Il vient de disparaître à l’âge de 91 ans : Mucha Gracias, Señor Ribera !

27 mai 2018 3 commentaires
  • Julio Ribera nous quitte alors qu’il avait 91 ans. C’était un grand d’Espagne que le fascisme franquiste avait contraint à venir habiter en France. Dessinateur réaliste au dessin classique, il a accompagné dans son parcours tous les grands moments de l’histoire de la bande dessinée franco-belge, de l’émergence de la science-fiction à l’autobiographie et l’autoédition.
Il vient de disparaître à l'âge de 91 ans : Mucha Gracias, Señor Ribera !
Autoportrait de Julio Ribera
© Ribera

Né à Barcelone le 20 mars 1927, Julio Ribera avait appris la musique et même commencé une carrière de jazzman avant de se mettre au dessin et publier aux Ediciones Éxito, un label appartenant au dessinateur Pedro Alférez. Il signe ses premiers dessins sous divers pseudonymes comme Jules McSide, Bop, etc. En 1945, il se taille un petit succès en collaborant à Florita, une publication pour jeunes filles où il dessine la série humoristique Rosy. Après la réalisation de diverses séries (Pepin y Sulfato dans Yumbo, Platillos volantes… ) Il émigre en France en septembre 1954 et publie son premier récit en France dans Zorro : Pistol Jim. La France l’accueillera jusqu’à sa mort.

Bayard, organe catholique de « La Bonne Presse » prend le relais. Il y publie Barage (texte de A. Petit-Duc), la série Tony Sextant (scénario de Jean Acqua-Viva) ou bien encore Lolo et Mandoline (avec P.Mérou), etc.

Il publie ensuite dans bon nombre de récits dans des journaux de toutes obédiences : Bernadette, Mireille, Pierrot, Lisette, Amis-Coop, J2 Jeunes, Nade-Lisette, et même l’organe jeunesse du Parti Communiste, Vaillant  : « Je me souviens avoir réalisé pour Vaillant un récit où le méchant était un curé. Et au même moment, je signai une histoire, pour Bayard, où un prêtre était déporté en Sibérie car il ne voulait pas renoncer à sa foi… » raconta-t-il plus tard en riant à notre confrère Nicolas Anspach sur ActuaBD.com..

Dans les années 1950 pour France Soir
DR
Dracurella
© Dargaud
"Le Vagabond des Limbes" chez Dargaud

1955 marque un tournant : il accède à la presse quotidienne française, alors florissante. Il publie dans Le Parisien Libéré, L’Aurore, puis France Soir en 1964, où il adapte en BD les succès de l’écran (Belphégor, Viva Maria, Capitaine Tempête…). Il participe au feuilletons dessinés de séries comme Les Amours célèbres, Le Crime ne paie pas, etc.

En 1965, il entre dans Pilote avec des récits complets et, plus tard, des "pages d’actualité", avant de lancer en 1973, le personnage de Dracurella.

La série "Ghomes"
© Dargaud

Deux ans plus tard, à l’invitation d’Henri Filippini alors chez Hachette, il crée avec Christian Godard, Le Vagabond des Limbes, une série qui compte aujourd’hui 31 albums. Avec sa facture classique qui fait la synthèse entre l’Ecole espagnole dont il est issu (Victor de la Fuente, Carlos Gimenez, Alfonso Font…), et la science-fiction classique française (Gillon, Poïvet, Mézières…), Ribera réalise avec Godard dans Le Vagabond des Limbes l’une des séries les plus inventives et les plus subtiles de la science-fiction française.

Ribera a aussi contribué à la collection en 1976 L’Histoire de France en bande dessinées aux éditions Larousse.

En 1985, toujours dans la veine SF et avec Christian Godard, il publie chez Dargaud les deux premières Chroniques du temps de la vallée des Ghlomes. Mais c’est le moment où les grandes maisons fondatrices de la bande dessinée franco-belge se mettent à vaciller et passent entre les mains de grands groupes.

Le Vagabond des Limbes
© Dargaud
Axle Munshine dans Le Vagabond des Limbes
© Dargaud
La chronique des Ghlomes
© Dargaud
"Le Grand Manque" au Vaisseau d’Argent

Profitant d’un mouvement d’indépendance des auteurs (Uderzo, Peyo, Bretécher, Gotlib, Graton, Moebius et Druillet fondent leur propre label dans ces années-là), Ribera lance avec Christian Godard en 1988 le label Vaisseau d’argent où il dessine Le Grand Manque.

En 1991, ne disposant pas d’un catalogue suffisamment puissant commercialement, cette maison d’édition s’arrête. Le Vagabond des Limbes et Le Grand Scandale passent chez Dargaud. Le dessinateur produit encore Je suis un monstre pour Glénat.

À la fin de sa vie, profitant de la vague de l’autobiographie, Ribera publie, en pionnier, dans la trilogie « Montserrat, Souvenirs de la Guerre Civile  », « Jeunesse Bafouée, une dictature au fil des jours » et « Paris Liberté, le Parfum de l’Espoir  », le poignant récit de son enfance et de sa jeunesse passée en Espagne sous le régime fasciste de Franco. Au passage, il inaugure en 2008 pour la maison Bamboo, jusque-là spécialisée dans les « gros nez », la collection « Grand Angle » qui a bien prospéré depuis.

Nous l’avions souvent rencontré en festival, lui et sa charmante épouse. C’était un homme affable et passionné qui mériterait qu’on redécouvre son travail avec un œil neuf.

On ne peut conclure autrement que par un « Mucha Gracias, Señor Ribera ! ».

Documents
"Je suis un monstre" aux Editions Glénat

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Le vagabond des limbes : un souvenir de lecture inoubliable, spécialement les premiers albums.
    Récemment j’ai cherché les derniers tomes parus que je n’avais jamais lus, mais malheureusement on ne les trouve plus en librairie.

    Répondre à ce message

  • Je vois que vous avez en pièce jointe de l’article quelques couvertures de ses albums. Dont un des albums de l’Histoire de France chez Larousse auquel Ribera avait participé. Je me souviens qu’il était venu il y a quelques années à Marseille (Luminy), c’est la seule fois où j’ai pu le rencontrer en vrai avec son épouse. Très gentil, très agréable : il m’avait dédicacé justement ses 4 albums de l’Histoire de France chez Larousse en me dessinant : Martin Luther, Bertrand du Guesclin, Clovis et Saint Louis. Egalement "Belle" de son album "Le grand manque". Je me souviens qu’il avait halluciné que je lui sorte de tels albums mais avait joué le jeu avec plaisir... Bon souvenir.

    Répondre à ce message

  • Nous avions invité Julio, voici quelques années à un festival local. Il était , comme traditionnellement, accompagné de Anne-Marie, son adorable épouse.
    Et une petite anecdote suite à ce festival :
    nous devions rembourser Julio pour je ne sais plus quel frais engagé... Je reprends contact avec eux ; ils me disent bien que ça n’est pas important. Toutefois, la situation me semblait gênante. Un jour de passage professionnel dans leur région de résidence, je fais une halte au moment du repas... gêné quand même un peu, mais cette fois-ci par le moment que je n’estimais pas vraiment bien choisi.
    Et à partir de là, un pur moment de bonheur et de plaisir. J’ai du "les forcer" à garder le chèque objet de mon déplacement. Ils me proposent de les accompagner pdt le repas, ce que j’ai décliné... toutefois pas sans boire un verre avec eux... Et puis Julio qui me présente son "poste de travail", des travaux en cours, son projet de Dracurella, auquel il tenait bcp et qui ne sortira sans doute jamais... Etc...
    Voilà, comment générer un pur moment d’émotion avec de très belles personnes !

    Répondre à ce message