Ingmar - T2 : Crâne Noir - par Bourhis & Spiessert - Dupuis (Expresso)

14 mars 2007 0 commentaire
  • Echoué en Irlande tandis que ses collègues vikings mettent consciencieusement le reste de l'Europe à feu et à sang, Ingmar fait la connaissance d'un Africain déraciné. L'humour décalé et caustique de la série fait toujours mouche. Avec en prime un soupçon -mais oui- de romantisme.

Accompagnant la charmante Cuneen à travers les forêts Irlandaises, Ingmar le Viking doit à la fois veiller sur sa protégée et subir les assauts réthoriques de son affreuse chaperonne.
Vite débarrassé de cette créature malfaisante, notre héros doit faire face à une sorte de démon cornu qui terrorise la population de Ceann-Dubh, destination terminale de Cuneen.
Un peu de bon sens et de témérité permettra à notre viking pleutre de démasquer le danger avec une belle leçon d’humanisme en prime.
Les villageois n’étant pas du genre compréhensifs, le sorcier amateur se retrouve vite la corde au cou sur la grand place. Mais les Vikings (les vrais, les méchants) approchent des côtes....

Déjà auteur de séries parfaitement poilantes comme le Stéréo Club, le tandem Bourhis/Spiessert affirme la qualité humoristique de son Ingmar. Les aventures de ce Viking quasi non-violent et insouciant se suivent avec une délectation jubilatoire. Un plaisir renforcé par le dessin post Dupuy-Berberian de Spiessert, clair et dynamique.

Les dialogues fourmillent de moments croustillants. Régulièrement, des éléments très contemporains viennent les pimenter. Bourhis se paie même une pique en direction des Chrétiens : pour expliquer sa religion à Ingmar, la mutine Cuneen lâche :"ma religion , c’est un truc inventé pour que les femmes restent à la maison et que les pauvres restent dociles". Une vraie féministe anticléricale, cette fougueuse Irlandaise ! Son importance dans le récit s’avère primordiale, la fin de ce tome 2 s’ouvrant sur un dilemne sentimental fort romantique...
Ingmar - T2 : Crâne Noir - par Bourhis & Spiessert - Dupuis (Expresso)

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?