Japan Expo 2017 : un partenariat inédit avec la BnF à l’occasion du centenaire de l’animation japonaise

2 juin 2017 3 commentaires
  • C'est dans un lieu inattendu que s'est tenue hier la conférence de presse chargée de présenter programmation et invités du 18e Impact de Japan Expo : les hauteurs d'une des tours de la Bibliothèque nationale de France. Ceci pour célébrer un partenariat nouveau, inauguré également à l'occasion des cent ans de l'animation japonaise.
Japan Expo 2017 : un partenariat inédit avec la BnF à l'occasion du centenaire de l'animation japonaise

Ainsi, alors qu’on s’était pressé dans les ascenseurs pour rallier le dix-huitième étage de la « Tour des Lois », c’est Mme Tarsot-Gillery, directrice générale de la BnF en personne, qui ouvrit cette conférence de presse singulière pour un événement jeune et populaire comme Japan Expo, a priori bien éloigné du public et des pratiques des habitués des salles de lecture du site François-Mitterrand. Et pour exposer un propos et un projet assez intéressants.

La caution de la BnF

Mme Tarsot-Gillery a d’abord précisé que si la BnF était bien un lieu de conservation, cela concernait la culture sous toutes ses formes et donc logiquement la bande dessinée, le manga et l’audiovisuel également. Rappelant au passage que tout document produit en France, même en langue étrangère, entre à la BnF par le biais du dépôt légal. C’est ainsi que la BnF se veut riche en mangas, en livres jeunesse japonais ou même en jeux vidéo. Il semblait donc naturel à la directrice générale naturel d’accueillir, certes pour la première fois, la conférence de presse et de devenir partenaire de Japan Expo où la BnF sera présente avec un stand, le centenaire du film d’animation japonais fournissant l’occasion idéale pour cela.

Mme Tarsot-Gillery a ensuite décliné d’autres formes de l’intérêt de la BnF pour le Japon, notamment à travers les partenariats noués avec son alter ego japonais, la Bibliothèque de la Diète (mise à disposition d’une collection d’enregistrements, portail commun en français et en japonais) ou avec d’autres structures japonaises (comme la numérisation en 3d d’une cinquantaine de globes que possède la BnF par une entreprise japonaise, la Daï Nippon Printing). Ce fut ensuite au tour de Thomas Sirdey, fondateur et visage de Japan Expo, de présenter le programme de la nouvelle édition.

Thomas Sirdey, vice-président de Japan-Expo et Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la Bibliothèque nationale de France lors de la condéfernce de presse

L’événement de l’année : animé 100

Après avoir présenté quelques chiffres attendus, comme le passage de 3500 visiteurs la première année, en 2000, aux presque 240.000 de l’an dernier, Thomas Sirdey a détaillé l’événement du dix-huitième impact, prévu à Villepinte du 6 au 9 juillet prochains, non sans rappeler que la manifestation consacrait plus de 50% de sa surface à de l’animation culturelle à mettre en rapport avec la surface purement commerciale.

Clou du spectacle cette année : l’animé 100. Il s’agit là d’une célébration du centenaire de l’animation japonaise, amorcée en 1917 avec Namakura Gatana, film réalisé par Jun’ichi Kôuchi

Ainsi, le festival s’organise autour de cet événement avec une salle de projection dédiée au cœur de l’espace de Villepinte. Dans celle-ci les visiteurs pourront découvrir une sélection de cent animés choisis pour retracer ce centenaire de l’animation. Certains titres bénéficieront d’ailleurs d’un sous-titrage spécialement pour l’occasion.

Par ailleurs, l’événement se déclinera à travers une exposition, différents parrains, tous grands noms du milieu au Japon, venus rencontrer le public et délivrer conférences et Master Classes sur un scène dédiée. On retrouvera aussi des spécialistes français, des comédiens chargés des doublages ainsi que des invités musicaux liés à la thématique.

Sans compter diverses autres animations ou événements plus lointainement liés à l’animation, comme une avant-première mondiale du nouveau film Pokemon, qui ne sortira au Japon que le 15 juillet, ou encore la projection d’extraits du film live de Full Metal Alchemist, prévu pour décembre prochain, en présence du réalisateur et de certains comédiens.

Mais alors, côté manga ?

Côté manga, trois événements majeurs sont à noter. Tout d’abord deux expositions consacrées à deux titres emblématiques, deux des plus puissantes licences manga au monde : One Piece d’une part, Ghost in The Shell d’autre part. Pour le premier, il s’agit de fêter les 20 ans du manga-phare au Japon et dans le monde depuis les années 2000.

Pour le second, l’exposition se situe dans le sillage de la sortie récente du film américain adaptant la BD de Masamune Shirow et le film d’animation de Mamoru Oshii. D’ailleurs, Glénat vient de publier la "Perfect Edition" du manga, en trois volumes. Une édition de qualité, avec pages couleurs, sens de lecture japonais et format original, même si certains ne manqueront pas de regretter l’absence des fameuses deux pages polémiques, à caractère sexuel, de la première version.

Dernier gros événement manga du festival, l’invitée d’honneur manga : Jun Mochizuki La mangaka est l’auteure de Pandora Hearts, série en vingt-quatre volumes publiée chez Ki-oon ayant cumulé 700.000 exemplaires vendus. Jun Mochizuki vient en outre à l’occasion de la sortie de sa nouvelle série, Les Mémoires de Vanitas, toujours chez Ki-oon. On notera également la présence d’une nouvelle venue dans le milieu, Irono, invitée par Kana à l’occasion de la sortie de sa première série, Grim Reaper.

Bien sûr, le « village des éditeurs » devrait fournir de nombreuses activités associées soit aux nouveautés, soit aux titres emblématiques des différents catalogues. On sait déjà que Kana a prévu d’habiller son stand aux couleurs de Fire Force, le nouveau manga d’Atsushi Okubo en proposant un parcours de pompiers à ses visiteurs, tandis que Glénat fera venir une mascotte à l’effigie de Chi, le chat le plus célèbre du manga, pour accueillir les festivalier sur le sien.

Enfin, la conférence de presse a fait une large place à la "French Touch", devenue "French Wave" au passage, c’est-à-dire la génération des auteurs de BD français largement influencés par le manga et dont les productions manifestent des liens plus ou moins étroits avec les codes graphiques ou narratifs de la bande dessinée japonaise.

La "French Touch", devenue "French Wave" est désormais installée à Japan Expo qui se donne pour mission de la promouvoir.

Une édition pour les grands... et pour les petits

Enfin, Japan Expo, c’est évidemment bien d’autres choses, plus ou moins liées à la culture japonaise et à l’industrie du divertissement du Pays du Soleil Levant. Ainsi, au-delà des inévitables et pris d’assaut espaces dédiés au jeux vidéo et à la J-Pop (et autres déclinaisons des groupes, chanteurs, idoles et boys bands nippons), on trouvera tout un pan du festival dévolu à l’artisanat et à la culture traditionnelle avec cette année une place prépondérante accordée aux arts martiaux. Grand écart garanti d’ailleurs puisque au kendo et à ses praticiens de premier plan répondront des pratiquants du poruresu, le catch japonais ! La mode et la cuisine seront également à l’honneur, et côté tourisme, c’est la ville de Kanazawa occupera un stand sur le site.

Mais surtout, la programmation s’oriente de manière résolue vers un plus jeune public puisque juste à côté de l’espace enfant une nouvelle scène, la scène Azuki, sera ménagée pour accueillir les fameuses mascottes si populaires au Japon. Plusieurs régions japonaises auront ainsi envoyé leur mascotte à Japan Expo, les plus jeunes ayant l’occasion de les approcher et de se faire prendre en photo avec !

De quoi nous rappeler que la partie la plus visible du festival sera certainement cette année encore les très nombreux cosplayeurs qui parcourront les allées de Japan Expo ou se présenteront sur la scène dédiée au phénomène, celle-ci devant en outre accueillir la finale de l’ECG, la compétition européenne de la "discipline" !

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Japan Expo, dix-huitième impact. Du 6 au 9 juillet 2017. Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte.

Site de l’événement

 
Participez à la discussion
3 Messages :