"Irons" : un ingénieur débarque au Lombard

30 avril 2018 0 commentaire
  • Le scénariste du remarqué "Hedge Fund" s'associe au réalisme de Luc Brahy pour lancer une série au look des séries américaines : enquêtes, action et super-structures !

Spécialisé dans les superstructures, Jack Irons est un ingénieur aux compétences très rares. Misanthrope et sarcastique, l’homme est difficile à aimer. Mais le spécialiste est sans égal dans sa profession. Ponts géants, constructions improbables dans les contrées les plus hostiles, si le défi semble impossible à relever, c’est Irons qu’on appelle.

Notre récit débute alors Jack Irons est bloqué sur l’île-du-Prince-Edouard. Le pont de 13 kms qui le relie au continent canadien s’est effrondé en partie, le coupant du monde. Condamné à rester sur l’île le temps que la tempête se calme, Jack Irons se résoud à mettre ses lumières au service de la police locale. Cette explosion criminelle d’un pilier du pont est-elle liée au casse de la banque ? Ou un autre secret serait-il caché par cette petite communauté d’une centaine d’habitants, qui voulaient rester insulaires... ?!

"Irons" : un ingénieur débarque au Lombard
Les raisons du cynisme de Jack Irons ? Une enfance secouée...

Fan de séries américaines, Irons est fait pour vous ! Le scénariste Tristant Roulot relève haut la main le difficile pari de vous plonger dans les mêmes ambiances que les enquêtes télévisées : jeu des séquences, fausses pistes, indices, scènes d’action et personnages attachants. Pas de doute, le suspense est au rendez-vous, tout en restant résolumment authentique !

Belle réussite également du dessinateur Luc Brahy, qui réalise de belles prouesses à l’instar de son héros. Les scènes de pluie ou de tempête de neige sont particulièrement efficaces, de quoi frissonner en découvrant les divers éléments de l’enquête.

Quand au jargon d’ingénieur (le métier de Jack Irons), il est suffisamment dosé pour être crédible sans crainde de perdre le néophyte dans des avalanches de détails. Seule ombre au tableau, un héros tellement cynique qu’on ne parvient pas à maintenir l’attachement créé dans les premières pages. Mais c’est le lot des héros difficiles à cerner. Gageons que le second tome nous permettra d’en savoir plus sur lui !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Irons T1 par Luc Brahy & Tristan Roulot (Le Lombard) chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?