des images agrandies mettent en valeur le travail de composition, ici particulièrement audacieux avec des personnages appuyés contre un mur blanc qui se fond dans la page (Chao Yang Gou, 1979)
He a beaucoup travaillé le croquis et cela se ressent dans le dessin de cet arbre magnifique (dans Chao Yang Gou, 1979)
Ancrées dans l’époque, certaines oeuvres sont presque des documents sociologiques (Chao Yang Gou, 1979)
Il y a parfois des bulles dans les lianhuanhuas (Li Shuang Shuang, 1964)
Une des caractéristiques de la peinture chinoise reprise par certains dessinateurs de lianhuanhuas est le jeu avec le vide, qui peut parfois donner un sentiment d’oppression (Shi Wu Guan, 1979)
Encore ce travail très particulier avec le blanc (Shi Wu Guan, 1979)
Une table électronique permet de visionner des lianhuanhuas. Le format à l’italienne du lianhuanhua se lit particulièrement bien sur nos supports modernes
Un écran géant diffuse un documentaire sur He
Le musée ne manque pas d’espace
Les visiteurs peuvent tamponner avec des tampons souvenir les petits carnets spécialement réalisés pour l’expo
Pi Jiu La Zi compte les déboires d’un homme qui a souffert pendant la Révolution Culturelle et qui veut être dédommagé (1989)
"Lao Se Wai Zhuan". Dans cette histoire des années 80, He montre un ancien héros de la guerre rejeté par une société où règne la corruption
"He Youzhi" se dessine, une oeuvre autobiographique de l’enfance aux années 2000
A l’âge de 16 ans, départ pour Shanghai dans un bateau en 5ème classe
A Shanghai, il est ouvrier et dort dans un grenier à même le plancher. Il faut tuer les punaises qui infestent le lieu et répandent leur odeur puante.
He y évoque la Révolution Culturelle, qu’il a subie en étant critiqué et en critiquant à son tour, par peur de mourir. Ici devant les dazibaos le critiquant.
Ou même la plaque faite en 2000 qui orne le parvis du Musée de la Bande dessinée d’Angoulême (aujourd’hui en bien piteux état...)
"Le Mariage de Xiao Er Hei", une histoire que He a dessiné plusieurs fois, en noir et blanc, couleur... Ici une version de 1995
Le style jeté des années 90...
... fait la part belle aux expressions
Dans ce dessin de 2011, He a un peu perdu la main, mais a conservé le regard curieux qu’il pose sur la société
De nombreux objet-souvenirs, associés à l’image du "vieux Shanghai" reprennent des dessins de He et sont en vente dans les boutiques pour touristes à Shanghai
Recontistution d’une boutique de location de lianhuanhuas, qu’on trouvait au coin des rues jusque dans les années 60
Petite conférence de presse

Après la visite de l’exposition, He Youzhi a répondu aux questions des journalistes locaux. Nous lui avons posé quelques questions et filmé (très mal !) l’entretien avant d’aller déjeuner. Ses propos sont ici résumés. Très courtois, He Youzhi ne manque jamais de dire les quelques mots en français qu’il connait.

Nous parlons un peu de sa fabuleuse mémoire photographique, car toutes ses œuvres autobiographiques ont été dessinées sans documentation, et He Youzi est connu pour reconstituer avec aisance des scènes de rue des années 30 ou 40.

A quel moment avez-vous compris que vous pourriez faire de la bande dessinée un métier ?

C’était juste après la guerre. A l’époque, j’avais déjà femme et enfants. Je gagnais très mal ma vie. Je mangeais un repas et je ne savais si j’aurai l’argent pour le repas suivant. Heureusement un proche qui travaillait au temple de Confucius connaissait un dessinateur de lianhuanhua et me l’a présenté. En fait, je n’avais que ce talent de dessinateur dans la vie. Il m’a dit que je pourrais être un professionnel.

Est-ce que vous dessiniez depuis votre petite enfance ? Vous aimiez dessiner ?
Yes. Oui.

Que pensez-vous de l’œuvre de Zhang Leping, de Feng Zikai ? Avez-vous été influencé ou intéressé par ces auteurs ?

Ce sont des pionniers et j’ai un grand respect pour eux, mais je n’ai jamais subi d’influence. Il faut rester soi-même.

Vous avez étudié par vous-même, en faisant des croquis d’observation ? Vous avez inventé vos propres codes ?

Exactement, je suis un artisan qui s’est fait en toute indépendance... Je suis allé à Angoulême, j’ai donné des cours aux étudiants.

Mes amis qui ont étudié avec vous à Angoulême étaient impressionnés par votre mémoire photographique. Comment avez-vous développé cette mémoire, qui vous permet de dessiner des choses vues il y a très longtemps ?

Pour développer cette mémoire, il y a des méthodes. Si tu ne regardes pas avec le cœur, tu ne peux pas te souvenir. Il faut se poser des questions quand on observe. Et il faut comprendre les principes pour retenir ce qu’on observe.

(par Yohan Radomski)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

(Merci à Sun Juan pour son aide et à Guo Ling)

Commander "Mes années de jeunesse" sur Amazon ou à la FNAC

Commander "Cent métiers du vieux Shanghai" sur Amazon ou à la FNAC

Visiter le site du musée des Beaux-Arts du Zhejiang

  Un commentaire ?