Heaven’s Door - Par Keiichi Koike - Glénat

3 octobre 2009 0 commentaire
  • En franchissant cette porte du paradis, le nouveau maître de l'anticipation dépasse les frontières du temps et du réel dans des histoires courtes troublantes ou poétiques.

Ici, deux androïdes ne s’étant jamais croisés et victimes d’une panne se retrouvent dans un rêve commun, y tissant un lien presque fusionnel. Là, un jeune homme reste prisonnier d’un rêve sans fin suite à la consommation d’une drogue légendaire et mortelle. Plus loin encore, un garçon mal aimé recueillant une tortue voit soudainement le temps filer à une allure vertigineuse autour de lui.

Keiichi Koike, sorte d’héritier de katsuhiro Otomo et Moebius, aime les univers singuliers. Chacune des histoires qu’il nous conte dans cet ouvrage explore un style plus ou moins différent des autres. Le fantastique croise la science-fiction, le commun se mélange à l’irréel. Les récits abordent également des différences de ton. Certains n’ont à priori pas de message à transmettre, d’autres ont une portée psychologique, émotionnelle ou quasi spirituelle. L’ensemble présente quelques inégalités d’intérêt mais la moyenne place la barre assez haut.

Outre ses scénarios complexes, Keiichi Koike brille aussi par ses talents graphiques. Parfois traditionnel, le découpage explose soudain pour laisser place à des expérimentations narratives entrainant alors le lecteur dans des délires hallucinés. Ces trips visuels et scénaristiques surprennent, mais leur force est telle qu’ils nous offrent des expériences fascinantes. Le mangaka sait aussi nous prendre par surprise en changeant de registre dans une petite série de gags totalement délirants, gardant toujours la petite touche Underground.

Il nous avait déjà soufflé avec son remarquable Ultra Heaven, Koike nous prouve une nouvelle fois qu’il maîtrise son art avec brio. Heaven’s Door ne plaira pas à tous et en déroutera beaucoup, mais il force le respect et titille la curiosité.

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?